Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Westfield : la fin de la foncière mondialisée ?

Westfield : la fin de la foncière mondialisée ?

ActualitésBureaux

le 16 Oct 2020

L’affaire URW, ou plutôt l’offensive choc lancée par deux noms aussi prestigieux dans le sérail que Léon Bressler (qui s’imposait déjà , il y a plus de vingt ans, comme première « Pierre d’Or du Professionnel de l’Année ») et Xavier Niel, dont la place dans le capitalisme français n’est pas à démontrer, pose de manière crue la question de la faisabilité d’une foncière monde.

Il y a encore deux ou trois décennies, les avis semblaient partagés : la dimension, même européenne, pour les foncières était risquée car les cultures, les pratiques, les réglementations nationales étaient si diverses que le risque était jugé par certains trop élevé. Depuis, les choses ont bien changé et URW ou Covivio, pour ne citer qu’elles, ont montré que le modèle était tout à fait adaptable au Vieux Continent. On peut détenir et gérer de manière tout à fait satisfaisante un centre commercial à Varsovie et à Paris des logements ou des bureaux à Berlin ou à Milan…
Mais cela est-il possible en élargissant la sphère d’intervention aux dimensions planétaires ? C’est le pari, risqué, pris par l’actuel management d’Unibail-Rodamco-Westfield qui a décidé d’unifier l’ensemble de ses centres commerciaux sous l’enseigne au W rouge. Et c’est bien là que le bât blesse… Le duo Bressler/Niel, soutenu sans ambiguïté par le successeur du premier aux manettes d’Unibail, Guillaume Poitrinal, note à quel point le « core business » de la maison se trouve en Europe… et combien le « rêve américain » lui a coûté. Combien sa légitimité (et sa dimension !), incontestables dans les grandes métropoles de notre côté de l’Atlantique, devenaient beaucoup plus aléatoires et minoritaires au delà. Que la bien connue puissance d’URW (qui faisait bien des envieux et des jaloux « chez nous ») impressionnait beaucoup moins les yankees.
Bref, que la World company des foncières n’était pas le bon modèle. La réponse d’URW n’a, pour l’instant, été que de pure forme et de pur refus. Rendez-vous le 10 novembre, à la veille de la célébration de l’armistice…

Pascal Bonnefille

Directeur de la publication

Édito
par Anthony Denay

le 06/12/2022

Simi 2022 : c’est parti !

Le salon du Simi a ouvert ses portes pour trois jours le mardi 6 décembre. La rédaction d’ « Immoweek » est mobilisée pour vous faire vivre cet événement !

Le coup d’envoi de cette nouvelle édition du Simi a officiellement été sifflé, ce mardi 6 décembre en direct du Palais des Congrès de la Porte Maillot. Pendant trois jours, les acteurs de l’immobilier, qu’ils soient promoteurs, asset managers ou investisseurs, vont se croiser, échanger, prendre date pour de futurs partenariats ou opérations en commun. Un détail peut-être, mais en ce mardi matin, l’atmosphère qui règne dans les allées (déjà bondées) du salon nous ramène quelques années en arrière ; plus de visiteurs masqués, plus de contrôle du Pass sanitaire à l’entrée, plus d’œillades craintives à son prochain de peur qu’il ne nous contamine. Un retour vers le passé et, espérons-le, vers le futur, bienvenu après plusieurs éditions du Simi marquées par l’incertitude de sa tenue et le stress inhérent au contexte sanitaire. Parenthèse refermée. « Immoweek » a installé son stand et son matériel afin de vous faire vivre cet événement via une série de podcasts que vous pourrez consulter sur notre site internet. Telamon, Union Investment, Epamarne, P3 Logistic, Prologis, Altarea, Icade… Autant d’acteurs-clés de l’immobilier dont les représentant viendront présenter la stratégie ainsi que les objectifs à notre micro. Sans oublier les tables rondes atour de thèmes marquants tels que le recyclage urbain ou le Plan Bâtiment Durable… Espérons que ce rendez-vous marquant de l’immobilier sera l’occasion d’une émulation mutuelle entre les acteurs, d’où émergeront des idées innovantes pour le secteur. Bon salon à toutes et tous !

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine