Chargement

Edito

par Arthur de Boutiny

le 25/09/2018

Les régions se portent (toujours) bien

La semaine dernière, nous vous faisions part des excellents résultats constatés par CBRE dans le tertiaire, au premier semestre, dans les régions françaises. De son côté, BNP Paribas Real...
lire la suite

Pour aller plus loin

Édito
par Arthur de Boutiny

le 25/09/2018

Les régions se portent (toujours) bien

La semaine dernière, nous vous faisions part des excellents résultats constatés par CBRE dans le tertiaire, au premier semestre, dans les régions françaises. De son côté, BNP Paribas Real Estate souligne qu’avec 857 000 m2 loués ou vendus, le marché est à son plus haut niveau depuis 2008, dépassant pour la première fois la barre des 800 000 m2, en hausse de 9 % par rapport au premier semestre 2017 et de 37 % par rapport à la moyenne décennale…

Les transactions progressent en volume pour tous les types de produits, à la fois dans le seconde main (+8 %) et dans le neuf (+11 %). Après un net retrait au premier semestre 2017, les comptes propres et clés en main locatifs connaissent la plus forte progression (+12 %). Le neuf, quant à lui, représente 43 % du volume placé.

« Le marché a été boosté par les moyennes surfaces (entre 2 000 et 5 000 m²), en hausse de 33 %, avec 119 opérations pour un total de 105 000 m², contre 60 opérations et 80 000 m² sur la même période en 2017. En revanche, le créneau des très grandes surfaces (supérieures à 10 000 m²) affiche une baisse significative (-48 %), après avoir été particulièrement dynamique en 2017. Le socle des petites surfaces (inférieures à 1 000 m²) est toujours aussi solide, représentant 50 % du volume global et affichant une hausse de 7 % ».

Le podium est occupé par Lyon (137 000 m2, +21 %), Lille (125 000 m2, +25 %) et Bordeaux (84 000 m2). Toulouse perd ainsi pour la première fois sa troisième place, avec une baisse de 17 % après deux années exceptionnelles. Nantes passe aussi devant Aix-Marseille avec trois transactions supérieures à 5 000 m2 et une baisse de 26 % du volume placé au bord de la Méditerranée. Rennes, Nice-Sophia et Montpellier suivent de près la Cité phocéenne. Grenoble affiche une progression de 84 %, Metz de 310 %, Orléans de 117 %, Strasbourg de 8 %, tandis que les marchés inférieurs à 45 000 m2 en baisse sont Rouen, Tours, Dijon et Nancy.

Cependant, rappelle BNP Paribas Real Estate, l’offre à un an en Régions se rétracte pour représenter 2 393 000 m². « Cette baisse constante est due à un repli de l’offre de seconde main. Aujourd’hui, elle atteint les 1 749 000 m² suite à une diminution de 6 % par rapport au premier semestre 2017. Malgré cette baisse, la faible qualité de l’offre de seconde main reste un réel frein à son écoulement : la moitié de l’offre à un an est considérée en état d’usage ou à rénover, un chiffre qui est toutefois en légère diminution par rapport au premier semestre 2017. L’offre neuve à un an est stable ce semestre, ce qui s’explique à la fois par un très bon rythme de consommation des offres présentes sur le marché, mais aussi par la livraison de nouvelles opérations qui permettent de réalimenter le marché en produits de qualité ».

Les valeurs locatives dans le neuf progressent donc en raison de la rareté de l’offre neuve. Neuf villes (Aix-Marseille, Bordeaux, Lille, Lyon, Metz, Nantes, Nice-Sophia, Rennes et Toulouse) affichent des loyers « prime » supérieurs à 200 euros (HT, HC)/m2, avec Strasbourg encore qui affiche 195 euros (HT, HC)/m2.

BNP Paribas Real Estate analyse en détail les six principaux marchés tertiaires régionaux dans le prochain numéro de notre magazine…

Portrait

Chargement