Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > « Immoscopie » avec Olivier Wigniolle (Icade)

« Immoscopie » avec Olivier Wigniolle (Icade)

ActualitésBureaux

le 29 Sep 2021

Nouvel épisode de notre série « Immoscopie », avec le soutien de Groupama Immobilier. Au micro d' »Immoweek », Olivier Wigniolle, directeur général d’Icade depuis 2015. Il est interrogé par Pascal Bonnefille et se livre, avec humour, sur sa carrière passée jusqu’à son arrivée à la tête de la foncière. Olivier Wigniolle évoque également ses exploits sportifs avec beaucoup de recul et d’humilité.

Diplômé d’HEC, Olivier Wigniolle débute sa carrière chez Arthur Andersen en qualité d’auditeur comptable et financier. Il occupera, ensuite, différents postes dans le secteur immobilier : directeur adjoint du département grands comptes chez Auguste-Thouard, puis directeur général adjoint de Sari Conseil, directeur associé de DTZ Jean Thouard et directeur commercial de Bouygues Immobilier Conseil.

En 1998, il devient directeur général adjoint de la Société Foncière Lyonnaise, puis directeur général du Crédit Agricole Immoblier à partir de septembre 2005 jusqu’en 2009 et, ensuite, de 2009 à 2015, il est nommé directeur général d’Allianz Real Estate France.

« Immoscopie » – Olivier Wigniolle – septembre 2021 – ci-dessous :

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Pascal Bonnefille

le 16/03/2022

La « divine surprise » Olivier Klein

Tout le secteur de l’immobilier, et singulièrement du logement, avait (très !) mal vécu l’absence de portefeuille ministériel à lui dédié. Amélie de Montchalin avait eu beau affirmer, pour rattraper le coup, qu’elle était « bien sûr » ministre du Logement, personne n’avait été dupe ou rassuré par cette absence.

Même si quelques voix, ici même, dont celles de Philippe Pelletier, ont douté de l’intérêt profond de l’existence d’un ministre « spécialisé », la nomination d’Olivier Klein a fait l’effet d’une « divine surprise » pour des professionnels souvent inquiets, à juste titre d’ailleurs.
D’abord car c’est un élu qui connaît sur le bout des doigts les questions du secteur : président de l’Anru depuis 2017 et maire de Clichy-sous-Bois, les sujets « logement » ne lui sont pas étrangers. Ensuite, autre bon signe, car l’intitulé du ministère comprend également la Ville, comme un écho au portefeuille de Jean-Louis Borloo, toujours ô combien regretté par le secteur (son Trophée du Jury aux « Trophées Logements et Territoires », 2021, l’a bien rappelé).
Reste à scruter maintenant les relations que le nouveau ministre délégué entretiendra avec Christophe Bechu qui, un mois après son entrée au Gouvernement, est promu en devenant ministre de plein exercice chargé de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.
Mais il faudra aussi s’intéresser aux rapports du ministre délégué avec l’Elysée, Matignon et Bercy, les trois pôles du pouvoir, sans le soutien desquels un ministre, aussi compétent soit il, est bien démuni…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine