Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > En confinement avec… Laurent Asty

En confinement avec… Laurent Asty

ActualitésLogement

le 20 Avr 2020

Il est à la tête de la direction régionale Ile-de-France de Carrere et a accepté de répondre à ce « questionnaire de Proust ». Rencontre « en confinement » avec Laurent Asty. Faites-nous partager, vous aussi, ce temps si particulier sur redaction@immoweek.fr

Comment se déroule votre journée ?

De façon inédite. Mon rythme coutumier calé sur mes semaines de travail et mes week-ends est suspendu sine die. Ma vie professionnelle est moins prenante et laisse place à d’autres activités telles que le jardinage, le bricolage, la lecture (oh la lecture qui me manquait tant !) et la cuisine ; bref, l’hédonisme me tend les bras.

Où êtes-vous ?

Etant en responsabilité de la Normandie et de l’Ile-de-France, je me suis positionné à mi parcours entre nos bureaux de Neuilly-sur-Seine et ceux du Havre. Quelle est la pièce préférée de votre logement ? Le séjour est incontestablement la pièce la plus adaptée à mon activité professionnelle et personnelle. Cette pièce cathédrale est, en plus, lumineuse et orientée sur le jardin. Un vrai produit de promoteur immobilier !

Que lisez-vous ? Avez-vous un livre à nous recommander ?

Je viens de terminer le dernier roman indépendant de l’écrivain français Maxime Chattam : Un(e)secte et vais entamer La Nuit du mal de Giacometti Ravenne. Les circonstances me remémorent le chapitre 30 de Candide intitulé par Voltaire : « il faut cultiver notre jardin » que je conseille de (re)lire.

Un film ou une série télé que vous allez revoir ? Que vous nous recommandez ?

J’ai profité du temps dégagé par le confinement pour suivre les six épisodes de la série « Les derniers tsars » qui racontent la fin de l’Empire des Romanov. Cette série se recoupe parfaitement avec une biographie sur Raspoutine qui a clairement participé à la chute de cette dynastie russe.

Un album de musique à nous conseiller ?

C’est l’occasion d’écouter de la musique de tous styles sans restrictions ou préjugés.

Comment faites-vous pour garder la forme ?

Je marche dans la campagne et fais du jardinage, bon pour la tête et le corps.

Avez-vous un message à faire passer à nos lecteurs et aux autres confinés ?

Le temps est notre pire ennemi, le confinement a pour partie stoppé le temps. Profitons de ce moment pour, globalement, nous remettre à niveau, prendre du recul et mettre en perspective les prochains mois et années. Profitons aussi de cette exceptionnelle période pour nous recentrer sur l’essentiel et les nôtres.

Vous pouvez, si vous le souhaitez, nous adresser une photo qui symbolise ou illustre pour vous le confinement

Dans ce temps où il est rappelé à l’Homme sa vulnérabilité et l’humilité que chacun d’entre nous doit retenir de ce moment difficile (euphémisme) pour certains d’entre nous, j’ai choisi la photo de mon bonsaï, pris avec mes dossiers de mon bureau pour me retrancher en Normandie. Cet arbre âgé de 56 ans reprend des forces au vert. Il se revigore. Il sera encore plus fort passé le confinement.

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Thierry Mouthiez

le 18/10/2021

Investissement : vers une nouvelle compression des taux « prime »…

« Les volumes investis en immobilier d’entreprise en France affichent un niveau honorable dans le contexte actuel avec 15,2 milliards d’euros engagés sur les neuf premiers mois de l’année 2021 (-17 % sur un an) » affirme Olivier Ambrosiali, directeur général adjoint en charge du pôle vente et investissement de BNP Paribas Real Estate Transaction France, à propos des résultats du marché de l’investissement à fin septembre.

La société de conseil considère que « cette contreperformance s’explique notamment par la très forte baisse des transactions unitaires de plus de 100 millions d’euros avec seulement 32 opérations recensées depuis le début de l’année, contre 47 sur la même période de l’année 2020 ». Chez CBRE, on fait valoir qu’« après un deuxième trimestre timide, le marché reprend des couleurs au troisième trimestre, produisant un volume global légèrement au-dessus de 5 milliards d’euros ». Et Nicolas Verdillon, « managing director investment properties », de préciser que « cette reprise reflète l’amélioration des conditions techniques de transactions et démontre l’appétit durable pour l’immobilier d’entreprise ». Enfin, pour JLL, « avec 2,9 milliards d’euros investis, le marché francilien a connu un troisième trimestre plus dynamique que le deuxième (+37 %), mais toujours en net retrait par rapport aux performances traditionnellement observées ».

Un marché dans lequel « si le bureau reste, toujours et de loin, la classe d’actifs la plus plébiscitée par les investisseurs avec près de 9 milliards d’euros investis depuis le début de l’année, on note un ralentissement plus marqué (-24 % sur un an) » dixit Olivier Ambrosiali ; dans lequel le segment industriel et la logistique « reste incroyablement dynamique et les rendements n’ont jamais été aussi bas, reflétant la concurrence sur les rares opportunités » dixit Nicolas Verdillon ou encore dans lequel « le QCA arrive en tête des engagements avec près d’1,9 milliard d’euros (22 %), grâce notamment à 7 transactions de plus de 100 millions d’euros » dixit JLL.

Surtout, dans ce marché où « les opportunités restent variées » selon Stephan von Barczy, directeur du département investissement de JLL, la société de conseil n’a pas enregistré « de mouvement particulier pour les taux « prime » en bureaux au 3ème trimestre 2021 par rapport au trimestre précédent, à l’exception de quelques décompressions observées sur des secteurs présentant des niveaux d’offre élevés ou disposant essentiellement d’actifs de grande taille plus difficiles à financer. Le taux « prime » bureaux du QCA reste, ainsi, stable à 2,50 % ». Néanmoins, selon Olivier Ambrosiali, chez BNP Paribas Real Estate, « au cours des prochaines semaines, les taux « prime » pourraient connaître de nouvelles compressions, tout particulièrement sur le marché de la logistique. De son côté, malgré une accélération traditionnelle des cessions au cours du 4ème trimestre, les volumes investis en immobilier d’entreprise devraient connaître en 2021 une baisse de l’ordre de 10 % comparativement à 2020, retrouvant ainsi un niveau plus en adéquation avec leur moyenne long terme ». Un avis partagé par Nicolas Verdillon, pour qui, « la pression sur les taux de rendement se poursuit pour les actifs « prime » situés dans les secteurs établis, optimisant ainsi certaines valeurs vénales ». Cependant, le conseil note qu’« en revanche, pour les actifs au profil locatif et/ou environnemental incertains et situés principalement dans les secteurs secondaires, les taux de rendement subissent une dé-pression haussière, qui continue de rétablir une hiérarchie du risque alimentée par un marché très étroit »…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine