Chargement

Edito

par Arthur de Boutiny

le 19/06/2018

Visale, nouvel épisode…

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires ; Julien Denormandie, secrétaire d’Etat, et Bruno Arcadipane, président d’Action Logement, vont (re)lancer officiellement ce 19 juin...
lire la suite

Pour aller plus loin

Édito
par Arthur de Boutiny

le 19/06/2018

Visale, nouvel épisode…

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires ; Julien Denormandie, secrétaire d’Etat, et Bruno Arcadipane, président d’Action Logement, vont (re)lancer officiellement ce 19 juin le dispositif de garantie locative Visale. Car c’est bien d’un second lancement qu’il s’agit, deux ans et demi après que Sylvia Pinel, alors ministre du Logement, a promis que « 300 000 jeunes pourraient, à terme, bénéficier » de cette caution simple, gratuite et dématérialisée. En juin 2018, selon Action Logement, seuls 43 000 ménages étaient concernés par le dispositif. Que s’est-il passé ?

La réponse est très simple : la majorité des agents immobiliers et des bailleurs proposent, d’abord, la Garantie Loyers Impayés (GLI), plus ancienne et mieux connue, mais plus limitée car elle exige du locataire de justifier de deux ans de revenus.

Ce nouveau lancement, à l’orée de la loi Elan, s’assortit d’une campagne de communication… Une nouvelle : Action Logement a déjà communiqué sur le sujet,  simplifié les démarches, élargi le dispositif et proposé aux bailleurs d’accompagner le bailleur privé dans la rénovation de son parc…
Visale nouvelle version permettra à tout un pan de la jeunesse (900 000 jeunes par an entrent dans le parc locatif privé), souvent exclu et balayé dans la recherche de son logement, de bénéficier des garants fiables que sont l’Etat et Action Logement et de monter de plusieurs échelons dans la bataille du logement, en permettant de garantir aux bailleurs du parc privé de payer les impayés pendant les trois premières années de bail. Visale est, en effet, désormais proposée à tous les jeunes de moins de 30 ans ne bénéficiant pas d’un CDI confirmé, qu’ils soient étudiants (boursiers ou non), chômeurs ou salariés, nécessitant d’entrer dans leur nouveau logement ou leur maintien dans le logement actuel.

Emmanuelle Cosse, alors ministre du Logement et de l’Habitat Durable, rappelait que « les moins de 30 ans sont confrontés à une grande vulnérabilité tant sur le marché du travail que dans l’accès au logement, où ils sont souvent considérés a priori comme de mauvais payeurs, alors que ce n’est pas le cas en réalité. C’est pourquoi le gouvernement a souhaité étendre Visale à tous les jeunes. » Qu’en sera-t-il de Visale sous le gouvernement LREM ? Réponse dès ce soir…

Portrait

Chargement