Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > Le Choix Immoweek : les bailleurs sociaux plus...

Le Choix Immoweek : les bailleurs sociaux plus attentifs à la gestion circulaire des déchets de chantiers

ActualitésGreen & Innovations

le 30 Juil 2021

Face à des projets de renouvellement urbain qui mobilisent de grandes quantités de matériaux de construction, générant autant de déchets de chantier, de plus en plus de bailleurs sociaux s’intéressent à des méthodes moins consommatrices de ressources. L’économie circulaire apparaît comme l’une des réponses à ces enjeux. C’est notre « Choix » Immoweek.

Suite aux différentes lois visant à améliorer le recyclage et le réemploi des déchets de chantier, les bailleurs sociaux, en qualité de maîtres d’ouvrage, sont contraints de modifier leurs pratiques.

Outre la réglementation, les gisements de matériaux générés par le renouvellement urbain interpellent les organismes HLM sur la nécessité d’une gestion plus circulaire de ces déchets. Le programme national de rénovation urbaine a généré, en Ile-de-France, la démolition de 41 600 logements sociaux et la réhabilitation de 106 700 autres. Dès lors, l’enjeu est de savoir comment valoriser ces déchets et transformer ces lieux en laboratoires d’expérimentation.

Des procédés innovants

Les appels à projets qui les accompagnent, permettent de mettre en œuvre des procédés innovants. Le groupe Caisse des Dépôts a, par exemple, financé en 2015 l’appel à projets Architecture de la transformation, en lien avec l’Union sociale pour l’habitat, qui a permis à des bailleurs comme Seine-Saint-Denis Habitat d’expérimenter la construction d’ouvrages en réemployant du béton.

Au-delà de l’apport financier, les appels à manifestation d’intérêt assurent aux bailleurs sociaux des partenariats pour mettre en œuvre des procédés innovants : dans le quartier des Indes, à Sartrouville (78), le PIA a réuni 1 001 Vies Habitat, la commune, l’intercommunalité et Bouygues Immobilier, ainsi qu’un ensemble de bureaux d’études, ce qui a facilité le déploiement du procédé BIM, destiné à modéliser les données des bâtiments et ainsi proposer des solutions de déconstruction plus écologiques.

Du béton aux portes et boîtes aux lettres

D’autres matériaux peuvent être récupérés par les bailleurs pour leurs besoins internes, à l’instar du projet de renouvellement urbain du quartier Gagarine, à Romainville (93) : l’agence locale de Seine-Saint-Denis Habitat y a récupéré des portes à l’intérieur des logements, qu’elle a conditionnées et qu’elle réemploiera dans de prochaines opérations. L’office HLM a également pu revendre des boîtes aux lettres aux promoteurs, pour du logement en accession dans le quartier, ou des marches en granito à la Ville de Paris, pour l’aménagement extérieur de la Maison des Canaux (Paris 19ème).

Ces nouvelles pratiques supposent pour les bailleurs de modifier les dossiers d’attribution des marchés de construction et de démolition. Outre un lot « désamiantage » et un lot « déconstruction », un lot « réemploi » est désormais de mise dans les marchés de démolition. Un lot « valorisation du béton après démolition » peut également être inclus.

Anaïs Divoux

Édito
par Pascal Bonnefille

le 22/09/2022

La révolution verte est en route !

La révolution verte dans l’immobilier est en marche et rien ne l’arrêtera : en paraphrasant une citation historique, on ne veut pas simplement rappeler une formule célèbre, mais bien souligner l’irréversibilité et la diversité des projets en cours.

Notre magazine, spécialement édité à l’occasion du Sibca 2022, le salon immobilier bas carbone, dont nous sommes heureux d’être partenaires, a dû en effet faire des choix, souvent difficiles, entre les initiatives, programmes, nouvelles techniques qui fourmillent dans le monde immobilier hexagonal, tant elles sont nombreuses et originales : dans le bureau, les commerces et l’habitation, les expressions matériaux bio et géosourcés sont maintenant des expressions courantes ; le bois, le chanvre, la terre crue sont couramment utilisés.

Que de chemin parcouru en quelques années ! On se permettra un souvenir récent : la venue, à l’initiative d’Immoweek, de plusieurs (très) grands professionnels de l’immobilier à un Forum bois à Nancy.
La salle était pratiquement vide montrant le gouffre existant alors encore entre les « hommes de la pierre » (qu’on ne voyait alors, là-bas, que comme ceux du béton…) et les autres acteurs, singulièrement ceux du bois et des forêts. Ce temps est aujourd’hui révolu et on s’en réjouit.

Toutes les initiatives présentées dans ce magazine seront suivies de beaucoup d’autres et, plus que jamais, nous leur donnerons la place qu’elles méritent. Toute la chaîne immobilière est aujourd’hui mobilisée ; comme le grand élan de construction des années 1960, dans d’autres circonstances bien sûr et avec d’autres objectifs (même s’il ne faut pas négliger celui de la production), il est possible aujourd’hui de construire mieux. Plus durable, plus respectueux de l’environnement, tourné vers le recyclage et soucieux de l’occupation des sols, l’immobilier hexagonal opère une mue sans précédent. En parler et la promouvoir sera notre objectif numéro un dans les années à venir. Comme saluer les efforts de tous les acteurs et de toutes les actrices du secteur.

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine