Chargement

Pour ce nouvel épisode de l’émission « Grand Entretien », rencontre avec Sylvain Bogeat, cofondateur de Vestack, entreprise qui conçoit et construit des bâtiments en matériaux biosourcés sous forme de modules assemblés hors-site.

La construction hors site, dite aussi construction modulaire, encore peu usitée en France, devrait, selon les prévisions du cabinet McKinsey, atteindre 20 % de la construction mondiale d’ici 2030. Les Etats-Unis ou le Canada sont précurseurs en la matière, mais la France dispose d’atouts et d’entreprises prêtes à se positionner sur ce marché et à bâtir une vraie filière industrielle créatrice d’emploi, au service du logement.

le 14 juin 2021

Pour ce nouvel épisode de l’émission « Grand Entretien », rencontre avec Sylvain Bogeat, cofondateur de Vestack, entreprise qui conçoit et construit des bâtiments en matériaux biosourcés sous forme de modules assemblés hors-site.

La construction hors site, dite aussi construction modulaire, encore peu usitée en France, devrait, selon les prévisions du cabinet McKinsey, atteindre 20 % de la construction mondiale d’ici 2030. Les Etats-Unis ou le Canada sont précurseurs en la matière, mais la France dispose d’atouts et d’entreprises prêtes à se positionner sur ce marché et à bâtir une vraie filière industrielle créatrice d’emploi, au service du logement.

podcasts

iPodcast avec Sylvain Bogeat (Vestack)

le 14 juin 2021

Le Groupe Verrecchia est, depuis 30 ans, un expert de la construction en pierre de taille massive porteuse. Il s’agit là d’un matériau de construction de premier rang. Au micro d’ « Immoweek », son président, Marc Verrecchia, qui se positionne sur des résidences haut de gamme et des logements personnalisables.

La production annuelle du promoteur est d’environ 1 000 logements autour de Paris et dans les régions situées entre Nice et Bordeaux.

« Issue directement du milieu naturel, la pierre de taille ne subit aucune modification. Elle est façonnée ou redimensionnée pour être utilisée en construction. Elle est prête à l’emploi et génère très peu de déchets sur les chantiers. Sa capacité de réemploi lui permet de s’inscrire dans une dynamique d’économie circulaire ».

« Les Carrières Violet de Nogent-sur-Oise et Verrecchia sont liées par un partenariat historique né en 1963. Toutes les résidences Verrecchia d’Ile-de-France sont ainsi érigées à partir d’une pierre extraite à moins de 50 kilomètres de Paris. Afin de garantir la meilleure qualité de construction, Verrecchia utilise la pierre issue du banc royal ».

Pour en savoir beaucoup plus sur ce promoteur « différent », écoutez ce podcast.

le 07 juin 2021

Le Groupe Verrecchia est, depuis 30 ans, un expert de la construction en pierre de taille massive porteuse. Il s’agit là d’un matériau de construction de premier rang. Au micro d’ « Immoweek », son président, Marc Verrecchia, qui se positionne sur des résidences haut de gamme et des logements personnalisables.

La production annuelle du promoteur est d’environ 1 000 logements autour de Paris et dans les régions situées entre Nice et Bordeaux.

« Issue directement du milieu naturel, la pierre de taille ne subit aucune modification. Elle est façonnée ou redimensionnée pour être utilisée en construction. Elle est prête à l’emploi et génère très peu de déchets sur les chantiers. Sa capacité de réemploi lui permet de s’inscrire dans une dynamique d’économie circulaire ».

« Les Carrières Violet de Nogent-sur-Oise et Verrecchia sont liées par un partenariat historique né en 1963. Toutes les résidences Verrecchia d’Ile-de-France sont ainsi érigées à partir d’une pierre extraite à moins de 50 kilomètres de Paris. Afin de garantir la meilleure qualité de construction, Verrecchia utilise la pierre issue du banc royal ».

Pour en savoir beaucoup plus sur ce promoteur « différent », écoutez ce podcast.

podcasts

iPodcast avec Marc Verrecchia (Groupe Verrecchia)

le 07 juin 2021

C’est un face à face que nous vous proposons aujourd’hui pour ce Grand Entretien. D’un côté, Vincent Pavanello, président de ReT Conseil et de la Maison des Mandataires et, de l’autre, Jean-Marc Torrollion, président de la Fnaim. Vincent Pavanello est l’auteur d’un rapport sur le fonctionnement des réseaux de mandataires et, sur ce thème, Jean-Marc Torrollion a accepté le débat.

Un échange constructif et extrêmement intéressant entre deux grands professionnels sur un sujet qui fait débat…

le 31 mai 2021

C’est un face à face que nous vous proposons aujourd’hui pour ce Grand Entretien. D’un côté, Vincent Pavanello, président de ReT Conseil et de la Maison des Mandataires et, de l’autre, Jean-Marc Torrollion, président de la Fnaim. Vincent Pavanello est l’auteur d’un rapport sur le fonctionnement des réseaux de mandataires et, sur ce thème, Jean-Marc Torrollion a accepté le débat.

Un échange constructif et extrêmement intéressant entre deux grands professionnels sur un sujet qui fait débat…

podcasts

iPodcast avec Vincent Pavanello (ReT Conseil et la Maison des Mandataires) et Jean-Marc Torrollion (Fnaim)

le 31 mai 2021

De 2016 à 2017, Emmanuelle Cosse a été ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales sous la présidence de François Hollande. Elle est aujourd’hui, présidente de l’USH (Union Sociale pour l’Habitat). Elle se livre au micro de Pascal Bonnefille sur sa vie de ministre dans la série documentaire créée par « Immoweek », avec le soutien de Gecina.

Emmanuelle Cosse est une femme engagée à gauche. Elle est une fervente militante associative, notamment au sein d’Actup où elle occupe les fonctions de trésorière, vice-présidente, puis présidente de 1999 à 2001. Elle rejoint Europe Ecologie en 2009.

Sa carrière professionnelle démarre en tant que journaliste, au sein du magazine « Têtu ». Elle tient une chronique dans le mensuel « Regards », dont elle deviendra plus tard rédactrice en chef.

Le , Emmanuelle Cosse est élue secrétaire nationale d’Europe Écologie Les Verts. Elle est, par la suite, élue présidente du groupe EELV au conseil régional d’Ile-de-France ; elle quitte cette fonction en février 2016 après sa nomination ministérielle.

le 26 mai 2021

De 2016 à 2017, Emmanuelle Cosse a été ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales sous la présidence de François Hollande. Elle est aujourd’hui, présidente de l’USH (Union Sociale pour l’Habitat). Elle se livre au micro de Pascal Bonnefille sur sa vie de ministre dans la série documentaire créée par « Immoweek », avec le soutien de Gecina.

Emmanuelle Cosse est une femme engagée à gauche. Elle est une fervente militante associative, notamment au sein d’Actup où elle occupe les fonctions de trésorière, vice-présidente, puis présidente de 1999 à 2001. Elle rejoint Europe Ecologie en 2009.

Sa carrière professionnelle démarre en tant que journaliste, au sein du magazine « Têtu ». Elle tient une chronique dans le mensuel « Regards », dont elle deviendra plus tard rédactrice en chef.

Le , Emmanuelle Cosse est élue secrétaire nationale d’Europe Écologie Les Verts. Elle est, par la suite, élue présidente du groupe EELV au conseil régional d’Ile-de-France ; elle quitte cette fonction en février 2016 après sa nomination ministérielle.

podcasts

« Ma vie de ministre du Logement » avec Emmanuelle Cosse

le 26 mai 2021

Au micro d’ « Immoweek » dans le cadre de notre série « Grand entretien », cette nouvelle semaine, Karim Habra. Le directeur général des équipes Europe et Asie-Pacifique d’Ivanhoé Cambridge chapeaute l’ensemble des activités immobilières du groupe dans ces marchés.

« La mission d’Ivanhoé Cambridge est de générer une performance financière durable et à long terme pour ses actionnaires ; c’est aussi d’avoir un impact positif sur l’environnement, mais également sur la société » tient à préciser Karim Habra.

Avec des projets en résidentiel, en logistique, en immobilier de santé, en résidence étudiante et, bien sûr, en bureaux, Ivanhoé Cambridge poursuit sur sa lancée et ses ambitions, avec des objectifs en terme de développement durable et d’impact sociétal et environnemental.

Il revient sur cette année 2020 si particulière, mais également sur les projets d’Ivanhoé Cambridge. Pour en savoir plus et connaître son analyse et son expertise, écoutez son podcast.

le 25 mai 2021

Au micro d’ « Immoweek » dans le cadre de notre série « Grand entretien », cette nouvelle semaine, Karim Habra. Le directeur général des équipes Europe et Asie-Pacifique d’Ivanhoé Cambridge chapeaute l’ensemble des activités immobilières du groupe dans ces marchés.

« La mission d’Ivanhoé Cambridge est de générer une performance financière durable et à long terme pour ses actionnaires ; c’est aussi d’avoir un impact positif sur l’environnement, mais également sur la société » tient à préciser Karim Habra.

Avec des projets en résidentiel, en logistique, en immobilier de santé, en résidence étudiante et, bien sûr, en bureaux, Ivanhoé Cambridge poursuit sur sa lancée et ses ambitions, avec des objectifs en terme de développement durable et d’impact sociétal et environnemental.

Il revient sur cette année 2020 si particulière, mais également sur les projets d’Ivanhoé Cambridge. Pour en savoir plus et connaître son analyse et son expertise, écoutez son podcast.

podcasts

iPodcast avec Karim Habra (Ivanhoé Cambridge)

le 25 mai 2021

Avocat au Barreau de Paris depuis 1983 ; associé cofondateur du cabinet Lefèvre Pelletier & associés (aujourd’hui LPA-CGR) ; de janvier 2009 à juillet 2012, il a été nommé par le Premier ministre, président du comité stratégique du Plan Bâtiment Grenelle (il reçoit, en 2010, une « Pierre d’Or » dans la catégorie « Green et Innovation »). Il est ensuite reconduit, par les pouvoirs publics, à la tête du Plan Bâtiment, dès lors intitulé Plan Bâtiment Durable : Philippe Pelletier, fils de Monique Pelletier (ministre déléguée à la Condition Féminine de 1978 à 1981, sous Valéry Giscard d’Estaing) est l’invité de Pascal Bonnefille pour un « Immoscopie » au micro d’« Immoweek ».

Philippe Pelletier a également été président de l’Union Nationale de la Propriété Immobilière (UNPI) de 1989 à 1994, de l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah) de 1998 à 2008. En 2008, il a présidé et animé le comité opérationnel (Comop) sur les bâtiments existants, à l’occasion des premières réflexions du Grenelle de l’Environnement. En 2015, il intègre le Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Énergétique (CSCEE) et le Comité d’experts de la transition énergétique en tant que personne qualifiée.

De décembre 2016 à décembre 2019, Philippe Pelletier, FRICS, devient président du Conseil Français de la Royal Institution of Chartered Surveyors (RICS). Il est l’auteur de nombreux rapports publics relatifs à la question du logement et de l’urbanisme et a mené diverses missions de proposition de réformes en matière immobilière.

Philippe Pelletier est depuis 2009, président de Seqens Solidarités. Il est également président du Jury des « Trophées Logement et Territoires » depuis une dizaine d’années.

Un entretien à battons rompus avec un grand professionnel du secteur.

le 19 mai 2021

Avocat au Barreau de Paris depuis 1983 ; associé cofondateur du cabinet Lefèvre Pelletier & associés (aujourd’hui LPA-CGR) ; de janvier 2009 à juillet 2012, il a été nommé par le Premier ministre, président du comité stratégique du Plan Bâtiment Grenelle (il reçoit, en 2010, une « Pierre d’Or » dans la catégorie « Green et Innovation »). Il est ensuite reconduit, par les pouvoirs publics, à la tête du Plan Bâtiment, dès lors intitulé Plan Bâtiment Durable : Philippe Pelletier, fils de Monique Pelletier (ministre déléguée à la Condition Féminine de 1978 à 1981, sous Valéry Giscard d’Estaing) est l’invité de Pascal Bonnefille pour un « Immoscopie » au micro d’« Immoweek ».

Philippe Pelletier a également été président de l’Union Nationale de la Propriété Immobilière (UNPI) de 1989 à 1994, de l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah) de 1998 à 2008. En 2008, il a présidé et animé le comité opérationnel (Comop) sur les bâtiments existants, à l’occasion des premières réflexions du Grenelle de l’Environnement. En 2015, il intègre le Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Énergétique (CSCEE) et le Comité d’experts de la transition énergétique en tant que personne qualifiée.

De décembre 2016 à décembre 2019, Philippe Pelletier, FRICS, devient président du Conseil Français de la Royal Institution of Chartered Surveyors (RICS). Il est l’auteur de nombreux rapports publics relatifs à la question du logement et de l’urbanisme et a mené diverses missions de proposition de réformes en matière immobilière.

Philippe Pelletier est depuis 2009, président de Seqens Solidarités. Il est également président du Jury des « Trophées Logement et Territoires » depuis une dizaine d’années.

Un entretien à battons rompus avec un grand professionnel du secteur.

podcasts

« Immoscopie » avec Philippe Pelletier (Plan Bâtiment Durable)

le 19 mai 2021

Au micro d’ « Immoweek », dans la série « Grand entretien », Veronica Gallo-Alvarez, fund manager en immobilier, branch manager France et présidente de l’équipe leadership France, au sein d’Aberdeen, société internationale de gestion d’actifs.

Aberdeen gère environ 570 milliards d’euros d’actifs pour le compte de gouvernements, de fonds de pension, d’assureurs, d’entreprises, d’organisations caritatives, de fondations et de particuliers à travers 80 pays. Le bureau parisien d’Aberdeen représente, quant à lui, près de 5 milliards d’euros d’actifs sous gestion.

le 17 mai 2021

Au micro d’ « Immoweek », dans la série « Grand entretien », Veronica Gallo-Alvarez, fund manager en immobilier, branch manager France et présidente de l’équipe leadership France, au sein d’Aberdeen, société internationale de gestion d’actifs.

Aberdeen gère environ 570 milliards d’euros d’actifs pour le compte de gouvernements, de fonds de pension, d’assureurs, d’entreprises, d’organisations caritatives, de fondations et de particuliers à travers 80 pays. Le bureau parisien d’Aberdeen représente, quant à lui, près de 5 milliards d’euros d’actifs sous gestion.

podcasts

iPodcast avec Veronica Gallo-Alvarez (Aberdeen)

le 17 mai 2021

« Placements verts, mythes ou réalités » (Editions du Rocher), tel est le titre du livre de Guillaume Sommerer, rédacteur en chef adjoint à BFM Business et présentateur des émissions « Intégrale Placements » et « BFM Bourse – Vos placements, nos conseils ». Il est l’invité d’ »Immoweek », dans le cadre de notre série « Grand entretien ».

Face à une demande d’éthique financière, les placements verts connaissent un véritable engouement. Guillaume Sommerer nous explique, notamment, en quoi ces offres sont financièrement rentables.
Mais ces placements sont-ils toujours aussi efficaces et sincères qu’on le prétend ? Les labels « verts » sont-ils tous fiables ? Comment être certain qu’un objectif dit « durable » est véritablement positif pour la planète ? Quelles sont les SCPI concernées ? Les réponses à toutes ces questions sur l’investissement vert dans cet iPodcast…

le 10 mai 2021

« Placements verts, mythes ou réalités » (Editions du Rocher), tel est le titre du livre de Guillaume Sommerer, rédacteur en chef adjoint à BFM Business et présentateur des émissions « Intégrale Placements » et « BFM Bourse – Vos placements, nos conseils ». Il est l’invité d’ »Immoweek », dans le cadre de notre série « Grand entretien ».

Face à une demande d’éthique financière, les placements verts connaissent un véritable engouement. Guillaume Sommerer nous explique, notamment, en quoi ces offres sont financièrement rentables.
Mais ces placements sont-ils toujours aussi efficaces et sincères qu’on le prétend ? Les labels « verts » sont-ils tous fiables ? Comment être certain qu’un objectif dit « durable » est véritablement positif pour la planète ? Quelles sont les SCPI concernées ? Les réponses à toutes ces questions sur l’investissement vert dans cet iPodcast…

podcasts

iPodcast avec Guillaume Sommerer (BFM Business)

le 10 mai 2021

Au micro d’« Immoweek » dans le cadre de notre série « Grand entretien » cette semaine : Pascal Savary, président d’Atream, acteur sur le marché de l’investissement immobilier et du « private equity ». Atream gère 4 milliards d’euros d’actifs en France et en Europe. Spécialiste de l’investissement dans l’industrie touristique, secteur qui souffre depuis cette crise sanitaire, Pascal Savary se dit très confiant et prêt à « accompagner le redémarrage de ce dernier ». Il souhaite également être « au plus près des investisseurs », tout en affirmant vouloir être « encore meilleur qu’avant crise ».

Dans l’industrie touristique, 2021, selon Pascal Savary, sera donc une « année de redémarrage » et le deuxième semestre verra un « rebond ». 2022-2023, quant à elles, seront « des années de véritable reprise ».

Pascal Savary a débuté sa carrière dans les ressources humaines au sein du groupe Primistères. Passionné par les acquisitions et la gestion d’actifs, il enchaîne les postes à responsabilités : d’abord pour le Groupe Caisse d’Epargne, puis pour Stam Europe, puis pour le compte de banques privées françaises. Sa dernière expérience en tant que directeur de filiales opérationnelles du groupe Accor lui « donne la conviction que l’avenir de ce secteur est dans l’investissement touristique ». C’est donc en 2008 qu’il franchit le pas de l’entrepreneuriat en créant Atream.

le 03 mai 2021

Au micro d’« Immoweek » dans le cadre de notre série « Grand entretien » cette semaine : Pascal Savary, président d’Atream, acteur sur le marché de l’investissement immobilier et du « private equity ». Atream gère 4 milliards d’euros d’actifs en France et en Europe. Spécialiste de l’investissement dans l’industrie touristique, secteur qui souffre depuis cette crise sanitaire, Pascal Savary se dit très confiant et prêt à « accompagner le redémarrage de ce dernier ». Il souhaite également être « au plus près des investisseurs », tout en affirmant vouloir être « encore meilleur qu’avant crise ».

Dans l’industrie touristique, 2021, selon Pascal Savary, sera donc une « année de redémarrage » et le deuxième semestre verra un « rebond ». 2022-2023, quant à elles, seront « des années de véritable reprise ».

Pascal Savary a débuté sa carrière dans les ressources humaines au sein du groupe Primistères. Passionné par les acquisitions et la gestion d’actifs, il enchaîne les postes à responsabilités : d’abord pour le Groupe Caisse d’Epargne, puis pour Stam Europe, puis pour le compte de banques privées françaises. Sa dernière expérience en tant que directeur de filiales opérationnelles du groupe Accor lui « donne la conviction que l’avenir de ce secteur est dans l’investissement touristique ». C’est donc en 2008 qu’il franchit le pas de l’entrepreneuriat en créant Atream.

podcasts

iPodcast avec Pascal Savary (Atream)

le 03 mai 2021

Troisième épisode de « Ma vie de ministre du Logement », en compagnie de Pascal Bonnefille. Au micro d’ »Immoweek », Pierre-André Périssol qui fut ministre du Logement de mai 1995 à juin 1997, sous la présidence de Jacques Chirac, au sein du gouvernement d’Alain Juppé.

Cet homme de conviction a associé son nom à l’amendement homonyme, autorisant des abattements fiscaux afin de favoriser l’investissement dans la construction de logements neufs.

Pierre-André Périssol c’est aussi, et depuis plus de 25 ans, le maire de Moulin (03). Il a également été, de 1988 à 1993, le président du Crédit Immobilier de France et de 1980 à 1993, le dirigeant et actionnaire d’une de ses principales filiales parisiennes, le groupe Arcade.

Polytechnicien (1966), il a été conseiller de Paris, puis adjoint au Maire de Paris, Jacques Chirac, entre 1989 et 1995.

le 29 avril 2021

Troisième épisode de « Ma vie de ministre du Logement », en compagnie de Pascal Bonnefille. Au micro d’ »Immoweek », Pierre-André Périssol qui fut ministre du Logement de mai 1995 à juin 1997, sous la présidence de Jacques Chirac, au sein du gouvernement d’Alain Juppé.

Cet homme de conviction a associé son nom à l’amendement homonyme, autorisant des abattements fiscaux afin de favoriser l’investissement dans la construction de logements neufs.

Pierre-André Périssol c’est aussi, et depuis plus de 25 ans, le maire de Moulin (03). Il a également été, de 1988 à 1993, le président du Crédit Immobilier de France et de 1980 à 1993, le dirigeant et actionnaire d’une de ses principales filiales parisiennes, le groupe Arcade.

Polytechnicien (1966), il a été conseiller de Paris, puis adjoint au Maire de Paris, Jacques Chirac, entre 1989 et 1995.

podcasts

« Ma vie de ministre du Logement » avec Pierre-André Périssol

le 29 avril 2021

Dans ce nouvel « Immoscopie », Pascal Bonnefille, directeur des publications « Immoweek », reçoit Alain Dinin, président de Nexity. Un entretien, à coeur ouvert, passionnant. A écouter, pour mieux connaître ce professionnel qui ne laisse pas indifférent !

Président directeur général de Nexity depuis 2004, Alain Dinin avait, en mai 2019, proposé une dissociation des fonctions de président et de directeur général et confié la direction générale à Jean-Philippe Ruggieri.
Le , pour faire face à la disparition soudaine de Jean-Philippe Ruggieri, le conseil d’administration décide de réunir de nouveau les fonctions de président et de directeur général et nomme ainsi Alain Dinin en qualité de président directeur général de la société avec effet immédiat.
Le 30 mars 2021, le conseil de surveillance de Nexity, présidé par Alain Dinin, décide, à nouveau, de dissocier la fonction de président directeur général et nomme Véronique Bédague, directrice générale du Groupe Nexity.

Alain Dinin intègre en tant que responsable administratif, puis contrôleur de gestion l’Union Foncière et Financière. En 1978, il rejoint le groupe Arnault et devient directeur général de Férinel, puis de George V. Entre 1996 et 2000, il est nommé administrateur-directeur de la Compagnie Générale d’Immobilier et de Services (CGIS), devient vice-président et directeur général de Nexity de 2000 à 2002, puis président du directoire de Nexity de  à , pour finir président directeur général en 2004.

Alain Dinin est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyors (Frics) depuis 2008. Il est également membre du Siècle et de l’AFEP. Il a été élu « Pierre d’Or du Professionnel de l’Année » en 2020.

le 29 avril 2021

Dans ce nouvel « Immoscopie », Pascal Bonnefille, directeur des publications « Immoweek », reçoit Alain Dinin, président de Nexity. Un entretien, à coeur ouvert, passionnant. A écouter, pour mieux connaître ce professionnel qui ne laisse pas indifférent !

Président directeur général de Nexity depuis 2004, Alain Dinin avait, en mai 2019, proposé une dissociation des fonctions de président et de directeur général et confié la direction générale à Jean-Philippe Ruggieri.
Le , pour faire face à la disparition soudaine de Jean-Philippe Ruggieri, le conseil d’administration décide de réunir de nouveau les fonctions de président et de directeur général et nomme ainsi Alain Dinin en qualité de président directeur général de la société avec effet immédiat.
Le 30 mars 2021, le conseil de surveillance de Nexity, présidé par Alain Dinin, décide, à nouveau, de dissocier la fonction de président directeur général et nomme Véronique Bédague, directrice générale du Groupe Nexity.

Alain Dinin intègre en tant que responsable administratif, puis contrôleur de gestion l’Union Foncière et Financière. En 1978, il rejoint le groupe Arnault et devient directeur général de Férinel, puis de George V. Entre 1996 et 2000, il est nommé administrateur-directeur de la Compagnie Générale d’Immobilier et de Services (CGIS), devient vice-président et directeur général de Nexity de 2000 à 2002, puis président du directoire de Nexity de  à , pour finir président directeur général en 2004.

Alain Dinin est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyors (Frics) depuis 2008. Il est également membre du Siècle et de l’AFEP. Il a été élu « Pierre d’Or du Professionnel de l’Année » en 2020.

podcasts

« Immoscopie » avec Alain Dinin (Nexity)

le 29 avril 2021

Quai 36 et Groupama Immobilier se sont associés pour une intervention artistique, en plein cœur du quartier latin, au 20, boulevard Saint-Michel, dans le 5ème arrondissement de Paris, en lieu et place de l’ancienne librairie Boulinier. A été choisi le duo d’artistes espagnols PichiAvo, qui a réalisé une fresque monumentale associant graffiti et mythologie. Pour en parler au micro d’ »Immoweek », le directeur général de Groupama Immobilier, Eric Donnet et le fondateur de Quai 36, Jonas Ramuz.

Fondée en 2015 par Jonas Ramuz, Quai 36 est une maison de production artistique qui « réinvente l’art dans l’espace public en introduisant la création au cœur de la ville et du quotidien ». Quai 36 entend « rendre l’art accessible à tous, au service d’une vie locale dynamisée tout en fédérant les acteurs locaux autour de projets novateurs ».

Le duo espagnol formé en 2007, PichiAvo, est intervenu sur la palissade du chantier développant 182 m2. L’œuvre sera visible pendant six mois au public, soit la durée prévue des travaux. À l’issue de cette période, une partie de l’œuvre sera proposée à un établissement public de santé. Groupama Immobilier et Quai 36 entendent, ainsi, « contribuer à replacer l’art au cœur de la cité et consolider le lien unissant les riverains à leur environnement ».

le 26 avril 2021

Quai 36 et Groupama Immobilier se sont associés pour une intervention artistique, en plein cœur du quartier latin, au 20, boulevard Saint-Michel, dans le 5ème arrondissement de Paris, en lieu et place de l’ancienne librairie Boulinier. A été choisi le duo d’artistes espagnols PichiAvo, qui a réalisé une fresque monumentale associant graffiti et mythologie. Pour en parler au micro d’ »Immoweek », le directeur général de Groupama Immobilier, Eric Donnet et le fondateur de Quai 36, Jonas Ramuz.

Fondée en 2015 par Jonas Ramuz, Quai 36 est une maison de production artistique qui « réinvente l’art dans l’espace public en introduisant la création au cœur de la ville et du quotidien ». Quai 36 entend « rendre l’art accessible à tous, au service d’une vie locale dynamisée tout en fédérant les acteurs locaux autour de projets novateurs ».

Le duo espagnol formé en 2007, PichiAvo, est intervenu sur la palissade du chantier développant 182 m2. L’œuvre sera visible pendant six mois au public, soit la durée prévue des travaux. À l’issue de cette période, une partie de l’œuvre sera proposée à un établissement public de santé. Groupama Immobilier et Quai 36 entendent, ainsi, « contribuer à replacer l’art au cœur de la cité et consolider le lien unissant les riverains à leur environnement ».

podcasts

iPodcast avec Eric Donnet (Groupama Immobilier) et Jonas Ramuz (Quai 36)

le 26 avril 2021

Chargement

Édito
par Thierry Mouthiez

le 14/06/2021

Bureaux : Paris cartonne…

« Malgré le recours massif au télétravail, le bureau reste la typologie d’actifs privilégiée, mais les investisseurs demeurent sélectifs en ciblant des actifs pouvant délivrer une performance locative pérenne et ayant une localisation attractive » relève Primonial REIM à propos des bureaux dans la dernière livraison de sa publication trimestrielle « Convictions immobilières ».

Surtout, l’institutionnel souligne qu’« en Zone euro, deux capitales ont monopolisé les flux de capitaux : Paris et Berlin ». Et de préciser que « le volume d’investissement en immobilier de bureaux en Europe était de 14,6 milliards d’euros au premier trimestre 2021, un retrait de 57 % sur un an. Stratégie entamée en 2020, les investisseurs ont privilégié les marchés de bureaux à dimension internationale, de qualité, bien desservis et disposant d’un important bassin d’emplois synonyme de bonne capacité de rebond. En Zone euro, Paris arrive en tête du classement avec plus de 3 milliards d’euros d’investissements, suivi par Berlin (700 millions) et Francfort (450 millions d’euros) »…

A propos des taux de rendement, Primonial REIM estime que « dans la centaine de marchés de bureaux analysés, les rendements sont demeurés majoritairement stables pour les zones les plus « prime ». Toutefois, certaines métropoles régionales et marchés secondaires ont connu des décompressions entre fin 2020 et le premier trimestre 2021 (+15 et +25 points de base). A l’inverse, des compressions comprises entre 10 et 50 points de base ont été identifiées, preuve que les marchés s’adaptent rapidement selon le contexte ». Ainsi, « les marchés les plus « core », comme Paris, Munich, Berlin ou Francfort ont aujourd’hui un taux de rendement inférieur à 3 % »…

Pour ce qui est des perspectives, sans surprise, « les marchés des bureaux bien localisés semblent aujourd’hui être les mieux positionnés pour le cycle actuel aussi bien en termes de valeur, de revenus que de liquidité ». Certes, « malgré une diminution de la demande placée au premier trimestre 2021 en raison des restrictions sanitaires dans les différents pays européens, il est encore trop tôt pour quantifier l’impact réel qu’aura le travail à domicile sur le marché des bureaux dans la décennie à venir ». Cependant, « une chose est certaine : il est apparu aux yeux de tous que l’environnement de travail physique et collaboratif contribue au bien-être des salariés et constitue un lieu stratégique pour faire vivre la culture d’entreprise ». Donc, « l’attrait des utilisateurs et des investisseurs pour les marchés centraux « core » et les hubs de bureaux bien desservis à proximité des lieux d’habitation semble se dessiner ». Et « le déblocage et la reprise progressive de l’économie viendront réorienter, trimestre après trimestre, l’ensemble des loyers à la hausse pour les marchés les mieux localisés que nous analysons »… Sans compter que « des opportunités seront à saisir dans les quartiers en devenir proposant des bureaux adaptés aux nouveaux usages lorsque la demande placée confirmera sa reprise »…

Bref, on est très loin de la désaffection pour les bureaux que certains prédisaient…

A noter que dans son « point marché » daté de juin, Laurent Saint Aubin, gérant actions, immobilier Europe chez Sofidy, écrit : « nous pensons que les investisseurs se repositionneront sur les secteurs défensifs, dont l’immobilier, dans les semaines à venir et que certains segments du marché (bureaux « prime », logistique en particulier) sont en capacité d’imposer des hausses de loyers »…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine