Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Marc-Antoine Jamet : le courage et l’honneur...

Marc-Antoine Jamet : le courage et l’honneur d’un élu de la République

ActualitésBureaux

le 13 Sep 2021

J’ai la chance (on ajoutera aujourd’hui, plus que jamais, l’honneur) de connaître Marc-Antoine Jamet. Au Cercle Pierres d’Or Immoweek qu’il préside, j’ai donc pu apprécier ses qualités, connues et reconnues par tous, même (surtout ?) par ses adversaires.

Mais, et c’est le sujet qui m’occupe aujourd’hui, j’ai pu constater à quel point l’avenir de Val-de-Reuil, ville dont il est maire depuis 20 ans, lui tient à coeur et ne quitte jamais ses préoccupations.

Combien de professionnels de l’immobilier n’ont-ils pas été sollicités qui pour construire, réhabiliter, restructurer ? Combien pourraient-ils témoigner de l’acharnement – le mot n’est pas trop fort – du magistrat municipal pour défendre et illustrer sa ville ? Et les résultats ont suivi avec une régularité exemplaire : d’une commune surendettée et exsangue à tous égards, Marc-Antoine Jamet et son équipe ont fait un lieu « où il fait bon vivre », selon l’expression consacrée et ici non galvaudée.

Ce n’est pas à nous de lister l’ensemble impressionnant des réalisations effectuées sous ses mandats successifs. Rappelons qu’il a été réélu l’année dernière avec près de 90 % des voix. Un score « soviétique » qui, en démocratie, signifie beaucoup.
Or, ce week-end, des énergumènes ont pris d’assaut la mairie de Val-de-Rueil. Tentant de surfer sur des événements récents, ils veulent souiller la fière devise de la République, si porteuse d’espoir, et s’attaquent, en priorité, à une ville et un élu dont les résultats sont si inspirants. Ne les laissons pas faire, ne sous estimons pas la portée de leurs actes et redisons à Marc-Antoine Jamet notre estime profonde face au courage et à l’honneur d’un élu de la République.

Pascal Bonnefille

Directeur de la publication

Édito
par Pascal Bonnefille

le 16/03/2022

La « divine surprise » Olivier Klein

Tout le secteur de l’immobilier, et singulièrement du logement, avait (très !) mal vécu l’absence de portefeuille ministériel à lui dédié. Amélie de Montchalin avait eu beau affirmer, pour rattraper le coup, qu’elle était « bien sûr » ministre du Logement, personne n’avait été dupe ou rassuré par cette absence.

Même si quelques voix, ici même, dont celles de Philippe Pelletier, ont douté de l’intérêt profond de l’existence d’un ministre « spécialisé », la nomination d’Olivier Klein a fait l’effet d’une « divine surprise » pour des professionnels souvent inquiets, à juste titre d’ailleurs.
D’abord car c’est un élu qui connaît sur le bout des doigts les questions du secteur : président de l’Anru depuis 2017 et maire de Clichy-sous-Bois, les sujets « logement » ne lui sont pas étrangers. Ensuite, autre bon signe, car l’intitulé du ministère comprend également la Ville, comme un écho au portefeuille de Jean-Louis Borloo, toujours ô combien regretté par le secteur (son Trophée du Jury aux « Trophées Logements et Territoires », 2021, l’a bien rappelé).
Reste à scruter maintenant les relations que le nouveau ministre délégué entretiendra avec Christophe Bechu qui, un mois après son entrée au Gouvernement, est promu en devenant ministre de plein exercice chargé de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.
Mais il faudra aussi s’intéresser aux rapports du ministre délégué avec l’Elysée, Matignon et Bercy, les trois pôles du pouvoir, sans le soutien desquels un ministre, aussi compétent soit il, est bien démuni…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine