Chargement

Lundi 17 Janvier 2022

Le contenu intégral est réservé aux abonnés

iPodcast avec...

Thierry Vignal (Masteos)

Cette semaine, au micro d’Erick Cala pour « Immoweek », Thierry Vignal, président de Masteos, startup co-fondée en 2019 avec Maxime Hanquier, et spécialisée dans…

Lire la suite
 

Bureaux

 

La Française REM achète un immeuble à Boulogne-Billancourt

La Française Real Estate Managers (REM) a acquis, auprès d’Icade, un immeuble de…

 
 

Paris : le cabinet d'avocats BCLP prend 3 300 m2 dans l'immeuble "Liberty"

Le cabinet Bryan Cave Leighton Paisner (BCLP), composé de 90 personnes dont 70 avocats…

Le cabinet Simmons & Simmons s'installera au 21-23, rue de la Ville de l'Evêque

Le bureau de Paris du cabinet d’avocats international Simmons & Simmons quittera, en 2023…

 

Point de vue

2022, des idées pour le logement par… André Yché

A l’aube de la présidentielle 2022, Immoweek donne la parole aux grands acteurs du résidentiel en leur proposant de nous livrer leur analyse et/ou leurs propositions pour une…

 

Logement

 
 

Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo présente son "bouclier logement"

En pleine campagne présidentielle, Anne Hidalgo, la candidate socialiste à la peine dans les…

Sur la Canebière à Marseille, Logirem transformera l'ancien palace "Le Noailles" en logements

Logirem, bailleur social filiale des Caisses d’Epargne et membre du groupe Habitat en Région…

 

Erilia crée cinq directions régionales

Le 1er janvier 2022, Erilia, entreprise sociale pour l’habitat, a opté pour une nouvelle organisation…

La campus urbain Paris-Saclay va accueillir une nouvelle résidence étudiante sociale

L’EPA Paris-Saclay (91) et CDC Habitat ont signé une promesse de vente pour la construction…

 

Edito

Investissement : encourageant !

« Avec 6 milliards d’euros investis au cours des trois derniers mois (de 2021), le marché francilien de l’investissement a connu un 4ème trimestre dynamique, mais légèrement…

 

Parcours

 

Guillaume Martinaud succède à Christine Fumagalli à la présidence d'Orpi

A l’issue de six mois de campagne, Guillaume Martinaud, 54 ans, a été élu par ses pairs nouveau…

 
 

Groupe Capelli : Philippe Cayol nommé directeur général délégué grands comptes

Philippe Cayol, est nommé directeur général délégué grands comptes de Capelli. Il était…

Guillaume Bieganski promu "real estate country head-France" de Barings

Au sein du gestionnaire de placements immobiliers Barings, Guillaume Bieganski, jusqu’ici…

 
 

Top 10 Immoweek

 

Les infos les plus lues de la semaine

Chronique, iPodcast « Grand Entretien », l’édito, les actualités bureaux, logement…

 
 

abonnement

Le marché de l'immobilier se réinvente,
Immoweek aussi.

Découvrir l'offre d'abonnement

NEWS & CONNEXIONS IMMOBILIÈRES

SUIVEZ NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Édito
par Pascal Bonnefille

le 16/03/2022

Un ministre et rien d’autre !

L’absence d’un titulaire du portefeuille du Logement est révélatrice de bien des aspects de la France contemporaine : d’abord, elle montre combien libéraux et interventionnistes sont d’accord sur un seul point : il (leur) faut un ministre (on lira à ce sujet le « Point de vue » de Philippe Pelletier). Tous les professionnels, comme les analystes, même ceux qui réclament à grands cris moins d’État ont communiqué leur frustration, voire leur colère à l’énoncé de la nouvelle équipe gouvernementale.

Logiquement, les partisans d’une action publique forte en cette matière ont entonné le même lamento. Il est donc probable que le remaniement post législatives fasse apparaître un ministre délégué ou un secrétaire d’État affecté au Logement et attribué à un rallié de la majorité sortie des urnes (si c’est le cas).

Mais cette absence est surtout le signe d’un phénomène que nous avons déjà évoqué (on le retrouve d’ailleurs dans notre série documentaire de podcasts « Ma vie de ministre du Logement ») : quand le chef de l’État, ou à tout le moins, la Première ministre (qui, au début de sa carrière dans le cabinet de Lionel Jospin avait portant le logement dans ses attributions — mais c’est à l’époque Serge Contat qui suivait spécifiquement les questions de logement —), ne s’intéressent pas au sujet, celui-ci est relégué dans les questions techniques… que le politique néglige. Et ce désintérêt se traduit immédiatement par des conséquences budgétaires : Bercy en profite comme au début du précédent quinquennat. Il n’est donc pas impossible que nous vivions un scenario du même type que la diminution forcée des APL, il y a cinq ans ; cette fois, c’est le blocage des loyers qui se profile à l’horizon. Personne n’ignore les effets dévastateurs, à terme, d’une telle mesure. Mais c’est une des rares dispositions qui ne coute rien — en apparence et au début — au budget de l’Etat, ce que, même en période de « quoi qu’il en coûte » est délicieusement apprécié par le grand argentier. Ajoutons que ce blocage est populaire (il y a beaucoup plus de locataires que de bailleurs) : il n’est donc pas impossible qu’Amélie de Montchalin (qui a fini par revendiquer ce sujet parmi ses attributions) ou mieux, son ministre délégué ait à défendre, demain, cette mesure qui devrait, elle aussi, réaliser la quasi-unanimité des acteurs contre elle…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine