Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > FPI Ile-de-France : 95 % des chantiers ont repris

FPI Ile-de-France : 95 % des chantiers ont repris

ActualitésLogement

le 27 Mai 2020

Le président de la Fédération des Promoteurs Immobiliers d’Ile-de-France, Marc Villand, annonce que 95 % des chantiers sont repartis, ce qui représente 60 000 logements en construction.

« En effet, les promoteurs immobiliers franciliens, qui représentent environ 30 % du chiffre d’affaires des entreprises du bâtiment à l’échelle nationale, se sont très vite adaptés aux exigences sanitaires afin de protéger la santé des compagnons ». Et Marc Villand d’ajouter : « oui, c’est différent ! Inévitablement ! Mais il y a une différence entre ce que l’on entend dans certaines opérations de communication et la réalité des chantiers. Sur le terrain, nous nous sommes tous mis d’accord et l’activité a repris. Certes, plus lentement, avec des surcoûts pour tout le monde, mais c’est reparti ! ».

La clé de la reprise

Le secteur de l’immobilier et de la construction, qui représente 10 % du PIB, est habituellement un des amortisseurs des crises et un accélérateur des reprises. C’est pourquoi il est essentiel de mettre, dès à présent, en place des solutions nouvelles permettant une reprise d’activité à court, moyen et long terme.

En effet, si les chantiers de promotion privé reprennent massivement en Ile-de-France, des inquiétudes demeurent quant à la capacité de répondre à la demande, très forte dans cette région en tête des métropoles les plus attractives en Europe.

Selon une étude du Centre d’Analyse et de Précisions Immobilières (Capem), avant même les impacts de la crise sanitaire, au 1er trimestre 2020, seulement 2 100 logements, tous types d’habitats confondus, avaient été mis en vente, soit une chute de 67 % par rapport à la même période l’an passé.

Une chute vertigineuse des mises en vente qui s’explique notamment par les difficultés de délivrance des autorisations d’urbanisme. « Les municipales ont gelé la délivrance des permis de construire, avant même que la crise sanitaire n’apparaisse. Les permis de construire qui ne sont pas délivrés depuis des mois et encore aujourd’hui, c’est autant de nouveaux chantiers qui ne pourront pas débuter fin 2020 ou début 2021 avec, de fait, des impacts inévitables sur l’emplois et les entreprises du bâtiment. Les mises en vente sur le deuxième trimestre 2020 risquent d’être quasiment inexistantes » souligne le président de la FPI-IDF.

Les propositions de la FPI-IDF

En cette période de sortie de crise, la profession redoute l’engorgement des services instructeurs et, donc, un ralentissement qui ne ferait qu’enliser cette chute de l’offre.

Pour y remédier, la Fédération des Promoteurs Immobiliers d’Ile-de-France appelle formellement à une accélération de la dématérialisation de l’instruction des demandes. Si la loi Elan prévoit, à compter du 1er janvier 2022, l’obligation pour les communes de plus de 3 500 habitants d’utiliser la télé-procédure afin de recevoir et instruire sous forme dématérialisée les demandes d’autorisation d’urbanisme déposées, la FPI-IDF demande une mise en place dès la fin d’année 2020.

Dans cet objectif de « dé-paralyser » le secteur, la FPI-IDF propose la création d’un « PC Covid » qui appellerait un traitement exceptionnel et temporaire des permis de construire (PC) déposés entre le 12 mars et le 31 décembre 2020. Possibilité pour les maîtres d’ouvrage de transmettre le pré-dossier ou des pièces complémentaires par voie dématérialisée, suppression de toute demandes de pièces non formellement requises légalement, prorogations des délais de validité des permis de construire devenus caduc… des mesures visant à alléger les procédures administratives parfois inadaptées à ce contexte inédit de crise sanitaire.

« Les promoteurs immobiliers franciliens ont tout mis en œuvre pour que le reprise se déroule rapidement et efficacement. Il nous a fallu nous adapter et les résultats sont là.  Nous demandons à l’Etat et aux collectivités locales de nous aider à travailler et à produire pour la relance de l’activité » conclut Marc Villand.

Selon un sondage réalisé par la FPI-IDF* :

• 97 % des chantiers ont été arrêtés à partir du 17 mars afin de mettre en place les conditions sanitaires requises pour assurer la sécurité de l’ensemble des parties prenantes sur site, notamment l’application des mesures préconisées par le guide de l’OPPBTP ; pour 80 % d’entres eux, ce sont les entreprises qui ont arrêté le chantier.

• Fin mai 2020, les adhérents sondés déclarent que plus de 95 % des chantiers sont d’ores et déjà repartis…

« Derrière ces pourcentages, ce sont plus de 800 chantiers concernés en Ile-de-France et plus de 60 000 logements dont la construction a repris » précise le président de la FPI-IDF.

*sondage réalisé par la Fédération des Promoteurs Immobiliers d’Ile-de-France auprès de 46 adhérents sur 87, actualisé quotidiennement.

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Pascal Bonnefille

le 16/03/2022

Présidentielle : le choix s’impose

Les journalistes, ceux d’ « Immoweek » bien sûr et tous les autres médias, ont accompli, avec conscience,  durant cette campagne présidentielle, leur mission d’information : présenter les projets, les comparer et, pour ce qui nous concerne, insister sur les propositions en matière de logement et d’immobilier. Ce travail effectué, reste désormais aux citoyens à s’exprimer.

Le rôle d’ « Immoweek » n’est nullement de s’engager, ni de prendre parti dans les choix qui appartiennent à chacun. Le citoyen que je suis (et qui s’exprime ici en son nom personnel) croit, cependant, devoir affirmer, et réaffirmer son attachement aux valeurs de la République et de la démocratie. Même si on peut reprocher au Président sortant (notamment en matière de logement) bien des insuffisances, voire des erreurs, c’est aujourd’hui le sort de la France en tant que nation démocratique qui se joue. Jamais l’extrême droite n’a pu, sauf après de terribles défaites militaires (en 1870 et en 1940), s’imposer : sa victoire serait un drame pour tous ceux qui croient, au-delà de leurs différences, voire de leurs oppositions, à la fière et exigeante devise de la République. Dimanche prochain, le choix s’impose et il s’appelle Emmanuel Macron.

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine