Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : Anne Icart, lauréate du Prix...

Le choix Immoweek : Anne Icart, lauréate du Prix Cogedim Club pour « Lettres de Washington Square »

ActualitésLogement

le 10 Sep 2020

Cogedim Club, marque du groupe Altarea Cogedim dédiée au logement des seniors, décerne, pour la première année, son prix littéraire. La lauréate de cette édition 2020 est Anne Icart, pour « Lettres de Washington Square », paru chez Robert Laffont. C’est aussi notre « choix » Immoweek de ce 10 septembre.

Dans cet ouvrage lauréat, la narratrice, prénommée Zélie, découvre, à la lecture de correspondances oubliées dans une maison de famille, un secret… Des lettres, dont aucune n’est décachetée, sont adressées à son père ; elles viennent de New York et racontent une toute autre histoire que celle que la jeune femme a jusqu’alors entendue.

« Les écrivains nous font vivre des émotions et voyager, et cela prend encore plus d’importance dans la période que nous traversons actuellement. Les livres ont le pouvoir non seulement d’alléger notre vie et de l’agrandir, mais aussi de nous permettre de partager une communion de destins. Les vertus de la lecture, activité préférée des seniors, s’exprime dans nos résidences Cogedim Club à travers des clubs de lecture, qui fédèrent les résidents » explique Jérôme Navarre, directeur général de Cogedim Club. Et d’ajouter : « c’est l’occasion de nombreux moments de partage et de discussions animées, qui ont aboutis cette année à la sélection des trois ouvrages finalistes pour notre Premier Prix du Livre Cogedim Club. Ce prix, c’est notre manière à nous, chez Cogedim Club, d’animer et de susciter des débats tout au long de l’année au sein de nos résidences autour de lectures partagées et, bien sûr, de soutenir les auteurs ».

Le Prix Cogedim Club, qui récompense des ouvrages parlant de la famille et de la transmission, est décerné par un jury présidé par la comédienne Brigitte Fossey entourée de Monique Atlan, Eric Bouhier, Philippe Grimbert, Francesca Mantovani, Delphine Peras et Pascale Senk. Les résidents Cogedim Club ont participé à ce vote.
Anne Icart, qui se voit attribuer une dotation de 5 000 euros, était en compétition face à « Corentine » de Roselyne Bachelot paru chez Plon et « Villa Taylor » paru chez Anne Carrière, signé Michel Canesi et Jamil Rahmani.

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Catherine Bocquet

le 24/11/2020

Transition énergétique : « doit mieux faire », dit le Haut Conseil pour le Climat à la France

La France ne va pas assez loin ni assez vite dans sa politique en faveur de la transition énergétique. C’est le constat que pose le Haut Conseil pour le Climat (HCC) présidé par la climatologue Corinne Le Quéré dans un rapport qui vient d’être remis à la ministre de la Transition Ecologique, Barbara Pompili.

Alors, certes, le HCC concède  que « l’effort de transition » dans notre pays est « déjà en route », mais il dit surtout que celui-ci doit s’accélérer. Pour cela, le Conseil considère que seule la bonne volonté ne suffira pas et que, si l’axe  « rénovation énergétique » traduit dans le plan France Relance est une bonne idée, des moyens autrement plus significatifs devraient y être consacrés. Se référant notamment au « bon élève »  en la matière qu’est la Suède (le seul pays à avoir réussi une décarbonation quasi-totale du secteur des bâtiments) , le HCC préconise à la France de s’en inspirer, avec une stratégie en trois points : une bonne efficacité énergétique des bâtiments, en particulier via une construction neuve performante ; la décarbonation des vecteurs énergétiques pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire, via notamment le développement massif et continu des réseaux de chaleur en milieu urbain et péri-urbain et, enfin, l’évolution du parc de bâti afin d’éradiquer les situations de précarité énergétique (les fameuses « passoires thermiques »). Les moyens qui devraient être consacrés à ces objectifs sont autrement plus colossaux que ceux engagés aujourd’hui. « La massification de la rénovation énergétique nécessite d’accroître fortement et de manière pérenne les montants investis par rapport aux tendances passées »  estiment les membres du Conseil qui affirment que l’investissement annuel total (public et privé) en rénovation énergétique, actuellement estimé à environ 13 milliards d’euros, devra être multiplié au moins par deux en quelques années. Pour soutenir cet effort, les dispositifs de soutien public, actuellement de l’ordre de 4 milliards d’euros, devront être quadruplés. Et de plaider, comme l’a proposé la Convention Citoyenne pour le Climat (CCC) de compléter le dispositif public en fixant une trajectoire d’obligation de rénovation globale avec un fort soutien  financier des ménages modestes, « ceci dans une logique de justice sociale ». Ainsi, le Haut Conseil propose tout simplement de supprimer, d’ici trois ans, toutes les aides aux gestes individuels pour MaPrimeRénov’ et les certificats d’économie d’énergie (CEE), pour ne proposer que des aides « conditionnées à l’atteinte d’un niveau de performance (que l’aide soit globale ou qu’elle inclue un groupe de gestes cohérents avec un parcours global) et au recours à une assistance à la maîtrise d’ouvrage (AMO), qui doit devenir la clé de voûte du soutien public à la rénovation ». A noter que ce même HCC plaide aussi en faveur de l’éco-PTZ – dispositif qui peine à trouver son public et ses banquiers (litote) – pour augmenter son montant et sa durée en s’inspirant de l’exemple allemand (jusqu’à 120 000 euros sur 30 ans)…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine