Chargement

retour Accueil > les professionnels > Dominique Perrault

Dominique Perrault

Professionnel

Fiche éditée le 08/04/2014 à 17h26

Dominique Perrault Architecture

6, rue Bouvier, 75011 Paris
France
Tél : 01 44 06 00 00

La fiche de Dominique Perrault

Fonction

Architecte / Urbaniste

Formation

Étudiant à l’unité pédagogique n°6 Paris-La Villette (future École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette), il en est diplômé en 1978.

Parcours professionnel

Il est employé alors par les agences de Martin van Treek, René Dottelonde et Antoine Grumbach puis fonde sa propre agence en 1981. Il se fait remarquer pour la réalisation du bâtiment de l’ESIEE Paris situé à Marne la Vallée en 1987 puis l’hôtel industriel Berlier qui remporte le Prix de l’Équerre d’argent en 1990. Mais c’est surtout en remportant le concours de la Bibliothèque François-Mitterrand de Paris en 1989 à l’âge de 36 ans qu’il acquiert une véritable renommée qui lui permet de commencer une véritable carrière internationale1. Il conçoit ainsi le vélodrome et la piscine olympique à Berlin en 1992 puis plus récemment l’université féminine Ewha à Séoul en Corée, inaugurée en avril 2008, l’extension de la cour de justice des communautés européennes à Luxembourg et le centre olympique de tennis à Madrid achevés en 2008 et 2009.

Mais Dominique Perrault réalise aussi des projets non monumentaux, à des échelles variées, par des programmes différents, dans des sites divers. Ainsi, à Kolonihaven au Danemark, en posant une clôture de verre autour d’un arbre ; à Zirl et à Wattens en Autriche, il construit deux petits supermarchés pour Mpreis ; et en juillet 2008, le pavillon du Priory Park a été inauguré à Reigate dans la banlieue de Londres.

Du 11 juin au 22 septembre 2008, le Centre Pompidou de Paris retrace une partie de la carrière de l’architecte dans le cadre d’une exposition monographique à la Galerie Sud. On peut y voir les maquettes des principaux projets achevés, en cours ou simplement de concours illustrés entre autres par des films de Richard Copans. Il a par ailleurs été désigné commissaire du pavillon français de la section architecture de la Biennale de Venise du 29 août au 21 novembre 2010. En 2010 il est également nommé président du conseil d’administration de l’ENSACF à Clermont-Ferrand sa ville natale

Le 8 mars 2013, le conseil des écoles polytechniques fédérales suisses a annoncé sa nomination en tant que professeur ordinaire d’architecture à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.

Commentaire

Un grand architecte aux grandes réalisations.

Édito
par Arthur de Boutiny

le 25/04/2019

Le crowdfunding immobilier se porte bien en régions

Le crowdfunding, y compris pour l’immobilier, est devenu la coqueluche du financement, et même la panacée d’après certains. Mais comment celui-ci se porte-t-il en France, particulièrement en régions ? Fundimmo s’est associé à Hellocrowdfunding pour réaliser un baromètre régional du crowdfunding immobilier en 2018, auprès de 32 plate-formes, afin d’enquêter sur le marché…

Premier constat : les 32 acteurs interrogés ont collecté 185 millions d’euros pour 343 projets, soit une hausse de 83 % de la collecte et une augmentation de 56 % du nombre de projets par rapport à 2017. La progression se retrouve aussi pour les projets remboursés : 146 projets ont été remboursés pour une valeur de 55 millions d’euros. Avec un rendement annuel moyen de 9 % en 2018, le marché présentait au 31 décembre 2018 un taux de défaut de 0,67 % depuis 2012.

De même, la carte de France dressé par le baromètre régional montre que si la Bretagne, la Corse, le Grand Est, la Bourgogne-Franche-Comté, la Normandie, les Hauts-de-France et les Drom ne sont pas couverts, ils s’avère que l’Ile-de-France (22 % des projets) n’a pas la primauté pour une fois, mais bien l’Auvergne-Rhône-Alpes (un quart des projets).

13 acteurs sont présents sur le marché local, bien que cinq d’entre eux accaparent 71 % de la collecte locale ; 47 millions d’euros ont été collectés en Auvergne-Rhône-Alpes (+161 % !, quasiment le double de la moyenne nationale). Le nombre de projets financés est passé en un an de 49 en 2017 à 85 en 2018 (+ 73 %). Le montant moyen par collecte était de 552 558 euros, soit une moyenne légèrement supérieure à celle nationale de 539 128 euros, avec une durée moyenne de placement de 23,3 mois ; 14,5 millions d’euros ont été remboursés dans la région (+ 190 %), soit 43 projets (+231 %), sans aucun défaut de remboursement avéré constaté en 2018. Néanmoins, les retards de remboursements supérieurs à 6 mois ont augmenté, représentant 5,5 millions d’euros, dont 4 millions d’euros pour un seul promoteur.

En comparaison, la Nouvelle-Aquitaine, qui représente 7 % du marché, a vu 12 plate-formes financer au moins un projet (71 % de la collecte accaparée par 6 acteurs), mais a connu une légère baisse tant sur le nombre de projets financés (25 projets en 2018, – 22 %) que sur les montants collectés (de 16,5 millions d’euros en 2017 à 11,9 millions d’euros en 2018). Les montants remboursés ont baissé de 7 % en 2017, même si 57 % des remboursements ont été anticipés, un taux supérieur à la moyenne nationale. Ce recul du crowdfunding immobilier fait figure d’exception dans une région néanmoins pionnière du crowdfunding immobilier.

Les Pays de la Loire (5 % du marché) accueille 7 acteurs, dont 4 ont assuré 88 % de la collecte locale, qui a représenté 12,1 millions d’euros en 2018 (+46 %), tandis que la taille moyenne des projets financés passe de 457 749 euros en moyenne en 2017 à 672 915 euros en moyenne en 2018. Le nombre de projets financés est quant à lui stable et connaît une légère hausse de 6 % entre 2017 et 2018 portant à un total de 18 projets. En 2018, 8 projets ont été remboursés pour un montant total de 4 millions d’euros soit une augmentation respective de 100% et 150% par rapport à 2017. On note également que 5 projets sur 8 ont été remboursés par anticipation.
Le crowdfunding immobilier donne le « la » en région, et donc dans l’ensemble de la France…

Portrait

Chargement