Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Toujours plus « flex »…

Toujours plus « flex »…

ActualitésBureaux

le 14 Déc 2020

Une fois mis de côté toutes les exagérations du style « fin des bureaux » et autres, il est évident que la crise sanitaire va quelque peu modifier les demandes de la part des entreprises.

« Le rôle du bureau en tant que levier de collaboration et véhicule de la culture d’entreprise est plus que jamais au cœur de la réflexion des directions immobilières » relève JLL dans une note sur le thème : « Le Flex est-il une solution d’avenir ? ». Et de préciser que « la crise sanitaire pousse les entreprises à trouver des solutions plus agiles, passant par des engagements moins longs, des actifs en propriété ou encore une réduction des charges afin d’accompagner la généralisation du télétravail, mais aussi les périodes de croissance ou de contraction de leur portefeuille immobilier ».

C’est ainsi que « le marché français du flex a connu un développement très dynamique ces dernières années, porté notamment par le développement des opérateurs hybrides, dernier concept arrivé sur le marché, tels que IWG ou WeWork. Les modèles hybrides ou clé en mains (Deskeo, MyFLex, Snapdesk…) se sont aussi fortement développés, accompagnés par un renouvellement du parc côté investisseurs ».

Or, si « la crise sanitaire a porté un coup d’arrêt à cette croissance », JLL « anticipe une hausse de la demande pour les espaces flexibles tirée en partie par de nouvelles stratégies des grandes entreprises recherchant davantage d’agilité ». En effet, selon le conseil, « alors que les free-lances auront tendance à abandonner les espaces de coworking en raison de la crise, 67 % des directeurs immobiliers envisagent d’augmenter la fluidité de leurs espaces de travail en intégrant le flex dans leur stratégie immobilière ».

« Les opérateurs de flexibilité fortement exposés à une clientèle de startups ou de free-lances sont plus impactés par la crise que ceux qui accueillent des entreprises avec des contrats longs. La crise actuelle est le vecteur d’une maturation du marché à la fois en accélérant les phénomènes de concentration et en favorisant l’évolution du modèle des opérateurs, mais aussi des investisseurs » affirme Virginie Houzé, directeur études et recherche chez JLL, qui poursuit : « face à une demande croissante de flexibilité de la part des entreprises, nous pouvons imaginer que les investisseurs vont se positionner en nombre croissant sur ce segment, soit en direct, soit via la création ou l’achat de filiales spécialisées ou encore via des contrats de management. Sur le moyen et le long terme, la demande de flex devrait non seulement revenir, mais se développer pour répondre aux nouveaux enjeux des entreprises ». Le conseil considère que « plusieurs facteurs » viennent soutenir cette tendance : « la hausse du travail à distance et la nécessité de dé-densifier les bureaux qui pourraient favoriser à l’avenir la demande de flexibilité par la location d’espaces satellites, la dépendance aux transports en commun, les stratégies de réduction d’empreinte immobilière et de réduction des coûts »…

Un challenge que le marché saura, sans aucun doute, relever…

Thierry Mouthiez

Directeur de la rédaction

Édito
par Pascal Bonnefille

le 22/09/2022

La révolution verte est en route !

La révolution verte dans l’immobilier est en marche et rien ne l’arrêtera : en paraphrasant une citation historique, on ne veut pas simplement rappeler une formule célèbre, mais bien souligner l’irréversibilité et la diversité des projets en cours.

Notre magazine, spécialement édité à l’occasion du Sibca 2022, le salon immobilier bas carbone, dont nous sommes heureux d’être partenaires, a dû en effet faire des choix, souvent difficiles, entre les initiatives, programmes, nouvelles techniques qui fourmillent dans le monde immobilier hexagonal, tant elles sont nombreuses et originales : dans le bureau, les commerces et l’habitation, les expressions matériaux bio et géosourcés sont maintenant des expressions courantes ; le bois, le chanvre, la terre crue sont couramment utilisés.

Que de chemin parcouru en quelques années ! On se permettra un souvenir récent : la venue, à l’initiative d’Immoweek, de plusieurs (très) grands professionnels de l’immobilier à un Forum bois à Nancy.
La salle était pratiquement vide montrant le gouffre existant alors encore entre les « hommes de la pierre » (qu’on ne voyait alors, là-bas, que comme ceux du béton…) et les autres acteurs, singulièrement ceux du bois et des forêts. Ce temps est aujourd’hui révolu et on s’en réjouit.

Toutes les initiatives présentées dans ce magazine seront suivies de beaucoup d’autres et, plus que jamais, nous leur donnerons la place qu’elles méritent. Toute la chaîne immobilière est aujourd’hui mobilisée ; comme le grand élan de construction des années 1960, dans d’autres circonstances bien sûr et avec d’autres objectifs (même s’il ne faut pas négliger celui de la production), il est possible aujourd’hui de construire mieux. Plus durable, plus respectueux de l’environnement, tourné vers le recyclage et soucieux de l’occupation des sols, l’immobilier hexagonal opère une mue sans précédent. En parler et la promouvoir sera notre objectif numéro un dans les années à venir. Comme saluer les efforts de tous les acteurs et de toutes les actrices du secteur.

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine