Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logistique > Actualités > Lille : Corsalis acquiert et va rénover un...

Lille : Corsalis acquiert et va rénover un ancien bâtiment industriel de 2 050 m2

ActualitésLogistique

le 11 Jan 2022

Corsalis a fait l’acquisition de la Filature de Saint-Quentin, construite dans un style industriel de briques rouges, située à Lille (59). Ce bâtiment de 2 000 m2 sera rénové à partir de janvier 2022 pour une durée de travaux d’environ trois mois, et sera reconverti à leur issue en un site de distribution urbaine.

Sur la surface totale de 2 050 m2 que totalise le site, 1 800 m2 comprendront une surface d’exploitation pour de la distribution urbaine, afin d’accueillir le flux des véhicules utilitaires légers et leurs stationnements dans une large zone à l’intérieur du bâtiment. Le site comprendra également 250 m2 de bureaux et locaux sociaux annexes en mezzanine.

La Filature de Saint-Quentin est stratégiquement située à l’intersection de deux axes principaux lillois : la rue de Douai et le boulevard de Belfort. Le port de Lille, troisième port fluvial de France, se trouve quant à lui à quelques mètres seulement du site.

Anthony Denay

Édito
par Pascal Bonnefille

le 16/03/2022

Présidentielle : le choix s’impose

Les journalistes, ceux d’ « Immoweek » bien sûr et tous les autres médias, ont accompli, avec conscience,  durant cette campagne présidentielle, leur mission d’information : présenter les projets, les comparer et, pour ce qui nous concerne, insister sur les propositions en matière de logement et d’immobilier. Ce travail effectué, reste désormais aux citoyens à s’exprimer.

Le rôle d’ « Immoweek » n’est nullement de s’engager, ni de prendre parti dans les choix qui appartiennent à chacun. Le citoyen que je suis (et qui s’exprime ici en son nom personnel) croit, cependant, devoir affirmer, et réaffirmer son attachement aux valeurs de la République et de la démocratie. Même si on peut reprocher au Président sortant (notamment en matière de logement) bien des insuffisances, voire des erreurs, c’est aujourd’hui le sort de la France en tant que nation démocratique qui se joue. Jamais l’extrême droite n’a pu, sauf après de terribles défaites militaires (en 1870 et en 1940), s’imposer : sa victoire serait un drame pour tous ceux qui croient, au-delà de leurs différences, voire de leurs oppositions, à la fière et exigeante devise de la République. Dimanche prochain, le choix s’impose et il s’appelle Emmanuel Macron.

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine