Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Finance & Bourse > Actualités > Icade renforce ses lignes de back up et signe...

Icade renforce ses lignes de back up et signe pour 300 millions d’euros de RCF Green innovant

ActualitésFinance & Bourse

le 21 Avr 2020

Icade a signé le 21 avril 2020 une nouvelle ligne de crédit (RCF[1]) Green de 300 millions d’euros sur une durée de sept ans, en remplacement de lignes arrivant à échéance en 2020 pour 290 millions d’euros.

En pleine crise sanitaire, les équipes Icade se sont mobilisées pour finaliser les conditions financières attractives et novatrices de ce premier RCF Green indexées sur l’atteinte d’un objectif RSE prioritaire pour Icade : la réduction de l’intensité CO2.

Les conditions financières innovantes sont assises sur le respect de l’objectif de réduction de 45 % de l’intensité carbone de la Foncière Tertiaire entre 2015 et 2025, mesuré annuellement :

    • si l’objectif est atteint, la marge reste stable ;
    • si l’objectif est dépassé, la marge est diminuée ;
    • en cas de non atteinte de l’objectif, le surcoût devra être reversé à une association à impact positif sur l’environnement, à choisir par les deux contreparties.

La signature de cette nouvelle ligne de crédit vient rallonger et renforcer l’enveloppe de lignes de crédit totalement disponibles, qui s’élève, à date, à 1,75 milliard d’euros, représentant près de quatre années de remboursement des intérêts et du capital de la dette. A date, aucune ligne RCF d’Icade n’a été tirée.

[1] RCF : Revolving Credit Facilities

Avec cette nouvelle ligne de back up innovante, liant les objectifs bas carbone de la foncière tertiaire et la sécurisation de la structure bilancielle du groupe, Icade concilie performance financière et mobilisation RSE autour d’un objectif commun : le développement responsable de l’entreprise et ce, tout en renforçant sa solidité financière.

Victoire Aubry, directrice financière d’Icade

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Pascal Bonnefille

le 16/03/2022

La « divine surprise » Olivier Klein

Tout le secteur de l’immobilier, et singulièrement du logement, avait (très !) mal vécu l’absence de portefeuille ministériel à lui dédié. Amélie de Montchalin avait eu beau affirmer, pour rattraper le coup, qu’elle était « bien sûr » ministre du Logement, personne n’avait été dupe ou rassuré par cette absence.

Même si quelques voix, ici même, dont celles de Philippe Pelletier, ont douté de l’intérêt profond de l’existence d’un ministre « spécialisé », la nomination d’Olivier Klein a fait l’effet d’une « divine surprise » pour des professionnels souvent inquiets, à juste titre d’ailleurs.
D’abord car c’est un élu qui connaît sur le bout des doigts les questions du secteur : président de l’Anru depuis 2017 et maire de Clichy-sous-Bois, les sujets « logement » ne lui sont pas étrangers. Ensuite, autre bon signe, car l’intitulé du ministère comprend également la Ville, comme un écho au portefeuille de Jean-Louis Borloo, toujours ô combien regretté par le secteur (son Trophée du Jury aux « Trophées Logements et Territoires », 2021, l’a bien rappelé).
Reste à scruter maintenant les relations que le nouveau ministre délégué entretiendra avec Christophe Bechu qui, un mois après son entrée au Gouvernement, est promu en devenant ministre de plein exercice chargé de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.
Mais il faudra aussi s’intéresser aux rapports du ministre délégué avec l’Elysée, Matignon et Bercy, les trois pôles du pouvoir, sans le soutien desquels un ministre, aussi compétent soit il, est bien démuni…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine