Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > Le choix Immoweek : « Je ne suis jamais allé...

Le choix Immoweek : « Je ne suis jamais allé nulle part », l’arche colorée de Tobias Rehberger qui a séduit Emerige

ActualitésGreen & Innovations

le 01 Juil 2021

Le groupe Emerige inaugure « Je ne suis jamais allé nulle part », une œuvre de l’artiste allemand Tobias Rehberger, située à l’entrée de la station Pont Cardinet, l’une des quatre nouvelles stations du prolongement au nord de la ligne 14, ouverte en décembre dernier. L’oeuvre a été sélectionnée à l’issue d’une consultation d’artistes en 2014, menée sous la houlette du groupe, de la RATP et d’Ile-de-France Mobilités.

Difficile de manquer cette arche multicolore, haute de cinq mètres et longue de 12 mètres, qui marque l’accès de l’entrée « Guimard » du métro parisien, au pied du programme immobilier « Unic », réalisé par Emerige.

Si son appellation, « je ne suis jamais allé nulle part », peut sembler en contradiction avec l’idée du voyage, il s’agit pourtant d’une invitation à l’évasion. Ce titre cherche ainsi à rendre compte du sentiment de quelqu’un qui n’a jamais voyagé nulle part, se tenant face à cette entrée d’un tunnel souterrain, comme la promesse d’être emporté vers un ailleurs.

Cette imposante oeuvre, constituée de 264 facettes colorées, n’est autre qu’une interprétation contemporaine de la station de métro art nouveau de l’architecte Hector Guimard. Elle a, cependant, été adaptée au style futuriste qu’inspire ce nouveau quartier, entre le parc Martin Luther King et les voies ferrés de la gare Saint-Lazare.

Réalisée par l’entreprise de serrurerie Sarralaga, basée à Marseille (13), elle se compose de deux parties. La première, côté ville, s’intègre à la fois à l’entrée de la station de métro et au pied de l’immeuble ; la seconde, à l’intérieur de la station, est visible par les voyageurs de la ligne 14.

Emerige, premier signataire de la charte « Un immeuble, une œuvre », a également installé trois autres œuvres au sein d’ »Unic » : un triptyque de bois calciné sur toile, « Burnt in the Middle with you » de Davide Balula, une sculpture en chêne massif, « Prismatique n°2 » réalisée par Raphaël Zarka, toutes deux installées dans le hall d’entrée du programme, ainsi qu’une sculpture en acier laqué, « Entre deux », réalisée par Clément Bagot et installée sur le parvis de la crèche.

Anaïs Divoux

Édito
par Pascal Bonnefille

le 22/09/2022

La révolution verte est en route !

La révolution verte dans l’immobilier est en marche et rien ne l’arrêtera : en paraphrasant une citation historique, on ne veut pas simplement rappeler une formule célèbre, mais bien souligner l’irréversibilité et la diversité des projets en cours.

Notre magazine, spécialement édité à l’occasion du Sibca 2022, le salon immobilier bas carbone, dont nous sommes heureux d’être partenaires, a dû en effet faire des choix, souvent difficiles, entre les initiatives, programmes, nouvelles techniques qui fourmillent dans le monde immobilier hexagonal, tant elles sont nombreuses et originales : dans le bureau, les commerces et l’habitation, les expressions matériaux bio et géosourcés sont maintenant des expressions courantes ; le bois, le chanvre, la terre crue sont couramment utilisés.

Que de chemin parcouru en quelques années ! On se permettra un souvenir récent : la venue, à l’initiative d’Immoweek, de plusieurs (très) grands professionnels de l’immobilier à un Forum bois à Nancy.
La salle était pratiquement vide montrant le gouffre existant alors encore entre les « hommes de la pierre » (qu’on ne voyait alors, là-bas, que comme ceux du béton…) et les autres acteurs, singulièrement ceux du bois et des forêts. Ce temps est aujourd’hui révolu et on s’en réjouit.

Toutes les initiatives présentées dans ce magazine seront suivies de beaucoup d’autres et, plus que jamais, nous leur donnerons la place qu’elles méritent. Toute la chaîne immobilière est aujourd’hui mobilisée ; comme le grand élan de construction des années 1960, dans d’autres circonstances bien sûr et avec d’autres objectifs (même s’il ne faut pas négliger celui de la production), il est possible aujourd’hui de construire mieux. Plus durable, plus respectueux de l’environnement, tourné vers le recyclage et soucieux de l’occupation des sols, l’immobilier hexagonal opère une mue sans précédent. En parler et la promouvoir sera notre objectif numéro un dans les années à venir. Comme saluer les efforts de tous les acteurs et de toutes les actrices du secteur.

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine