Chargement

retour Accueil > les professionnels > Etienne Prongué

Etienne Prongué

Professionnel

Fiche éditée le 21/12/2017 à 11h20

BNP Paribas Real Estate

167, quai de la Bataille de Stalingrad, 92867 Issy-les-Moulineaux cedex
France
Tél : 01 55 65 20 00

La fiche de Etienne Prongué

Fonction

CEO de BNP Paribas Real Estate Advisory UK

Formation

Diplômé en Urban Estate Management de l’université de Kingston.

Parcours professionnel

Il était jusqu’alors à la tête de l’équipe international investment group de BNP Paribas Real Estate, qu’il a fait croître de 3 personnes en 2013 à 28 spécialistes en investissement localisés en Europe, Moyen-Orient et Asie, et qui offre aujourd’hui des services paneuropéens pour tous types d’actifs en Europe. Il était, en outre, chargé des relations entre BNP Paribas Real Estate, BNP Paribas Wealth Management et CIB. Depuis 2012, son équipe a noué près de 70 accords avec des clients de Wealth Management pour un volume de 1,5 milliards d’euros et de CIB pour un total de 5,6 milliards d’euros au cours des deux dernières années. Il a également accompagné les équipes promotion de BNP Paribas Real Estate pour la vente, à AXA REIM, en 2012, du programme Kings Cross pour un montant de 320 millions de livres sterling. Il a aussi œuvré pour l’acquisition du portfolio parisien  » prime  » Risanamento, pour 1,225 milliard d’euros, pour le compte de Chelsfield en 2014 et pour la vente du 9, place Vendôme pour un milliard d’euros en 2016.
Étienne Prongué a débuté sa carrière au Royaume-Uni, où il a travaillé pendant 8 ans à Londres pour Lambert Smith Hampton. Il bénéficie, grâce à cette expérience, d’une bonne connaissance du marché britannique, de sa culture et de ses clients. Il a la double nationalité française-britannique.

Depuis octobre 2017 : deputy CEO de BNP Paribas Real Estate Advisory UK.

Édito
par Catherine Bocquet

le 17/06/2019

Ubérisation de l’immobilier : la Fnaim fait de la résistance

Il y a environ un mois, la société « De Particulier à Particulier » (PAP) lançait une offensive marketing en direction des vendeurs de logements en leur proposant une offre d’accompagnement à prix forfaitaire : « Mieux qu’une agence ».

Un nouveau « package » prévoyant une estimation du prix de vente, une visite en 3D du logement (pour laquelle un photographe professionnel est envoyé par PAP) et… un filtrage des demandes des acheteurs qui se manifestent et souhaitent visiter, non plus en ligne, mais physiquement, le logement. Coût de cette prestation globale : 690 euros. Une annonce qui a été vécue par la Fnaim comme un déclencheur des hostilités avec, à la clé, une assignation devant le tribunal de commerce de Paris pour « dénigrement et exercice illicite de la profession ». « Dénigrement », parce que la présidente de PAP, Corinne Jolly, dans une interview sur « France Info », a lâché un « oui » en réponse à la question « vous voulez la mort des agences ? », considérant que les « commissions d’agences sont jugées exorbitantes », supérieures en moyenne, considère PAP, de 17 fois au tarif forfaitaire de son offre « Mieux qu’une agence ». Un intitulé qui joue (un peu/beaucoup) la provocation et a évidemment énervé la Fnaim, laquelle reproche également à la société l’exercice illicite du métier d’agent immobilier, sans détention d’une carte. Ce à quoi la présidente de PAP rétorque dans un communiqué : « pour se défendre, la Fnaim prétend donc que nous exercerions ainsi l’activité d’agent immobilier. Sauf que PAP n’a pas de mandat de vente et PAP n’est pas un intermédiaire entre le vendeur et l’acquéreur. Nous sommes très clairs : le vendeur réalise les visites et gère la négociation directement avec l’acquéreur. Nous ne faisons pas la vente à sa place et nous l’assumons, car nous défendons, depuis notre création, l’idée de laisser les particuliers garder la main sur leur vente ».

Et d’avancer un argument dont on verra s’il fait mouche devant les juges : « via cette assignation, la Fnaim veut donc tout simplement empêcher qui que ce soit d’innover sur le marché immobilier. Elle veut interdire aux particuliers de bénéficier de nos services. Pour quelle raison ? Au moins sur ce point, la Fnaim est claire : « pour défendre les agents immobiliers » ».

Au delà de cette joute entre deux acteurs du monde de l’immobilier, se pose la question de la révolution imposée par la connaissance et le traitement de la data. L’ubérisation du monde de l’immobilier est en marche, elle est inéluctable. Il n’est pas certain que la posture défensive soit la seule et, surtout, la meilleure réponse à apporter…

Portrait

Chargement