Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > A demain 25 novembre pour les « Trophées...

A demain 25 novembre pour les « Trophées Logement et Territoires » !

ActualitésLogement

le 24 Nov 2021

©Gaël Dupret, France, Paris le 2018-11-14 : 9ème édition des TLT - Trophées Logement et Territoires par IMMOWEEK Photo : Les trophées.

Plus que quelques heures avant de découvrir les noms des lauréats de cette nouvelle édition des « Trophées Logement et Territoires » qui débutera, dès 10 heures, dans les Salons Hoche, à Paris.

Professionnels du logement, élus, vous donnent rendez-vous demain 25 novembre, pour une matinée consacrée à celles et ceux qui font la ville et les territoires.

Dès 10 h, un débat, animé par Pascal Bonnefille (Immoweek), réunira, autour du thème « Logement : les propositions des professionnels », Yannick Borde (Procivis) ; Jacques Ehrmann (Altarea) ; Anne-Sophie Grave (CDC Habitat) ; Emmanuel Launiau (Quartus) et Danielle Dubrac (Unis).

Les grands témoins seront : Jean-Philippe Dugoin-Clement (EPFIF) ; Mickael Nogal (député de Haute-Garonne) et Philippe Pelletier (Habitat & Humanisme), président du Jury des « Trophées Logement et Territoires ».
La ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, a bien voulu accepter de conclure ces travaux.

Viendra ensuite, à 11h30, le temps de la cérémonie de remise des « Trophées Logement et Territoires » au cours de laquelle vous connaîtrez les lauréats (désignés par les votes des lecteurs d’Immoweek). Rappelons que ce palmarès comprend sept catégories : « Conseil » ; « Promoteur » ; « Territoire » ; « Jeune Talent » ; « Programme Solidaire » ; « Programme Innovant » et « Professionnel(le) de l’Année ». Le « Trophée du Jury », qui n’a pas été soumis au vote des internautes, sera également remis à cette occasion.

Pour rappel, les nommés en lice sont :

« Conseil » : Vincent Borrel (La Coopérative de l’Immobilier) ; Anne-Sophie Cantaloube (Daniel Féau Immobilier) ; Danielle Dubrac (Unis) et Stéphane Imowicz (Ikory).

« Promoteur » : Norbert Fanchon (Groupe Gambetta) ; Nordine Hachemi (Kaufman & Broad) ; Julien Pemezec (Woodeum) et Julie de Roujoux (Groupe Pichet).

« Territoire » : Marie-Hélène Amiable (ville de Bagneux) ; Jean-Didier Berger (ville de Clamart) ; Johanna Rolland (ville de Nantes) et François Rebsamen (ville de Dijon).

« Jeune Talent » : Boris Bouchet (Boris Bouchet Architecte) ; Thomas Dutey-Harispe (BNP Paribas Real Estate) ; Blandine d’Estaintot (Bouygues Immobilier) et Paula Szejnfeld Sirkis (Immobel).

« Programme Innovant » : « Albizzia » (Woodeum) ; « Iconic » (Kaufman & Broad) ; « Liberty » (Groupe Gambetta) et « Wood Up » (REI Habitat – LAN).

« Programme Solidaire » : « Ariane » (Galia-Samu Social de Paris) ; La Coop’ à Fourchon (3F) , La Grange de La Téoule (Association Equipollence) et Le Jardin du Carmel (Habitat et Humanisme).

Professionnel(le) de l’Année : Véronique Bédague (Nexity) ; Anne-Sophie Grave (CDC Habitat) ; Emmanuel Launiau (Quartus) et Alain Taravella (Altarea).

Nous vous attendons nombreux demain dans les Salons Hoche*. Toutes les mesures de sécurité sanitaires sont prises pour vous accueillir dans les meilleures conditions. Il n’est pas trop tard pour assister à l’évènement.

*uniquement sur inscription auprès de Sandrine Debray au 06 08 37 85 60 ou sdebray@immoweek.fr

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Thierry Mouthiez

le 24/01/2022

Commerce : les raisons d’y croire…

Dans sa récente étude sur « les marchés immobiliers français : bilan et perspectives », Knight Frank relève, entre autre, les raisons pour lesquelles « il faut croire en l’avenir du commerce physique ». Le conseil souligne, d’abord, que « la consommation a remarquablement résisté à la crise sanitaire ». Ainsi, « après avoir chuté de 7,2 % sur un an en 2020, la consommation des ménages a rebondi de plus de 4 % en 2021, sur fond d’accélération de l’activité économique et de nette progression du pouvoir d’achat », sachant que « les ventes en ligne ne sont pas les seules à avoir bénéficié de cette embellie »…

Parmi les autres raisons figure, notamment, le fait que « la grande majorité des enseignes placées en redressement ont été reprises ». Les procédures de redressement « ont été moins nombreuses en 2021, avec 15 enseignes placées en redressement, contre une trentaine en 2020. En outre, la grande majorité des enseignes concernées depuis 2020 par une procédure ont déjà été reprises (62 % du nombre total) ». Ou encore que « la France a attiré plus de nouvelles enseignes étrangères », un « bon indicateur de l’attractivité du marché français » puisque « le nombre d’enseignes étrangères ouvrant un premier magasin dans l’Hexagone est reparti à la hausse en 2021. Ainsi, 38 arrivées ont été recensées l’an passé, soit cinq de plus qu’en 2020 ». Sans compter que le marché bénéficie « aussi de la demande d’autres secteurs en plein essor (seconde main, mobilités douces…) et du développement de secteurs moins récents, mais également dynamiques (restauration rapide, cabinets médicaux…). Du coup, et en ajoutant «la baisse parfois conséquente des loyers », logiquement, « les taux de vacance ont commencé à diminuer sur certains axes « prime » parisiens ». Antoine Salmon, directeur du département commerces locatif de Knight Frank, note que « la baisse concerne des rues dont les difficultés remontaient à plusieurs années, comme la rue de Rennes, dont le taux de vacance est passé de 10 % à la fin 2020 à moins de 8 % un an plus tard, ou la rue de Rivoli, où celui-ci est désormais inférieur à 9 %, contre près de 13 % fin 2020 »…

Autre raison d’y croire : « la baisse des nouveaux développements limite la pression sur les sites existants ». Le conseil précise, ainsi, qu’« en 2020, le volume des inaugurations de mètres carrés de centres commerciaux avait diminué de 16 % sur un an et celui des retail parks de 54 %, illustrant les difficultés de commercialisation de certains projets et les retards occasionnés par les périodes de confinement. La tendance baissière s’est confirmée l’an passé pour les centres commerciaux ». Antoine Grignon, co-directeur du département investissement, fait valoir que « moins de 100 000 m² de centres commerciaux ont été inaugurés en France l’an passé, contre 130 000 m² en 2020 et 330 000 m² en 2016 ». Quant au retail parks, selon la société, « en 2021, le volume des ouvertures a progressé de 39 % en un an grâce aux livraisons initialement attendues en 2020. Toutefois, la baisse est de 28 % par rapport à la moyenne des cinq années précédant la crise sanitaire ». Une nouvelle plutôt positive pour les foncières spécialisées en Bourse toujours autant pénalisées…

Bref, comme les bureaux, les commerces physiques semblent avoir encore de beaux jours devant eux, même s’ils doivent, eux également, s’adapter à un environnement en profonde mutation…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine