Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > En confinement avec… Catherine Pouliquen

En confinement avec… Catherine Pouliquen

ActualitésGreen & Innovations

le 04 Mai 2020

Directrice de la communication et de la RSE de Crédit Agricole Immobilier

Comment une directrice de la communication et de la RSE vit-elle ce confinement forcé ? La réponse de celle de Crédit Agricole Immobilier, Catherine Pouliquen, que l’on retrouve chez elle, tout près de Paris…

Où êtes-vous ?

Dans ma maison, j’habite à Marcq, un petit village dans les Yvelines, au cœur d’une magnifique campagne. J’ai installé mon bureau dans la chambre de ma fille ainée –resté confinée à Malakoff- qui a la plus belle vue de la maison. Je peux admirer la nature, les chevaux dans le pré et entendre les oiseaux qui fêtent le printemps. Je me sens privilégiée.

Comment se déroule votre journée ?

Elle est rythmée par de nombreuses réunions en audio avec mon équipe et mes collègues. Elles permettent de garder le contact entre nous et d’organiser le travail. Qu’il s’agisse de la communication ou de la RSE, les sujets ne manquent pas ! J’en profite pour remercier mon équipe car les semaines sont très intenses et il faut déployer une énergie particulière pour accompagner la communication avec nos clients et nos collaborateurs. Je libère aussi du temps pour réfléchir et contribuer aux jours d’après pour Crédit Agricole Immobilier.

Quelle est la pièce préférée de votre logement ?

La cuisine et le séjour car c’est là où je retrouve ma famille pour préparer de bons repas et partager des moments conviviaux en visio avec amis et famille.

Que lisez-vous ? Avez-vous un livre à nous recommander ?

Je prends plus de temps pour lire la presse, au-delà de cette crise sanitaire, les points de vue qui émergent sont très enrichissants pour nourrir mes réflexions sur nos engagements RSE et la manière d’envisager la sortie de crise. Pour me détendre, je relis les livres de Jean-François Parrot, l’auteur de la série policière Nicolas le Floch, qui permet de voyager dans le Paris du XVIIIème siècle.

Un film ou une série télé que vous allez revoir ? Que vous nous recommandez ?

Je profite de ce confinement pour revoir les films d’Hitchcock dont je suis vraiment fan et faire découvrir le talent de ce cinéaste exceptionnel à mes enfants !

Un album de musique à nous conseiller ?

L’album “One Douar » d’Alan Stivell, que je recommande absolument ; le titre signifie « terre » en breton. Une musique à la fois celtique et très world pour s’affranchir des frontières…

Comment faites-vous pour garder la forme ?

Travailler « à distance » en permanence est très exigeant pour le cerveau, je pratique donc, le plus régulièrement possible, la cohérence cardiaque, une respiration qui apaise. Je poursuis mes cours de  Pilates « en audio » et un peu de jogging à proximité. Je consomme aussi beaucoup de thé, noir, bleu ou vert selon l’heure de la journée. Enfin, je découvre le Qi Qong auquel mon mari nous initie en famille !

Avez-vous un message à faire passer à nos lecteurs et aux autres confinés ?

S’adapter est incontournable, aussi apprendre à mieux se connaître, faire preuve d’humilité et de bienveillance doivent pouvoir constituer des ressources pour accepter ce bouleversement de nos vies pour soi et ceux qui nous entourent tant « au bureau » qu’en famille.

Prendre conscience de la force du collectif et de la solidarité, des clés essentielles pour gérer le quotidien pendant et après le Covid-19 et mieux prendre soin de nous et de notre planète.

Prendre également conscience de l’impérieuse nécessité de redonner une place à la nature, en particulier dans nos villes, car la respecter, c’est protéger la biodiversité et, donc, le vivant !

Une photo qui symbolise ou illustre, pour vous, le confinement ?

Celle de mon bureau à la maison car je m’y sens très bien ! Connectée sans déranger toute la famille avec mes nombreuses réunions téléphoniques !

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Thierry Mouthiez

le 20/09/2021

Bureaux en régions : des signes encourageants…

Les marchés tertiaires régionaux semblent plutôt bien évoluer.

S’agissant du premier d’entre eux, en l’occurrence celui de Lyon, une récente étude signée Brice Robert Arthur Loyd met en avant une demande placée à fin juin de 126 523 m2, en hausse de 34 % par rapport au 1er semestre 2020, cependant « à relativiser puisqu’un mega deal de plus de 28 000 m2, signé par l’EM Lyon, a été comptabilisé à Gerland ». Il n’empêche que le nombre de transactions est également en hausse de 34 % à 246 et que le loyer « prime » atteint 340 euros (HT, HC) du mètre carré, contre 320 euros (HT, HC) du mètre carré au 1er semestre 2020. « Sur le terrain, nous constatons que les entreprises ont le souhait d’aller de l’avant et de concrétiser leur projet immobilier, tout en ayant pleinement conscience qu’elles devront adapter leur consommation de mètres carrés à l’émergence des nouvelles façons de penser le « bureau » : télétravail, « desk sharing »… » souligne Jonathan Garcia. Le consultant associé ajoute : « les mesures d’accompagnement proposées par les bailleurs sont également revues : durée d’engagement adaptée, possibilité de restitution de surface par anticipation, franchise de loyer… Ces mesures adaptées au contexte actuel permettent de maintenir l’équilibre des valeurs »…

Plus généralement, « le marché des bureaux en régions montre des signes encourageants de reprise dans un contexte de crise sanitaire » affirme BNP Paribas Real Estate, faisant valoir un volume de 730 000 m2 placés dans ce créneau du marché tertiaire au cours du 1er semestre, en hausse de 35 % par rapport au 1er semestre de l’année dernière. Un volume qui « est même supérieur au niveau enregistré en 2016, par exemple, et affiche une progression de 6 % en comparaison à la moyenne sur dix ans » précise Jean-Laurent de La Prade, directeur général adjoint de BNP Paribas Real Estate Transaction France, en charge du pôle régions.

Pour ce qui concerne les principales tendances de ce marché, « les transactions dans le neuf tirent leur épingle du jeu avec une progression de 45 % », sachant que le seconde main reste majoritaire et représente plus de la moitié des transactions, « avec une croissance de 29 % par rapport au 1er semestre 2020 ». Par ailleurs, « les transactions de grandes surfaces (supérieures à 5 000 m²) sont de retour sur un marché dominé dernièrement par les petites et moyennes surfaces » précise BNP Paribas Real Estate, soulignant qu’« avec près de 107 000 m² placés, le volume de transactions de grandes surfaces enregistre une hausse significative de 38 % par rapport au 1er semestre 2020 »… Si Lyon reste en tête des marchés tertiaires régionaux, « Lille se positionne en 2ème place avec 80 000 m² placés, soit une légère progression de près de 1 %. Aix/Marseille monte sur la troisième marche du podium avec un volume de transactions qui progresse de 10 %. De son côté, Nantes totalise près de 67 000 m² placés, soit une hausse significative de 74 %. Montpellier crée la surprise avec un volume de transactions presque trois fois plus élevé que l’an dernier passant devant Bordeaux (+32 %) et Toulouse (+46 %) ».

Quant aux perspectives, « pour la fin de l’année 2021, nous sommes plutôt confiants » affirme Jean-Laurent de La Prade. « D’une part, les indicateurs macro économiques en régions sont très bien orientés et surperforment l’Ile-de-France, notamment sur l’Arc Atlantique, la région Rhône-Alpes et le bassin méditerranéen. D’autre part, la demande exprimée auprès de nos équipes a augmenté de 22 % en volume et de 43 % en nombre par rapport au 1er semestre 2020. Enfin, les régions représentent une vraie alternative pour les salariés qui privilégient de plus en plus un bon équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle et pour les entreprises qui y trouvent des loyers plus attractifs ». Au final, « nous anticipons un atterrissage autour de 1,55 million de mètres carrés d’ici fin 2021, soit légèrement en-dessous de la moyenne des cinq dernières années qui s’élève à 1,65 million de mètres carrés »…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine