Chargement

Edito

par Pascal Bonnefille

le 13/07/2018

Le logement en question(s)

Les marchés et acteurs du logement sont, actuellement, en pleine schizophrénie. Côté promoteurs, et agents immobiliers, c’est – pour l’essentiel – « la vie est belle », avec des...
lire la suite

Pour aller plus loin

Édito
par Pascal Bonnefille

le 13/07/2018

Le logement en question(s)

Les marchés et acteurs du logement sont, actuellement, en pleine schizophrénie. Côté promoteurs, et agents immobiliers, c’est – pour l’essentiel – « la vie est belle », avec des résultats formidables, des chiffres d’affaires en plein boom, des marges qui augmentent et tutti quanti.

Coté maisons individuelles et logements HLM, c’est le contraire, avec chiffres de production en berne et l’inquiétude profonde suscitée par les réformes en cours. Un point commun les rassemble : tous savent que la révolution technologique (le mot n’est pas trop fort) en cours ne sera pas sans conséquences sur leurs métiers, leurs immeubles, leurs fonctions. Ajoutez-y un peu de Grand Paris, avec ses modifications profondes de la carte et, peut-être, des modes de vie des « grands parisiens », l’arrivée des startup, et donc des nouvelles générations, qui précisent leurs ambitions (et ce n’est pas fini !) et on comprendra que le « monde du logement » vit une profonde mutation. Et donc parfois, c’est l’angoisse qui prédomine…

Comme toujours, et en rappelant le beau mot de Churchill : « un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté», nous nous placerons dans la peau du second : des difficultés actuelles, des remises en question, des exemples étrangers (à suivre ou pas…), peuvent naître de réelles (et souvent formidables) opportunités et faire bouger un secteur qui, comme tous les secteurs d’activité, avait bien besoin de l’être ! Voir les organisations syndicales organiser, lors des entretiens d’Inxauseta, un débat sur les « aides au logement » avec un titre volontairement provovateur est un signe dont nous avons déjà parlé de cette remise en cause. Le 14 novembre prochain, lors des « Trophées Logement et Territoires », nous ferons également le point sur « l’exemple » (pas forcément au sens d’exemplaire…) allemand, en se demandant s’il est transposable en France. Nous aurons aussi – surtout – le plaisir de récompenser les projets les plus innovants, les professionnels les plus en pointe dans ce « nouveau paysage ». Car l’optimisme peut (doit ?) être accompagné de la reconnaissance. Dire « bravo » et « merci » aux acteurs d’aujourd’hui (et de demain – jeunes professionnels n’oubliez pas de présenter votre candidature sur immoweek.fr !) constitue une autre manière d’avoir confiance en l’avenir et ce, quelles que soient les difficultés.

Portrait

Chargement