Chargement

Qui sommes nous ? Les Pierres d'Or

Qui sommes-nous ?
L'objectif

des Pierres d'Or

Récompenser par catégorie d’activité, un d’entre-eux par l’intermédiaire du vote des seuls professionnels (à l’exemple des « Cesars » du cinéma). Une initiative pour laquelle la presse professionnelle est plus que légitime et qui s’est imposée comme un événement clé pour tous les acteurs du marché.

les Pierres d'Or Comment ça marche

La procédure de sélection des nominés est réalisée par le jury, composé par les membres du Cercle Pierres d’Or Immoweek (qui comprend par les seuls professionnels ayant obtenu une Pierre d’Or ou ayant été nommés au moins deux fois aux Pierres d’Or Immoweek), accompagné par le comité de rédaction d’Immoweek (comprenant les journalistes de la rédaction) ?

Le jury sélectionne pour chaque catégorie (investisseurs/ promoteurs/ conseils/ asset, property, facility managers/ utilisateurs/ managers/ programmes / développement durable/ professionnel de l’année) cinq noms de personnalités.

Le jury désigne également, par un vote direct de ses membres la Pierre d’Or « prix spécial du jury ». Les nominations sont ensuite soumises au vote des professionnels. Les abonnés d’Immoweek sont les premiers à recevoir leur bulletin, puis deux autres scrutins sont organisés : un bulletin de vote nominatif est proposé à tous les participants au Simi, début décembre et chacun peut également, nominativement, voter sur le site immoweek.fr

Il est procédé ensuite au dépouillement : la Pierre d’Or est attribuée au professionnel ayant obtenu le plus grand nombre de voix.

Les Pierres d’Or : Une manifestation unique

Les récompenses sont remises lors d’une cérémonie qui constitue l’événement numéro 1 de l’année immobilière ? Les ministres Eric Woerth et Benoist Apparu, l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, l’ancien ministre d’Etat Jean-Louis Borloo ont accepté de présider les cérémonies depuis 2009 et 2010, montrant ainsi l’intérêt au plus haut niveau pour cette manifestation unique. C’est désormais une grande soirée de gala, dans un des salons les plus prestigieux de la capitale, le salon « Opéra » du « Grand Hotel », classé Monument historique. Le rendez-vous de l’excellence et de la réussite…

Le jury

des Pierres d'Or

  • Olivier AMBROSIALI

    BNP Paribas Real Estate

  • Christine AUGÉ

    Amundi Immobilier

  • Pascal AUJOUX

    PRD

  • Emmanuelle BABOULIN

    Icade

  • Stephan von BARCZY

    JLL

  • Thierry BEHIELS

    Codic

Découvrir toute la liste
  • Olivier AMBROSIALI

    BNP Paribas Real Estate

  • Christine AUGÉ

    Amundi Immobilier

  • Pascal AUJOUX

    PRD

  • Emmanuelle BABOULIN

    Icade

  • Stephan von BARCZY

    JLL

  • Thierry BEHIELS

    Codic

  • Eric BERAY

    BNP Paribas Real Estate

  • Frédéric BÔL

    BNP Paribas Real Estate

  • François BRISSET

    Catella

  • Méka BRUNEL

    Gecina

  • Alain BRUNSCHWEILER

    Alba

  • Stéphane BUREAU

    Humakey

  • Claude CAGOL

    Sefri Cime

  • Laurent CASTELLANI

    Groupe Optim

  • Isabelle CLERC

    AG2R La Mondiale

  • Jean-Claude CONDAMIN

    Sogelym Dixence

  • Eric COSTA

    Citynove

  • Philippe COUTURIER

    SCAPRIM

  • Loïc CUVELIER

    BNP Paribas Real Estate

  • Ludovic DELAISSE

    Cushman & Wakefield

  • Antoine DERVILLE

    Cushman & Wakefield

  • Eric DONNET

    Groupama Immobilier

  • Sigrid DUHAMEL

    BNP Paribas Real Estate

  • Laurent DUMAS

    Emerige

  • Jacques EHRMANN

    Carmila

  • Laurence ESCLEINE-DUMAS

    Solutimo

  • Olivier ESTÈVE

    Foncière des Régions

  • Laurent FLECHET

    Primonial Reim

  • Philip B. GAILLARD

    HRO France

  • Olivier GERARD

  • Serge GRZYBOWSKI

    Aéroports de Paris

  • Stéphane GUYOT-SIONNEST

    Catella France

  • Karim HABRA

    La Salle Investment

  • Marc-Antoine JAMET

    LVMH

  • Philippe JOURNO

    Compagnie de Phalsbourg

  • Christophe KULLMANN

    Foncière des Régions

  • Thierry LAROUE-PONT

    BNP Paribas Real Estate

  • Frédéric LEMOS

    LFPI Reim

  • Philippe LEMOINE

    Société de la Tour Eiffel

  • Xavier LEPINE

    La Française

  • Hervé MANET

    Héraclès Investissement

  • Sebastien MARTYN

    Strategies and Corp

  • Eric MAZOYER

    Bouygues Immobilier

  • Bernard MICHEL

    Gecina

  • Dominique OZANNE

    Foncière des Régions

  • Philippe PELLETIER

    LPA CGR

  • Philippe PERELLO

    Knight Frank

  • Grégoire PEUREUX

    Ivanhoé Cambridge Europe

  • Stanislas POTTIER

    Crédit Agricole

  • Marie-Eve RAUX

    Ivanhoé Cambridge Europe

  • Angélique de ROUGÉ

    Strategies and Corp

  • Olivier de la ROUSSIÈRE

    Vinci Immobilier

  • Charles RUGGIERI

    Batipart

  • Eric SASSON

    Redtree Capital

  • Eric SIESSE

    BNP Paribas Real Estate

  • Emmanuel SCHREDER

    Catella

  • Jean-Claude TANGUY

    BNP Paribas Real Estate

  • Alain TARAVELLA

    Altarea Cogedim

  • François TRAUSCH

    Allianz Real Estate

  • Jean del VALLE

    CBRE

  • Nicolas VERDILLON

    CBRE

  • Jean-Paul VIGUIER

    Jean-Paul Viguier & Associés

  • Kristelle WAUTERS

    Aviva Investors

  • Olivier WIGNIOLLE

    Icade

Édito
par Pascal Bonnefille

le 25/05/2018

Est-il possible de limiter la « révolution Airbnb » ?

La révolution engendrée par les plate-formes type Airbnb n’en finit pas de faire des vagues. Après New York, comme Paris, qui tentent d’endiguer le flot (mais essayer n’est pas réussir…), Amsterdam vient d’annoncer qu’à partir du 1er janvier prochain, les locations de ce type ne devront pas dépasser 30 jours – contre 60 actuellement –, et que les quartiers les plus prisés des touristes seront tout simplement interdits aux utilisateurs de la plate-forme.

A Madrid, même combat : la municipalité s’est fixé pour objectif d’ici la fin de l’année de rendre 95 % des appartements impossibles à louer légalement sur ces sites. Pour obtenir l’autorisation, les propriétaires devront, en effet, prouver que leur logement dispose d’une entrée indépendante du reste de l’immeuble, comme pour un hôtel. Une condition qui limite (beaucoup !) les offres possibles.
Mais on ne peut que constater l’impuissance relative des élus face à la déferlante : les réglementations n’empêchent pas la fraude ; parfois, au contraire, elles la stimulent (les Américains ont bien connu cela au moment de la prohibition…). Dans une étude publiée au début de l’année, l’université canadienne McGill, de Montréal, a en effet tenté d’évaluer l’impact du développement d’Airbnb à New York. Constatation sans appel : les deux tiers des revenus générés par Airbnb proviennent de locations illégales au regard de la réglementation en vigueur dans la Big Apple et 45 % des logements proposés sur le site l’année dernière ne la respectaient pas davantage. On ne dispose pas de chiffres pour Paris mais on subodore qu’ils pourraient être proches. Car quel Parisien, notamment un habitant du centre, ne voit pas défiler dans le hall de son immeuble de nouveaux occupants, souvent accompagnés de lourdes valises à roulettes, et qui ne restent que quelques jours ? Les conséquences, immobilières, sociales, économiques de la « révolution » Airbnb n’ont donc certainement pas fini de faire parler d’elles…

Portrait

Chargement