Chargement

Mardi 4 Juin 2019

Le contenu intégral est réservé aux abonnés

Le Choix Immoweek

L’Essec récompense la Ville Solidaire et l’Immobilier Responsable

Chez Immoweek, nous suivons avec grand intérêt les travaux de la Chaire Immobilier et Développement Durable de l’Essec, dirigée par Ingrid Nappi-Choulet ; or, celle-ci a fait fort hier, en inaugurant la…

Bureaux

Un fonds de pension suisse achète le 44, avenue de Villiers (17ème)

Un fonds de pension suisse achète, auprès de…

Nexity achète un immeuble de bureaux à Rueil-Malmaison

Nexity achète, via sa filiale Nexity Seeri, un…

Stop&Work ouvre trois nouveaux centres en Ile-de-France

Stop&Work ouvre trois nouveaux centres de…

Google s'installe à Nancy

Google installe son atelier numérique sur 230 m2 au 19, rue Saint-Dizier, à Nancy (54).

Edito

Jusqu’où ira-t-on ?

Jusqu’où ira-t-on dans la chute du nombre d’agréments HLM ? Nul ne le sait pour l’heure, mais les indicateurs (que nous nous sommes procurés en « off ») n’augurent pas d’une belle année pour le logement social.

Logement

Réalités lance "Amplitude" à Bordeaux

Réalités lance la commercialisation d’ »Amplitude », une résidence de 153 logements dans…

Nexity et Sully Promotion construiront un nouveau quartier à Saint-Jean-de-la-Ruelle

Le groupement Nexity/Sully Promotion a été…

Territoires

La Semop Gare du Nord 2024 devient StatioNord

La Semop Gare du Nord 2024, société d’économie mixte détenue à 66 % par…

Paris 1er : le Groupe Arcange transforme un ancien parking en espace évènementiel

Le Groupe Arcange entreprend d’importants…

Logistique

GreenOak Real Estate acquiert le portefeuille logistique français de TwentyTwo Real Estate

Le fonds européen logistique de GreenOak…

La SCI Henasa achète 1 000 m2 de locaux d'activités à Epône

La SCI Henasa achète 1 000 m2 de locaux d’activités au 32, avenue des Paitis, à Epône (78). Le prix…

Green & Innovations

Pearl Infrastructure, le nouveau fonds "green" d'Edmond de Rothschild

Edmond de Rothschild lance, en partenariat avec l’équipe de gestion Pearl Advisory, Pearl Infrastructure, un fonds de…

Finance & Bourse

Gecina investit (indirectement) dans "des solutions innovantes liées à l’immobilier"...

Gecina va investir 20 millions de dollars dans un fonds géré par Fifth Wall Ventures. Les véhicules financiers que…

Parcours

Kelly Trévisan devient directrice de l'IMSI

Kelly Trévisan succède à Françoise Sgarbozza à la direction de l’Institut du…

Rémi Fauquette devient directeur asset management de Logicor

Rémi Fauquette est nommé directeur asset management de Logicor.

Frédéric Maxwell rejoint Eternam

Frédéric Maxwell est nommé directeur structuration et investissements d’Eternam…

Trois nouvelles nominations chez Left Bank

Jérémy Tran, Carole Forbault et Hugo Dubos…

abonnement

Le marché de l'immobilier se réinvente,
Immoweek aussi.

Découvrir l'offre d'abonnement

NEWS & CONNEXIONS IMMOBILIÈRES

SUIVEZ NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Édito
par Arthur de Boutiny

le 06/12/2019

EuropaCity : et après ?

Les tribulations d’EuropaCity étaient devenues pratiquement une arlésienne pour l’immobilier et les pouvoirs publics français, un feuilleton qui se rapprochait de Notre-Dame des Landes, mais dont le retentissement était néanmoins moindre et dont l’issue semblait incertaine, partagée entre la perspective de création d’emplois dans le Val d’Oise rural et l’impact écologique d’un chantier de cette ampleur. Jusqu’à ce que le 7 novembre 2019, le chantier soit purement et simplement abandonné. Maintenant que le mégacomplexe de loisirs et de commerces n’ouvrira jamais, quel destin pour le Triangle de Gonesse ?

La Région Ile-de-France a décoché la première, en proposant un « plan d’urgence » à 1 milliard d’euros pour aider le Val d’Oise, région avec un taux de 40 % de chômage dans certains quartiers, dont les élus attendaient une aide bienvenue de plus de 3 milliards d’euros, la création de 10 000 emplois et la transformation du Triangle de Gonesse, zone enclavée entre Roissy et Le Bourget, en poumon économique du département. Sous réserve du feu vert du gouvernement, Valérie Pécresse a dévoilé une série de propositions destinées à remplacer EuropaCity : nouveaux transports en commun et travaux routiers, déploiement de l’énergie solaire, lancement d’une filière horticole, ouverture d’un lycée international et d’un internat d’excellence, création d’un grand lieu culturel, financement de maisons médicales ou de petites gares… Le préfet du département, Francis Rol-Tanguy, a été chargé d’une mission pour définir le futur projet économique.

Au-delà de cet investissement bienvenu, que faire ? Ceux-ci pourront-ils garantir la création de 10 000 emplois ? Oui, affirme la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France, par la voix de son président Patrick Renaud cité par « Le Monde » :  « notre agglomération n’a jamais négligé les enjeux de développement durable au profit du développement économique, Roissy Pays de France soutient pleinement les démarches de la région auprès de Grand Paris Aménagement, pour la réalisation de nouvelles études de sols sur tout le secteur du Triangle de Gonesse. » L’arrivée du Grand Paris Express en 2027, par la ligne 17, doit déjà être effectif et permettre d’intégrer le secteur à la Métropole. Valérie Pécresse, citée également par « Le Monde », appelle à rassurer les investisseurs après cet abandon brutal au lendemain de dix ans de développement : « Tesla a hésité entre l’Ile-de-France et Berlin pour implanter son usine géante ; quand ils ont vu EuropaCity, ils sont partis en Allemagne. (…) Tant qu’on n’y voit pas plus clair sur les intentions de l’Etat, on ne peut pas construire de projet alternatif ». La Région a mis en oeuvre un « plan friches » pour identifier les sites désaffectés où des projets de développement pourraient être implantés sans urbanisation de terrains agricoles ; reverrait-on Europacity revenir sous une autre forme ?

Aujourd’hui, l’Etat se penche sur la création d’industries du futur, d’agroalimentaire, de bureaux, de services… Des positions qui ne rassurent guère les élus locaux, qui craignent de tout perdre et de voir leurs administrés être les grands sacrifiés du Grand Paris. Sans projet d’envergure, pourquoi faire venir le métro jusqu’au Val d’Oise, dans un endroit qui ne serait pas urbanisé mais demeurerait agricole ?

La question de l’après-Europacity pose la question du Grand Paris Express et surtout de la direction du Grand Paris. Autant dire que le feuilleton n’est pas fini…

Portrait

Chargement