Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > En confinement avec… Loeiz Bourdic

En confinement avec… Loeiz Bourdic

ActualitésGreen & Innovations

le 06 Mai 2020

A la tête de la start-up PriceHubble France – l’une des pionnières en matière d’analyse des marchés immobiliers grâce au big data et au machine learning -,  Loeiz Bourdic nous raconte, à son tour, son confinement…

Comment se déroule votre journée ?

Les journées continuent à être plus que rythmées !
Depuis le début du confinement, nos clients sont beaucoup plus disponibles pour échanger et tester de nouvelles solutions d’analyse immobilière. C’est particulièrement vrai pour nos clients agents immobiliers, qui cherchent des solutions digitales pour garder le lien à distance avec leurs clients et préparer la sortie de crise.
En terme d’organisation interne, nos équipes sont rodées au télétravail. Nos collaborateurs sont répartis dans plus de 8 villes en Europe, donc nous avions déjà les outils et l’organisation en place pour travailler à distance, et de façon complètement décentralisée. Mais, nous sommes doublement attentifs pour avoir le maximum de points d’interactions afin de garder un moral d’équipe au top.
Et histoire de rythmer encore plus la journée, j’ai le plaisir de garder mon fils de deux ans à plein temps !

Où êtes-vous ?

À Paris, dans le 11ème arrondissement. Nous avons emménagé littéralement 2 jours avant le début du confinement ; il reste encore quelques cartons…

Quelle est la pièce préférée de votre logement ?

J’alterne entre le bureau et le salon pour éviter de rester confiné dans une seule pièce !

Que lisez-vous ? Avez-vous un livre à nous recommander ?

Le dernier opus de Piketty, pour les clés de lecture et d’analyse particulièrement puissantes qu’il donne sur les structures profondes de nos société et leurs évolutions historiques.

Un film ou une série télé que vous allez revoir ? Que vous nous recommandez ?

Un film à voir ou à revoir : Thelma et Louise, un bel exemple de film avec un “female gaze”, qui permet de réfléchir à l’omniprésence du regard masculin dans le cinéma.

Une série : la dernière saison du « Bureau des Légendes », qui nous tient en haleine et nous fait (presque) oublier le confinement !

Un album de musique à nous conseiller ?

Mon répertoire musical du moment est principalement constitué de comptines pour enfant ;-).

Comment faites-vous pour garder la forme ?

Je suis un adepte du vélo qui n’a malheureusement pas anticipé la rupture de stock des home-trainers. Autant vous dire que j’attends avec impatience la première sortie post-confinement. Sinon, je m’occupe toute la journée de mon fils, croyez-moi c’est du sport !

Avez-vous un message à faire passer à nos lecteurs et aux autres confinés ?

A force de rester chez soi, le virus peut sembler abstrait et lointain, et l’on peut douter de l’intérêt même du confinement. Ma femme est médecin à l’APHP et j’ai suivi de près l’évolution du “front” au fil des jours. Il est difficile de s’imaginer les semaines que notre première ligne a vécu et de ce que nous leur devons.

Nous vivons une expérience individuelle et collective qui laissera des traces. Espérons, d’abord, que la crise sociale et économique qui en découle ne soit pas trop profonde. Espérons, ensuite, que cette expérience soit un catalyseur pour une prise de conscience collective de ce qui compte vraiment et que nous entamions collectivement une mutation vers un modèle plus écologique et solidaire…

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Thierry Mouthiez

le 25/01/2021

Investissement : toujours plus sélectif…

« Le scénario le plus probable est celui d’une lente convalescence, car la situation sanitaire ne reviendra pas à la normale avant le second semestre 2021, voire 2022, retardant la reprise de l’économie et des marchés locatifs » anticipe Antoine Grignon à propos de l’investissement dans une radiographie des marchés réalisée par Knight Frank.

Le co-directeur du département investissement et responsable du commerce fait valoir que «  les investisseurs resteront donc très sélectifs, privilégiant les secteurs géographiques les plus établis et les actifs offrant des revenus stables et sécurisés, ce qui maintiendra la pression sur les taux de rendement « prime ». Ils cibleront également les biens résistant à la crise sanitaire, comme la logistique ou le résidentiel, accélérant ainsi les stratégies de diversification mises en œuvre depuis quelques années »…

CBRE, de son côté, dans une étude prospective très détaillée (« Market Outlook » France), note que « l’accès au financement bancaire est resté ouvert tout au long de l’année 2020, mais de manière plus sélective, rebattant les cartes de certaines stratégies d’investissement qui faisaient la part belle à l’effet de levier et pénalisant également les actifs au volume unitaire élevé ». Et de souligner que « dans ce contexte, la réévaluation du risque à l’aune de la crise, et des questions qu’elle pose à moyen terme, est de mise pour tous les actifs requérant un travail de création de valeur, aboutissant pour certains à un « repricing » ». Du coup, « le marché du « core » devrait rester fluide avec des corrections de prix limitées, inférieures à 5 %. Sur des opérations à valeur ajoutée situées dans des secteurs tertiaires établis et solides, la baisse moyenne devrait rester sous la barre des 10 %. En revanche, pour les localisations secondaires, les ajustements devraient être plus conséquents, oscillant entre 15 et 35 % » anticipe le conseil.

Cependant, CBRE ajoute que « pour autant, la crise n’a pas signé l’arrêt des stratégies de création de valeur. C’est notamment le cas des investisseurs en fonds propres, qui confirment leur appétit pour les stratégies de création de valeur »…

Heureusement, car ce type de stratégie participe également à la préparation de l’avenir…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine