Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > « Immoscopie » avec Philippe Pelletier (Plan...

« Immoscopie » avec Philippe Pelletier (Plan Bâtiment Durable)

ActualitésBureaux

le 18 Mai 2021

Avocat au Barreau de Paris depuis 1983 ; associé cofondateur du cabinet Lefèvre Pelletier & associés (aujourd’hui LPA-CGR) ; de janvier 2009 à juillet 2012, il a été nommé par le Premier ministre, président du comité stratégique du Plan Bâtiment Grenelle (il reçoit, en 2010, une « Pierre d’Or » dans la catégorie « Green et Innovation »). Il est ensuite reconduit, par les pouvoirs publics, à la tête du Plan Bâtiment, dès lors intitulé Plan Bâtiment Durable : Philippe Pelletier, fils de Monique Pelletier (ministre déléguée à la Condition Féminine de 1978 à 1981, sous Valéry Giscard d’Estaing) est l’invité de Pascal Bonnefille pour un « Immoscopie » au micro d’« Immoweek ».

Philippe Pelletier a également été président de l’Union Nationale de la Propriété Immobilière (UNPI) de 1989 à 1994, de l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah) de 1998 à 2008. En 2008, il a présidé et animé le comité opérationnel (Comop) sur les bâtiments existants, à l’occasion des premières réflexions du Grenelle de l’Environnement. En 2015, il intègre le Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Énergétique (CSCEE) et le Comité d’experts de la transition énergétique en tant que personne qualifiée.

De décembre 2016 à décembre 2019, Philippe Pelletier, FRICS, devient président du Conseil Français de la Royal Institution of Chartered Surveyors (RICS). Il est l’auteur de nombreux rapports publics relatifs à la question du logement et de l’urbanisme et a mené diverses missions de proposition de réformes en matière immobilière.

Philippe Pelletier est depuis 2009, président de Seqens Solidarités. Il est également président du Jury des « Trophées Logement et Territoires » depuis une dizaine d’années.

Un entretien à battons rompus avec un grand professionnel du secteur.

« Immoscopie » – Philippe Pelletier – mai 2021 – ci-dessous :

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Thierry Mouthiez

le 21/06/2021

Bureaux et logistique : des rendements toujours sous pression…

« Les rendements pour les actifs « prime » de bureaux et de logistique devraient poursuivre leur baisse à l’échelle européenne cette année, avec une compression respective attendue de 10 et de 25 points de base. Ils s’inscrivent donc toujours à des niveaux historiquement bas » fait valoir Savills dans une note ad-hoc.

Le conseil précise qu’ »en moyenne, les rendements des bureaux « prime » ont enregistré une légère baisse de 4 points de base sur un an au 1er trimestre 2021, à 3,58 %. Sur une base annuelle, ces rendements se sont tassés de 40 points de base à Oslo, de 30 points de base à Milan et de 20 points de base à Paris et Hambourg ».

Cependant, « en dépit des compressions observées au cours de l’année écoulée, des marchés comme Paris et Varsovie demeurent très attractifs. Ils affichent les valorisations les plus attrayantes d’Europe continentale, grâce à la résilience des loyers « prime », à la marge pour une légère compression supplémentaire des rendements et au niveau attractif du « spread » avec les taux obligataires ». En soulignant que « les rendements dans les centres d’affaires à Paris ont baissé au second semestre 2020 avant de se stabiliser à 2,75 % »…

Savills fait également valoir que « la plus forte compression des rendements s’observe dans le secteur de la logistique, reflétant l’impact des montants considérables de capitaux qui se disputent les rares opportunités proposées sur le marché. Les rendements « prime » dans ce secteur sont, ainsi, passés, en moyenne, de 4,5 % au premier trimestre 2020 à 4,3 % en fin d’année, avant d’enregistrer une contraction supplémentaire de 5 points de base au premier trimestre 2021, à 4,25 % ». Et Thomas Canvel, directeur opérationnel du département investissement de Savills France, d’ajouter : « la priorité des investisseurs demeure la recherche d’actifs de qualité. Les immeubles de premier plan dans l’ensemble des secteurs vont continuer de concentrer la demande ; cette concurrence devrait entraîner une nouvelle compression des taux de rendement »…

Mais, il existe un « potentiel de croissance pour la France » dans ce domaine de la logistique. C’est ce que relève Cushman & Wakefield dans son étude « Global logistics outlook ». Celle-ci « traite des perspectives mondiales de l’immobilier logistique en 2021 et au-delà » et propose, entre autre, un classement des marchés locatifs de 250 métropoles dans le monde à partir de deux critères que sont le niveau de loyer « prime » et son évolution entre 2019 et 2020. Parmi les résultats, « la France occupe une position intermédiaire entre l’Europe du nord et du sud (…) Les principaux marchés logistiques français se positionnent entre les rangs 115 à 195 sur les 250 observés. Il est donc légitime de parler de gap entre la demande exprimée et le niveau des loyers pratiqués dans l’Hexagone ». Ce qui fait dire à Alexis Bouteiller, directeur logistique utilisateurs chez Cushman & Wakefield, qu’ »au contraire de marchés plus matures en terme de valeurs locatives comme le Royaume-Uni ou l’Allemagne, le potentiel de progression des loyers français est encore largement devant nous »…

De même, dans son analyse, Savills note, à propos de la montée de la vacance dans le secteur des bureaux (« augmentation de 170 points de base, en moyenne, au cours des 12 derniers mois, pour s’établir à 7,1 % sur l’ensemble des marchés européens »), que « l’optimisme semble, toutefois, gagner les utilisateurs et plusieurs remises sur le marché de surfaces sont annulées ». Une tendance qui « est susceptible de s’amplifier au cours du premier semestre 2021 alors que les entreprises commencent à se projeter au-delà de la pandémie »…

De bonnes nouvelles en ces temps de rendements sous pression dans ces secteurs…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine