Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > Le choix Immoweek : quand Christo reprend vie...

Le choix Immoweek : quand Christo reprend vie grâce à l’emballage de l’Arc de Triomphe

ActualitésGreen & Innovations

le 13 Sep 2021

©Twitter

Une toile argentée bleue aux reflets métalliques, 25 000 m2 de tissus recyclage, un emballage qui devrait être terminé, au plus tard, le 18 septembre : voici le Choix Immoweek de ce lundi 13 septembre, qui concerne l’Arc de Triomphe et son habillage vu par Christo. Ce sont les cordistes des Compagnons du Devoir qui mettent en place cette toile.

Les Parisiens connaissent bien l’artiste Christo qui, en 1985, avait déjà emballé le Pont-Neuf. Le projet d’en faire de même avec l’Arc de Triomphe ne date pas d’hier, mais de 1961. Originellement prévue en 2020, l’empaquetage de l’Arc de Triomphe a été repoussé d’un an à l’automne 2021. Christo ne verra pas son projet devenir réalité, puisqu’il meurt le 31 mai 2020 ; il avait travaillé jusqu’à la fin à cette dernière œuvre et avait souhaité la poursuite de son projet après sa disparition.

Du 18 septembre au 3 octobre, remontez les Champs-Elysées et découvrez ce travail sublime.

A noter : l’Arc de Triomphe empaqueté sera entièrement autofinancé grâce à la vente des œuvres originales de Christo, collages, dessins de ce projet et d’autres, ainsi que des maquettes, œuvres des années cinquante-soixante et des lithographies. Il ne bénéficiera d’aucun autre financement public ou privé, comme tous les projets artistiques de Christo et Jeanne-Claude.

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Pascal Bonnefille

le 16/03/2022

La « divine surprise » Olivier Klein

Tout le secteur de l’immobilier, et singulièrement du logement, avait (très !) mal vécu l’absence de portefeuille ministériel à lui dédié. Amélie de Montchalin avait eu beau affirmer, pour rattraper le coup, qu’elle était « bien sûr » ministre du Logement, personne n’avait été dupe ou rassuré par cette absence.

Même si quelques voix, ici même, dont celles de Philippe Pelletier, ont douté de l’intérêt profond de l’existence d’un ministre « spécialisé », la nomination d’Olivier Klein a fait l’effet d’une « divine surprise » pour des professionnels souvent inquiets, à juste titre d’ailleurs.
D’abord car c’est un élu qui connaît sur le bout des doigts les questions du secteur : président de l’Anru depuis 2017 et maire de Clichy-sous-Bois, les sujets « logement » ne lui sont pas étrangers. Ensuite, autre bon signe, car l’intitulé du ministère comprend également la Ville, comme un écho au portefeuille de Jean-Louis Borloo, toujours ô combien regretté par le secteur (son Trophée du Jury aux « Trophées Logements et Territoires », 2021, l’a bien rappelé).
Reste à scruter maintenant les relations que le nouveau ministre délégué entretiendra avec Christophe Bechu qui, un mois après son entrée au Gouvernement, est promu en devenant ministre de plein exercice chargé de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.
Mais il faudra aussi s’intéresser aux rapports du ministre délégué avec l’Elysée, Matignon et Bercy, les trois pôles du pouvoir, sans le soutien desquels un ministre, aussi compétent soit il, est bien démuni…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine