Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Evolis publie son baromètre du coworking au 1er...

Evolis publie son baromètre du coworking au 1er trimestre

ActualitésBureaux

le 23 Avr 2020

Selon Evolis, « le marché du coworking pourrait bien tirer son épingle du jeu à plus ou moins long terme », même si, à court terme et comme toutes les entreprises, « les chiffres d’affaires des acteurs seront impactés ». En revanche, le conseil souligne qu’« une telle crise pourrait rappeler aux entreprises qu’avoir une visibilité long terme de la surface nécessaire n’est pas toujours facile » et qu’alors, « le coworking offre de la souplesse dans la surface occupée ». Par conséquent, « le nombre d’utilisateurs intéressés par le coworking risque donc d’augmenter ».

Les transactions au 1er trimestre 2020

Le nombre d’ouvertures d’espaces de coworking a connu une croissance exponentielle en 2019 avec 58 nouvelles adresses totalisant 178 000 m² placés. Au 1er trimestre 2020, l’activité semble plus calme avec seulement 7 nouvelles transactions pour seulement 14 000 m².

Plus de 80 % des transactions 2020 (en nombre) ont porté sur des surfaces inférieures à 5 000 m². La plus importante signature concerne Morning Coworking dans l’Hôtel de la Marine, avec plus de 6 000 m² de bureaux, loués à 880 euros (HT,HC)/m².

Le quartier central des affaires (QCA) continue d’attirer les coworkers (5 transactions sur 7). Aucune signature n’est recensée, pour le moment, au sein des autres arrondissements de la Capitale, ni en 1ère couronne. Startway a loué 2 600 m² à Issy-les-Moulineaux (92).

En recherche de flexibilité…

« L’essor du coworking va certainement connaître une accalmie en 2020, en raison du manque de visibilité dans les semaines ou les mois à venir. Les travailleurs indépendants ou entrepreneurs pourraient déserter ces espaces dans un premier temps, en raison de leurs difficultés financières.

Néanmoins, à plus long terme, les entreprises qui auront suspendu leurs projets, renégocier leurs baux, reporter leurs déménagements, ne vont-elles pas rechercher une certaine flexibilité pour ne pas revivre une telle période ?

En outre, nombreuses seront les sociétés qui se rendront compte que le télétravail fonctionne bien. Cela leur permettra de considérer le flex-office, afin de réduire le poste « immobilier » dans leurs budgets. Si les grands groupes ont déjà adopté le flex-office, il reste beaucoup de petites et moyennes entreprises qui étaient encore sceptiques…

Le coworking sera l’une des réponses à leurs besoins, avec un bail flexible, de courte durée, incluant de nombreux services. Dans tous les cas, les grands gagnants seront, sans aucun doute, ceux qui sauront proposer sur le marché des solutions flexibles en tout point ».

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Pascal Bonnefille

le 22/09/2022

La révolution verte est en route !

La révolution verte dans l’immobilier est en marche et rien ne l’arrêtera : en paraphrasant une citation historique, on ne veut pas simplement rappeler une formule célèbre, mais bien souligner l’irréversibilité et la diversité des projets en cours.

Notre magazine, spécialement édité à l’occasion du Sibca 2022, le salon immobilier bas carbone, dont nous sommes heureux d’être partenaires, a dû en effet faire des choix, souvent difficiles, entre les initiatives, programmes, nouvelles techniques qui fourmillent dans le monde immobilier hexagonal, tant elles sont nombreuses et originales : dans le bureau, les commerces et l’habitation, les expressions matériaux bio et géosourcés sont maintenant des expressions courantes ; le bois, le chanvre, la terre crue sont couramment utilisés.

Que de chemin parcouru en quelques années ! On se permettra un souvenir récent : la venue, à l’initiative d’Immoweek, de plusieurs (très) grands professionnels de l’immobilier à un Forum bois à Nancy.
La salle était pratiquement vide montrant le gouffre existant alors encore entre les « hommes de la pierre » (qu’on ne voyait alors, là-bas, que comme ceux du béton…) et les autres acteurs, singulièrement ceux du bois et des forêts. Ce temps est aujourd’hui révolu et on s’en réjouit.

Toutes les initiatives présentées dans ce magazine seront suivies de beaucoup d’autres et, plus que jamais, nous leur donnerons la place qu’elles méritent. Toute la chaîne immobilière est aujourd’hui mobilisée ; comme le grand élan de construction des années 1960, dans d’autres circonstances bien sûr et avec d’autres objectifs (même s’il ne faut pas négliger celui de la production), il est possible aujourd’hui de construire mieux. Plus durable, plus respectueux de l’environnement, tourné vers le recyclage et soucieux de l’occupation des sols, l’immobilier hexagonal opère une mue sans précédent. En parler et la promouvoir sera notre objectif numéro un dans les années à venir. Comme saluer les efforts de tous les acteurs et de toutes les actrices du secteur.

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine