Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Questions Pour un Après à… Pierre Vital

Questions Pour un Après à… Pierre Vital

ActualitésLogement

le 26 Mai 2020

Il réfléchit à la manière dont on peut construire des logements abordables : Pierre Vital, co-fondateur associé d’ID&AL groupe, répond à nos « Questions pour un après… ».

Quel lieu de travail idéal pour vous ?

Le train avec une bonne connexion wifi. J’y suis tranquille et ça me laisse souvent un moment calme pour réfléchir et planifier mes actions.

Quel aménagement de bureau idéal ?

Un ordinateur, mes oreillettes et mon téléphone. J’aime les bureaux bien rangés, dans un style moderne et épuré.

Êtes-vous devenu 100 % digital ?

Absolument, je ne supporte pas d’avoir du papier sur mon bureau. Entre autre, j’aime beaucoup le concept de la signature électronique.

Une œuvre de fiction qui traduit votre vision idéale du futur ?

Le tour du monde en 80 jours. La poésie d’un voyage rendu possible par une révolution utile à tous, la montgolfière.

Une chanson qui traduit votre état d’esprit actuel ?

Le travail c’est la santé de Henri Salvador. Il est temps de reprendre le chemin du travail.

Un mot d’ordre pour la suite ?

Agilité.

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Thierry Mouthiez

le 17/05/2021

SCPI : excellente résistance !

Il est clair qu’en période de crise, l’immobilier joue à plein son rôle de valeur refuge. Les statistiques du marché des parts de SCPI publiées la semaine dernière par l’Aspim et l’IEIF, en apportent une nouvelle preuve.

En effet, « les SCPI et OPCI grand public ont collecté 1,8 milliards d’euros, volume en hausse de 6 % par rapport au dernier trimestre 2020 » selon les deux institutions. Et Jean-Marc Coly de souligner que « le premier trimestre 2021 ressemble au dernier trimestre 2020 avec la poursuite du rebond de la collecte des SCPI et une stabilisation des souscriptions nettes d’OPCI sur des niveaux faibles, mais toujours positifs », le président de l’Aspim relevant que « ce sont les SCPI qui ont porté la collecte au premier trimestre ». Effectivement, celles-ci ont collecté 1,68 milliard d’euros. Même si cette collecte « reste inférieure de 35 % à celle du premier trimestre 2020, impacté par la crise sanitaire à partir de la fin du mois de mars », l’Aspim et l’IEIF précisent qu’il s’agit là d’un « montant en hausse de 6,1 % par rapport au dernier trimestre 2020. L’amélioration progressive des souscriptions se confirme après les hausses déjà observées aux troisième et quatrième trimestres 2020 (respectivement, +17 et +54 %) ». Autant dire que les épargnants continuent à investir dans la pierre, même si elle est en papier !

Parallèlement, les vendeurs de parts sont nettement moins nombreux puisque « le montant des parts de SCPI échangées sur le marché secondaire au premier trimestre 2021 s’établit à 313 millions d’euros, en baisse de 21 % sur un trimestre. Le taux de rotation des parts rapporté à la capitalisation est de 0,43 %. La valeur des parts restant en attente de cession au 31 mars 2021 représente 0,16 % de la capitalisation totale », cette dernière s’élevant, à cette date, à 72,8 milliards d’euros, « en hausse de 2 % sur un trimestre »…

Il convient également de noter que « ce sont toujours les SCPI « bureaux » qui collectent le plus (639 millions d’euros) », illustrant ainsi le fait que les épargnants croient donc toujours, eux aussi, dans les bureaux ! Celles-ci devancent les SCPI « spécialisées » (491 millions d’euros), « particulièrement portées par la thématique de la santé », sans surprise en cette période de crise sanitaire… Arrivent, ensuite, les SCPI « diversifiées » (448 millions d’euros), les SCPI « résidentiel » (63 millions d’euros) et, enfin, les SCPI « commerces » (35 millions d’euros), là encore sans surprise en cette période où le commerce a particulièrement souffert…  D’ailleurs, pour l’avenir, Jean-Marc Coly reste prudent, estimant que « les perspectives de performance en 2021 restent intimement liées à la croissance économiques et dépendront également de la fin des restrictions qui pénalisent toujours les locataires des secteurs du commerce, de la restauration et du tourisme »…

Néanmoins, dans ce contexte chamboulé, on ne peut que constater l’excellente résistance dont font preuve les SCPI…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine