Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > En confinement avec… Loeiz Bourdic

En confinement avec… Loeiz Bourdic

ActualitésGreen & Innovations

le 06 Mai 2020

A la tête de la start-up PriceHubble France – l’une des pionnières en matière d’analyse des marchés immobiliers grâce au big data et au machine learning -,  Loeiz Bourdic nous raconte, à son tour, son confinement…

Comment se déroule votre journée ?

Les journées continuent à être plus que rythmées !
Depuis le début du confinement, nos clients sont beaucoup plus disponibles pour échanger et tester de nouvelles solutions d’analyse immobilière. C’est particulièrement vrai pour nos clients agents immobiliers, qui cherchent des solutions digitales pour garder le lien à distance avec leurs clients et préparer la sortie de crise.
En terme d’organisation interne, nos équipes sont rodées au télétravail. Nos collaborateurs sont répartis dans plus de 8 villes en Europe, donc nous avions déjà les outils et l’organisation en place pour travailler à distance, et de façon complètement décentralisée. Mais, nous sommes doublement attentifs pour avoir le maximum de points d’interactions afin de garder un moral d’équipe au top.
Et histoire de rythmer encore plus la journée, j’ai le plaisir de garder mon fils de deux ans à plein temps !

Où êtes-vous ?

À Paris, dans le 11ème arrondissement. Nous avons emménagé littéralement 2 jours avant le début du confinement ; il reste encore quelques cartons…

Quelle est la pièce préférée de votre logement ?

J’alterne entre le bureau et le salon pour éviter de rester confiné dans une seule pièce !

Que lisez-vous ? Avez-vous un livre à nous recommander ?

Le dernier opus de Piketty, pour les clés de lecture et d’analyse particulièrement puissantes qu’il donne sur les structures profondes de nos société et leurs évolutions historiques.

Un film ou une série télé que vous allez revoir ? Que vous nous recommandez ?

Un film à voir ou à revoir : Thelma et Louise, un bel exemple de film avec un “female gaze”, qui permet de réfléchir à l’omniprésence du regard masculin dans le cinéma.

Une série : la dernière saison du « Bureau des Légendes », qui nous tient en haleine et nous fait (presque) oublier le confinement !

Un album de musique à nous conseiller ?

Mon répertoire musical du moment est principalement constitué de comptines pour enfant ;-).

Comment faites-vous pour garder la forme ?

Je suis un adepte du vélo qui n’a malheureusement pas anticipé la rupture de stock des home-trainers. Autant vous dire que j’attends avec impatience la première sortie post-confinement. Sinon, je m’occupe toute la journée de mon fils, croyez-moi c’est du sport !

Avez-vous un message à faire passer à nos lecteurs et aux autres confinés ?

A force de rester chez soi, le virus peut sembler abstrait et lointain, et l’on peut douter de l’intérêt même du confinement. Ma femme est médecin à l’APHP et j’ai suivi de près l’évolution du “front” au fil des jours. Il est difficile de s’imaginer les semaines que notre première ligne a vécu et de ce que nous leur devons.

Nous vivons une expérience individuelle et collective qui laissera des traces. Espérons, d’abord, que la crise sociale et économique qui en découle ne soit pas trop profonde. Espérons, ensuite, que cette expérience soit un catalyseur pour une prise de conscience collective de ce qui compte vraiment et que nous entamions collectivement une mutation vers un modèle plus écologique et solidaire…

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Pascal Bonnefille

le 29/10/2020

URW : (aussi) une question de com

Dans le dossier URW, qui chaque jour fait l’objet de nouveaux développements, il n’est pas inutile, parallèlement aux arguments échangés, de mettre en valeur l’importance de la communication.

Traditionnellement, et bien avant d’ailleurs l’équipe actuelle, la com’ d’Unibail reposait sur un principe simple : comme nous sommes les plus forts, nul besoin de faire d’effort. C’était vrai en matière publicitaire, ou de contenus (pas ou peu de prise de parole des dirigeants) comme de rapports avec les clients et partenaires. Cette démarche « bismarckienne » est illustrée par mille témoignages : chez Unibail, on ne négociait pas (ou peu) et la réputation de la maison était de ne guère faire de cadeaux… sauf aux actionnaires qui, jusqu’à ces dernières années, n’avaient pas eu à se plaindre.
Cette com de dominant était encore en action lorsque les dirigeants présentèrent leur plan, appelé « RESET »… Sans être grand connaisseur du « globish » actuel, tout utilisateur informatique (qui ne l’est pas aujourd’hui ?) sait que le mot signifie « réinitialiser », « remettre à zéro »… ce qui, pour une foncière, peut créer de l’inquiétude. Mais le terme était cohérent avec la com « à coups de massue » pratiquée jusque-là.
Las, l’offensive menée par le duo Leon Bressler/Xavier Niel, aussitôt rejoint par le bouillant Guillaume Poitrinal (celui-là même qui avait porté Christophe Cuvillier à la présidence d’Unibail) a poussé la direction actuelle à changer radicalement de stratégie. Après un temps (de sidération ?) marqué par un communiqué laconique, « à l’ancienne », le virage à 180 degrés arriva : multiplication des interviews, communiqués quotidiens sur les soutiens apportés à « RESET », contacts de l’agence Image 7 (dirigée par Anne Méaux) avec les journalistes… Le trio Bressler/Niel/Poitrinal hérite d’un qualificatif, forcément étudié, d’ »activistes » : le vocabulaire renvoie aux extrêmes, notamment politiques, et donc, par opposition, à la légitimité des dirigeants actuels.
Pour continuer le parallèle avec la politique, les experts en com’ s’accordent en général sur le risque du changement de stratégie « en cours de route », sous la pression des événements. Ils se souviennent (mais les moins de vingt ans l’ignorent) du cas d’Edouard Balladur, candidat à la présidentielle. Ultra favori depuis des mois, Premier ministre en fonction, il eut des sondages moins favorables. On le vit alors arpenter les marchés et essayer de changer de style pour paraître « plus proche » des électeurs. En cette matière, Jacques Chirac était imbattable et c’est lui qui triompha.
Pour la foncière, on saura, lors de l’assemblée générale du 10 novembre, si le complet changement de cap de la communication de la direction d’URW a constitué une stratégie gagnante. Ou pas…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine