Chargement

Edito

par Thierry Mouthiez

le 22/02/2021

Travailleurs traditionnels et fans du bureau, largement en tête…

S’il est évident que la pandémie (et ses conséquences) va avoir (et a déjà) de nombreux impacts sur la conception des bureaux, la disparition de ces derniers ne semble vraiment pas pour...
lire la suite

Pour aller plus loin

Édito
par Thierry Mouthiez

le 22/02/2021

Travailleurs traditionnels et fans du bureau, largement en tête…

S’il est évident que la pandémie (et ses conséquences) va avoir (et a déjà) de nombreux impacts sur la conception des bureaux, la disparition de ces derniers ne semble vraiment pas pour demain. Une récente étude de JLL vient le confirmer.

A l’issue d’une enquête menée par le conseil auprès de 2 033 salariés travaillant dans des bureaux à travers le monde, « quatre profils de salariés ont été identifiés ». Les « travailleurs traditionnels » (« 100 % bureau ») représentent 35 % de l’échantillon ; les « fans du bureau » (« un ou deux jours en télétravail »), 37 % ; les « addicts du bien-être » (trois ou quatre jours en télétravail »), 22 % et les « travailleurs libérés » (« 100 % à distance »), 6 %.

Néanmoins, à propos des « travailleurs traditionnels », Rémi Calvayrac, « head of workplace & design » chez JLL, souligne que « comme 61 % des Français, ils ont pour priorité de se reconnecter à leurs collègues et de vivre avec eux des moments mémorables. 46 % des salariés en France réclament davantage d’espaces de socialisation »…

Pour ce qui concerne les « fans de bureau », JLL affirme que s’ils « souhaitent venir sur le lieu de travail entre trois et quatre jours par semaine, c’est pour y vivre une expérience exceptionnelle. Ils démontrent de hautes exigences envers leur entreprise, dépassant de loin les sujets de travail, de collaboration et d’innovation ». Et de souligner que « 40 % des salariés de l’Hexagone voudraient être accompagnés par leur employeur dans un mode de vie plus sain et 36 % aimeraient être surpris et émerveillés au travail ». Et Flore Pradère, directrice recherche et prospective bureaux de demain chez JLL, d’ajouter : « le besoin de se ressourcer est aujourd’hui au cœur des attentes. 60 % des Français voudraient des espaces connectés à la nature, des jardins, des terrasses ou encore des potagers. Ce sont, d’ailleurs, les espaces numéro 1 post-crise, devant les lieux de socialisation »…

« L’addict du bien-être », de son côté, représente « une tendance forte à l’échelle du pays : 74 % des Français veulent davantage préserver leur équilibre professionnel et personnel post-crise et 70 % trouvent séduisante l’idée d’une semaine de quatre jours. Lorsqu’ils se rendront au bureau, les addicts du bien-être viendront « consommer » des services qui faciliteront leur quotidien ». JLL mettant en avant que « cette aspiration pour un bureau serviciel est générale : 71 % des salariés en France rêvent d’avoir accès à des services de bien-être (spa, massage, salle de yoga), 62 % à des services de sport (douche, salle de sport, coach) et 59 % à des services culturels (organisation de visites et de spectacles, expositions d’œuvres d’art…)…

Quant aux « travailleurs libérés », « déjà hyper-nomades avant la crise », ils « profitent du boom du télétravail pour exprimer leur appétit pour le 100 % distanciel ». Ils incarnent, selon JLL, « les 54 % de Français qui sont séduits à l’idée de déménager loin de leur lieu de travail »…

Bref, il ne fait également aucun doute que les bureaux vont devoir être repensés…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine