Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : la construction légère et...

Le choix Immoweek : la construction légère et décarbonée, une ambition qui ne date pas d’hier…

ActualitésLogement

le 26 Oct 2021

Du 22 octobre 2021 au 27 février 2022, le Pavillon de l’Arsenal, situé dans le 4ème arrondissement de la Capitale, accueille l’exposition « Construire léger et décarboné ». Une mise en perspective d’une trentaine de projets de bâtis, à l’architecture expérimentale, conçus depuis les années 1920 jusqu’à aujourd’hui et ce, partout dans le monde…

« How much does your building weigh ? » (Combien pèse votre bâtiment ?) : formulée en 1978, cette question est l’œuvre de l’architecte et designer américain Richard Buckminster Fuller. Elle résume à merveille l’esprit de cette exposition hébergée au Pavillon de l’Arsenal. Ici, ce sont une trentaine de projets qui revivent grâce à une collection de plans, d’informations de contextualisation affichées aux murs, de matériaux bruts mis sous cloche. Un corpus qui porte le sceau de l’agence Philippe Rizzotti Architecte, chargé de le redessiner et de le décomposer. Mais aussi de l’École polytechnique fédérale (ETH) de Zurich.

Pénurie de logements

Ces trois dizaines de projets tente à démontrer que l’époque actuelle n’est pas le point zéro de toute chose et encore moins en ce qui a trait à l’architecture. Bien avant les questionnements environnementaux qui taraudent les grands décideurs de ce monde, les forçant à adopter norme sur norme afin de réduire l’empreinte carbone des constructions, puis des habitats, le bâti léger et économe s’était déjà imposé au début du 20ème siècle, bien que les raisons ayant suscité sa réflexion différaient de celles d’aujourd’hui. À l’époque, c’est dans un contexte de pénurie de logements et de matériaux pour les construire que l’idée de réduire la quantité de matière brute utilisée fait son chemin dans l’esprit de certains architectes et urbanistes. Des matériaux jusque-là délaissés, comme le bois, connaissent un âge de grâce, tout comme le concept de modularité, qui permet à une construction d’être montée et démontée en un temps record, puis réagencée, déplacée… Une flexibilité dont certains noms vont se faire les chantres, à l’image de Jean Prouvé ou Jean Jeanneret en France. Présentée dans le cadre de l’exposition, leur maison 8×8 BCC « tout bois », complètement démontable, prêtée par la galerie Patrick Seguin, est un modèle de construction économe. Le leitmotiv des deux architectes français, réquisitionnés par le ministère de la Reconstruction en 1950, était le même que pour les autres apôtres du modèle léger de l’habitat : privilégier un nombre de composants réduit et faciles à assembler.

Regarder vers le passé pour construire l’avenir

Aujourd’hui, la problématique environnementale oblige à revoir nos modes de construction et à regarder… vers le passé pour construire l’avenir. Tous les modèles de construction présentés au Pavillon de l’Arsenal comportent leur lot d’enseignements. Quand on sait qu’en France, au cours des deux dernières décennies, environ 195 000 logements individuels, et autant de collectifs, ont été construits, entraînant l’utilisation d’une masse courante comprise entre 1 200 et 1 500 kg/m2 (60 millions de tonnes par an), il est aisément compréhensible que la facture énergétique doit être réduite, et les ressources naturelle préservées. Avec la nouvelle réglementation environnementale (RE 2020), qui prendra effet au 1er janvier 2022, le modèle léger et décarboné est plus jamais d’actualité. Comme un éternel recommencement de l’Histoire…

Anthony Denay

Édito
par Thierry Mouthiez

le 06/12/2021

Reprise !

Même s’il s’agit de rester prudent dans un contexte sanitaire toujours (pour le moins) incertain, les marchés immobiliers se portent mieux qu’il y a un an. C’est en tous cas ce que permet de constater le prochain numéro de notre magazine « Immoweek » qui sera distribué au Simi. Comme chaque année à cette date, ce numéro est largement consacré aux marchés franciliens.

Un premier dossier passe au crible l’ensemble des secteurs. Avec, bien sûr, le Baromètre « Immoweek » – BNP Paribas Real Estate qui analyse chacun des marchés, mais aussi cette année, le coworking ou encore les conséquences du télétravail et des nouveaux usages des bureaux. CBRE s’attache, de son côté, au marché de Paris Centre Ouest et à ceux du Nord, du Sud et de l’Est francilien et JLL se charge de l’analyse de l’Ouest francilien, ainsi que du secteur particulier de La Défense.

Autre dossier d’importance : notre rédaction propose un itinéraire dans le Grand Paris au cours duquel une vingtaine de projets emblématiques sont présentés, avec des interventions d’Olivier Bokobza, président des activités de promotion de BNP Paribas Real Estate et de Nicolas Reynaud, directeur général de la Société Foncière Lyonnaise (SFL) au formidable patrimoine parisien.

Côté développement durable, nous mettons également à l’honneur, dans ce numéro, le recyclage urbain et le réemploi, qui devraient prendre de plus en plus d’importance en matière d’immobilier.

Même en matière de recrutement, l’heure est au développement. Ici, Laurent Derote et Sophie Vatté, président et directrice générale de DVA Executive Search, analysent « les grands enjeux de la promotion immobilière » en la matière…

Bref, les marchés renouent avec le dynamisme et pour le symboliser, qui de mieux que Xavier Niel à « la une ». Le président d’Iliad, « Pierre d’Or du Jury » 2021, est également un passionné d’immobilier, qui fait part de sa stratégie en la matière.

Au final, un numéro à ne pas manquer que les participants au Simi (du 8 au 10 décembre au Palais des Congrès de la Porte Maillot) pourront découvrir en avant-première…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine