Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > « Guérir le cancer de l’enfant au 21ème...

« Guérir le cancer de l’enfant au 21ème siècle » : 2,6 millions d’euros levés pour l’édition 2021

ActualitésBureaux

le 08 Déc 2021

Mardi 7 décembre s’est tenu, dans les Salons de l’Hôtel de Ville de Paris, le dîner de gala annuel dédié à la campagne « Guérir le cancer de l’enfant au 21ème siècle » qu’ « Immoweek » soutient depuis son lancement. La Maire de Paris, Anne Hidalgo et la Première dame, Brigitte Macron, étaient aux côtés de Frédéric Lemos et de son épouse, qui président, comme chaque année, cet événement qui a pour seul but de lever des fonds destinés à la Fondation Gustave Roussy, afin d’aider la recherche sur les cancers pédiatriques.

Cette année, ce sont 2,6 millions d’euros qui ont été récoltés auprès des participants à ce dîner de gala.
Le président Nicolas Sarkozy, fidèle depuis la création de cette mobilisation, n’a pas pu être présent à l’édition 2021. Il a, cependant, adressé un message aux personnalités présentes, en leur rappelant que quinze millions d’euros ont déjà été levés, mais que ce n’est pas suffisant. Il les a encouragé, en les remerciant à l’avance de leur générosité.

Voici le message de Nicolas Sarkozy :

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Pascal Bonnefille

le 16/03/2022

Présidentielle : le choix s’impose

Les journalistes, ceux d’ « Immoweek » bien sûr et tous les autres médias, ont accompli, avec conscience,  durant cette campagne présidentielle, leur mission d’information : présenter les projets, les comparer et, pour ce qui nous concerne, insister sur les propositions en matière de logement et d’immobilier. Ce travail effectué, reste désormais aux citoyens à s’exprimer.

Le rôle d’ « Immoweek » n’est nullement de s’engager, ni de prendre parti dans les choix qui appartiennent à chacun. Le citoyen que je suis (et qui s’exprime ici en son nom personnel) croit, cependant, devoir affirmer, et réaffirmer son attachement aux valeurs de la République et de la démocratie. Même si on peut reprocher au Président sortant (notamment en matière de logement) bien des insuffisances, voire des erreurs, c’est aujourd’hui le sort de la France en tant que nation démocratique qui se joue. Jamais l’extrême droite n’a pu, sauf après de terribles défaites militaires (en 1870 et en 1940), s’imposer : sa victoire serait un drame pour tous ceux qui croient, au-delà de leurs différences, voire de leurs oppositions, à la fière et exigeante devise de la République. Dimanche prochain, le choix s’impose et il s’appelle Emmanuel Macron.

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine