Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Territoires > Actualités > Le choix Immoweek : Nexity fait le Tour de France

Le choix Immoweek : Nexity fait le Tour de France

ActualitésTerritoires

le 17 Juil 2019

Le plus grand rendez-vous de l’été sportif en France a déjà commencé, nous voulons bien entendu parler du Tour de France. Qui dit Grande Boucle, dit nécessairement sponsors, et l’immobilier n’est pas en reste pour figurer sur les maillots des cyclistes chevronnés. Si depuis 1992, AG2R La Mondiale fait des étincelles avec son équipe de cyclisme, notamment portée par Romain Bardet, Tony Gallopin et Alexis Vuillermoz et que Groupama sponsorise Groupama-FDJ, Nexity n’est pas en reste, puisque deux de ses filiales, Century 21 et Domitys, font partie des sponsors du Tour… C’est notre « + de la semaine » !

Century 21 a ainsi renouvelé son partenariat avec le Tour de France, initié en 2017, jusqu’en 2022, et Domitys est fournisseur officiel de la Grande Boucle pour la deuxième année consécutive. Pour Nexity, il s’agit clairement d’être présent auprès de sa clientèle, en matière de proximité, partage et convivialité ; quoi de mieux qu’une institution comme le Tour de France, qui permet de conjuguer exploit sportif et découverte du patrimoine des régions de France ?

Pour réussir la mission d’utilité sociétale de Nexity, nos métiers de services doivent nécessairement être au plus près de la vie de nos clients, sur l’ensemble du territoire. Le Tour de France est l’expression sportive parfaite d’une proximité historique et durable, mettant à l’honneur notre pays et ses habitants. Ainsi, les partenariats noués par Century 21 et Domitys sont dans la droite ligne de l’engagement du groupe.

Frédéric Verdavaine, directeur général délégué Nexity

La preuve que l’immobilier et le sport peuvent savoir comment se conjuguer pour le meilleur… En attendant, si vous regardez le Tour de France, profitez donc !

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 18/10/2019

Investissement : les parkings, une autre alternative à rendement…

Dans cette période d’incertitude et de taux d’intérêt au plancher, le placement immobilier vit plutôt de beaux jours. Que l’on parle d’immobilier d’entreprise comme d’habitation, d’hôtellerie comme de résidences services… et de parkings.

« Alors que les prix – parfois très élevés – des logements les rendent quasi inabordables, parkings, garages et autres boxes sont plus attractifs que jamais aux yeux des investisseurs » affirme Se Loger qui a mené une étude sur les prix des parkings en France. Si le portail immobilier fait notamment référence aux particuliers, l’analyse mérite de s’y intéresser. On y apprend, par exemple, que « le prix moyen d’une place de parking en France est de 25 432 euros ». Ou encore qu’une place de parking à Paris (34 600 euros) coûte « trois fois plus cher » qu’à Saint-Etienne (10 000 euros). La Capitale, qui arrive bien sûr en tête, est suivi par Nice (31 400 euros), puis Bordeaux qui passe sous la barre des 30 000 euros, à 29 700.

Mieux : à Paris, le loyer d’une place de parking, qui « se revend dans un délai moyen de 69 jours », affichant « un montant moyen de 136 euros mensuels, permet de profiter d’une rentabilité locative brute de l’ordre de 4,70 % ». La palme, en matière de rendement, revient à Saint-Etienne, avec 8,8 %, mais « cette rentabilité locative, certes élevée, s’accompagne, à Saint-Etienne, d’un taux de vacance qui ne l’est pas moins »…

Et Se Loger de faire valoir, moyennant « certaines précautions », une « large palette d’avantages : un ticket d’entrée abordable (exception faite de Paris…), des frais d’entretien réduits, une grande souplesse de gestion, des charges de copropriété peu élevées et un rendement annuel oscillant entre 4 et 8 % »… Alors, peut-être une nouvelle classe d’actifs à ne pas négliger…

Portrait

Chargement