Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > « Pierres d’Or » 2021 : qui sera...

« Pierres d’Or » 2021 : qui sera « Professionnel de l’Année » ?

ActualitésBureaux

le 31 Mai 2021

Nous terminons notre tour d’horizon des nommés avec la catégorie-reine, celle des « Professionnels de l’Année » ! Quatre grands pros sont en lice, mais un seul sera lauréat…

Eric Donnet est directeur général de Groupama Immobilier depuis 2013. Diplômé de l’Institut commercial de Nancy et expert-comptable, il a commencé sa carrière comme contrôleur de gestion chez Lyreco UK en 1993, avant de devenir responsable de missions d’audit et de conseil deux ans plus tard chez PriceWaterhouseCoopers. En 1997, Eric Donnet devient, pour quatre ans, responsable développement et acquisitions Europe de Lyreco Management, avant de d’être nommé, en 2001, directeur stratégie et projets spéciaux de Valéo Distribution, puis, en 2002, managing director de Bail Investissement Foncière. En 2005, il rejoint AEW Europe, tout d’abord au poste d' »european head of asset management », puis, à partir de 2008, comme « chief operating officer ». Il occupe ses fonctions actuelles depuis 2013. Eric Donnet a été élu « Pierre d’Or Manager » en 2018.

Karim Habra est directeur général Europe et Asie-Pacifique d’Ivanhoé Cambridge depuis 2019. Titulaire d’un Master en Finance d’Entreprise de l’université Paris-Dauphine, il commence sa carrière en 1998 chez GE Real Estate aux investissements européens, avant d’être promu directeur général Europe Centrale en 2001. De 2009 à 2012, il est directeur général fonds européens chez JER Partners Europe avant d’entrer chez LaSalle Investment Management où il gravit les échelons : directeur général Europe Centrale (2012-2014), président France (2015-2017), directeur général Europe Continentale (2017-2018)… Il entre chez Ivanhoé Cambridge en 2018 comme directeur général Europe, avant d’ajouter l’Asie-Pacifique à ses prérogatives l’année suivante. Karim Habra a été, en 2018, « Pierre d’Or Asset Manager » et est membre du conseil d’administration de Gecina depuis 2020.

Isabelle Scemama est « chief executive officer » d’AXA Investment Managers Real Assets depuis 2017. Diplômée de l’IEP de Paris, elle a débuté sa carrière en 1989 chez Paribas dans le département corporate financing, puis rejoint en 1995 le département du financement immobilier, où elle était responsable de l’activité de financement des investisseurs. Elle entre chez AXA REIM en 2001, pour prendre la responsabilité de l’activité structuration et financement de fonds immobiliers. En 2005, elle lance la plateforme de gestion des créances immobilières et en 2013, celle de dette infrastructure. Au moment de sa nomination en 2017, Isabelle Scemama était alors directeur général d’AXA REIM SGP et membre du management board d’AXA Real Estate Investment Managers.

Alain Taravella est président d’Altarea, depuis sa fondation en 1994. Diplômé de HEC, il prend la direction du pôle loisirs du Groupe Brémond en 1975, puis la direction générale de Pierre & Vacances en 1985. En 1994, il fonde Altarea, qui s’agrandit en 2007 avec le rachat de Cogedim pour devenir Altarea Cogedim, avant de retrouver son ancien nom en 2020. Chevalier de la Légion d’Honneur, il fut élu « Professionnel de l’Année » aux « Pierres d’Or » 2012.

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 21/06/2021

Bureaux et logistique : des rendements toujours sous pression…

« Les rendements pour les actifs « prime » de bureaux et de logistique devraient poursuivre leur baisse à l’échelle européenne cette année, avec une compression respective attendue de 10 et de 25 points de base. Ils s’inscrivent donc toujours à des niveaux historiquement bas » fait valoir Savills dans une note ad-hoc.

Le conseil précise qu’ »en moyenne, les rendements des bureaux « prime » ont enregistré une légère baisse de 4 points de base sur un an au 1er trimestre 2021, à 3,58 %. Sur une base annuelle, ces rendements se sont tassés de 40 points de base à Oslo, de 30 points de base à Milan et de 20 points de base à Paris et Hambourg ».

Cependant, « en dépit des compressions observées au cours de l’année écoulée, des marchés comme Paris et Varsovie demeurent très attractifs. Ils affichent les valorisations les plus attrayantes d’Europe continentale, grâce à la résilience des loyers « prime », à la marge pour une légère compression supplémentaire des rendements et au niveau attractif du « spread » avec les taux obligataires ». En soulignant que « les rendements dans les centres d’affaires à Paris ont baissé au second semestre 2020 avant de se stabiliser à 2,75 % »…

Savills fait également valoir que « la plus forte compression des rendements s’observe dans le secteur de la logistique, reflétant l’impact des montants considérables de capitaux qui se disputent les rares opportunités proposées sur le marché. Les rendements « prime » dans ce secteur sont, ainsi, passés, en moyenne, de 4,5 % au premier trimestre 2020 à 4,3 % en fin d’année, avant d’enregistrer une contraction supplémentaire de 5 points de base au premier trimestre 2021, à 4,25 % ». Et Thomas Canvel, directeur opérationnel du département investissement de Savills France, d’ajouter : « la priorité des investisseurs demeure la recherche d’actifs de qualité. Les immeubles de premier plan dans l’ensemble des secteurs vont continuer de concentrer la demande ; cette concurrence devrait entraîner une nouvelle compression des taux de rendement »…

Mais, il existe un « potentiel de croissance pour la France » dans ce domaine de la logistique. C’est ce que relève Cushman & Wakefield dans son étude « Global logistics outlook ». Celle-ci « traite des perspectives mondiales de l’immobilier logistique en 2021 et au-delà » et propose, entre autre, un classement des marchés locatifs de 250 métropoles dans le monde à partir de deux critères que sont le niveau de loyer « prime » et son évolution entre 2019 et 2020. Parmi les résultats, « la France occupe une position intermédiaire entre l’Europe du nord et du sud (…) Les principaux marchés logistiques français se positionnent entre les rangs 115 à 195 sur les 250 observés. Il est donc légitime de parler de gap entre la demande exprimée et le niveau des loyers pratiqués dans l’Hexagone ». Ce qui fait dire à Alexis Bouteiller, directeur logistique utilisateurs chez Cushman & Wakefield, qu’ »au contraire de marchés plus matures en terme de valeurs locatives comme le Royaume-Uni ou l’Allemagne, le potentiel de progression des loyers français est encore largement devant nous »…

De même, dans son analyse, Savills note, à propos de la montée de la vacance dans le secteur des bureaux (« augmentation de 170 points de base, en moyenne, au cours des 12 derniers mois, pour s’établir à 7,1 % sur l’ensemble des marchés européens »), que « l’optimisme semble, toutefois, gagner les utilisateurs et plusieurs remises sur le marché de surfaces sont annulées ». Une tendance qui « est susceptible de s’amplifier au cours du premier semestre 2021 alors que les entreprises commencent à se projeter au-delà de la pandémie »…

De bonnes nouvelles en ces temps de rendements sous pression dans ces secteurs…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine