Chargement

Vendredi 13 Décembre 2019

Le contenu intégral est réservé aux abonnés

Le Choix Immoweek

Qui sera « Professionnel(le) de l’Année » aux « Pierres d’Or » ?

Attention : les votes sont bien terminés et le suspense va, à présent, durer jusqu’au 29 janvier 2020… Mais il reste une catégorie sur laquelle nous pencher ; même s’il n’est plus aucun besoin de les présenter, notre tour…

Bureaux

6ème Sens Immobilier acquiert l'ancien siège de Cap Gemini, à Saint-Cloud

6ème Sens Immobilier achète en pleine…

Ofi Pierre achète un portefeuille de parcs d'activités

Le FIA Esprit Pierre, géré par Ofi Pierre, achète, auprès du groupe Spirit associé à un…

BNP Paribas REIM France signe deux Vefa en régions

BNP Paribas REIM France a signé deux Vefa de bureaux en régions pour le compte de sa…

Left Bank et Phoenix Club Invest achètent 6 500 m2 de bureaux à Levallois-Perret

Left Bank, le fonds Phoenix Club Invest 2 et…

Nacarat et Kieken Immobilier Construction inaugurent "Sirius", à Lens

Nacarat et Kieken Immobilier Construction…

GDG Investissements construit "H2B", à Clichy

GDG Investissements pose la première pierre de « H2B », un immeuble de 13 965 m2 de…

Concept-Ty présente un nouveau village d'entreprises à Chambéry

Concept-Ty va construire un village d’entreprises de 4 400 m2 au sein du parc…

Courtin Real Estate présente "Naturae", à Sophia-Antipolis

Courtin Real Estate présente, à l’occasion du Simi 2019, « Naturae », un programme de…

Chronique

Aurélie Dauger (LPA-CGR) : "le Décret tertiaire ou l'obligation de rénovation énergétique"

Parmi les décrets d’application de la loi Elan figure le Décret tertiaire qui « donne enfin vie à l’obligation de rénovation énergétique du parc tertiaire et clos une errance réglementaire et environnementale » souligne Aurélie Dauger…

Logement

Consultim rachète iPlus, spécialiste du démembrement de propriété

Le groupe Consultim rachète, auprès de Foncia, iPlus, présenté comme un « acteur historique…

SIMI 2019

Retrouvez nos interviews !

Le Simi 2019 se termine, double épreuve de force en raison des grèves des transports, mais aussi devant l’afflux d’évènements qui ont parcouru la galaxie de l’immobilier… Mais Immoweek n’est pas resté sur son…

Territoires

Icade, lauréat de deux sites pour Réinventer Le Havre

La Ville du Havre et ses partenaires ont choisi Icade pour mener à bien deux projets…

Le conseil d'administration de l'Agence Nationale de la Cohésion des Territoires s'installe

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion…

Edito

Location de bureaux : de plus en plus proche de l’hôtellerie…

A l’occasion de Simi, Deskeo, qui se présente comme le « premier opérateur de bureaux flexibles en France », souligne « les tendances réelles qui affectent l’immobilier commercial au niveau mondial et qui vont…

Hôtellerie

Accor construit le futur hôtel MGallery d'Issy-les-Moulineaux

Le groupe Accor pose la première pierre du futur hôtel 5 étoiles MGallery « Domaine la Reine…

Green & Innovations

Altarea Cogedim lance son "Studio" dédié à la conception d'immeubles tertiaires

Le groupe Altarea Cogedim crée Altarea Entreprise Studio, une entité dédiée à la…

Le palmarès du 7ème "Prix des femmes architectes" est dévoilé

L’Association pour la Recherche sur la Ville et l’Habitat (ARVHA) a dévoilé le palmarès de sa 7ème édition du « Prix des…

Finance & Bourse

Le HSCF recommande aux banques de limiter à 25 ans les crédits immobiliers

Le Haut Comité de Stabilité Financière (HCSF), qui rassemble notamment le ministère de l’Economie et la Banque de…

Parcours

Meka Brunel et Thierry Laroue-Pont nommés vice-présidents de la Fondation Palladio

La Fondation Palladio fait évoluer sa gouvernance et nomme deux vice-présidents, aux côtés du président…

Vie Pratique

La garantie décennale n'indemnise pas les pertes de loyers

La garantie décennale prévue par la loi pour toute réalisation d’un ouvrage immobilier ne s’étend pas…

L'immeuble vendu doit être utilisable selon l'affectation annoncée

En vendant sa maison après avoir modifié dans l’acte de vente la description de certaines…

Tout montage légal n'est pas fiscalement autorisé

Ce qui est permis par la loi n’est pas toujours fiscalement autorisé, a rappelé la Cour de Cassation. Un montage juridique…

abonnement

Le marché de l'immobilier se réinvente,
Immoweek aussi.

Découvrir l'offre d'abonnement

NEWS & CONNEXIONS IMMOBILIÈRES

SUIVEZ NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Édito
par Arthur de Boutiny

le 28/01/2020

Quand Le Corbusier voulait transformer Paris

A l’heure actuelle, la proposition de campagne de Benjamin Griveaux de déménager la gare de l’Est en banlieue et de remplacer son emprise foncière par « un Central Park à la française » est âprement commentée, que ce soit pour faire l’objet de quolibets ou de commentaires enthousiastes ; le fait est qu’un projet d’une telle ampleur changerait radicalement la face de Paris. C’est l’occasion de nous rappeler le Plan Voisin, ce célèbre plan du Corbusier pour le centre de Paris, qui prévoyait tout bonnement de raser le centre de la Capitale et de le remplacer par d’immenses tours d’habitation. En toute simplicité.

Imaginez La Défense, 50 % plus grand (soit 240 hectares), s’étendant de la place de la République à la rue de Louvre, et de la gare de l’Est à la rue de Rivoli. A proximité, un quartier résidentiel constitué de 18 gratte-ciels cruciformes de 60 étages pouvant loger 500 000 personnes, n’occupant que 5 % du sol du centre de Paris, allant de la rue des Pyramides au rond-point des Champs-Elysées et de la gare Saint-Lazare à la rue de Rivoli. Entre les deux, rien. Seules les églises et les portes Saint-Denis et Saint-Martin auraient survécu ; tout le reste, dominé par deux artères de circulation percées à travers la ville, sur des axes Est-Ouest et Nord-Sud, pouvant faire 120 mètres de large, avec de vastes jardins, aurait été dévolu à la circulation automobile, avec une gare centrale souterraine établie entre quartier d’affaires et quartier résidentiel.
Autant dire que si la voiture vous fait horreur, que vos coins préférés à Paris sont les Halles, l’Opéra et le Marais, leurs hôtels particuliers haussmanniens et leurs petites rues, le Plan Voisin tient du plus effroyable cauchemar fiévreux.

Le Corbusier prévoit son plan radical dès 1922, où il est présenté au Salon d’Automne et séduit les grandes fortunes de l’automobile, notamment Gabriel Voisin, constructeur d’avions et de voitures, qui demanda une étude pour que ce projet s’applique au centre de Paris, donnant son nom à ce projet tentaculaire, présenté au Salon des Arts Décoratifs de 1925. Outre cette reconstruction radicale du centre de Paris, la nouvelle cité se serait vue adjoindre, en banlieue, des périphéries d’usines et des cités-jardins, ainsi qu’un nouveau centre de commandement au pied de Montmartre, face à l’île de la Cité, qui aurait pu diriger une France entièrement revitalisée à l’image de sa Capitale.

Les détracteurs du Corbusier y voient l’application des idées totalitaires en vogue alors, faisant table rase du passé pour rationaliser à l’extrême l’espace public et ordonner pour de bon la vie sociale, à l’instar du brutalisme soviétique. Ses zélateurs, eux, y voient la volonté utopique de provoquer de la part d’un jeune architecte fourmillant d’idées, même si Le Corbusier travaillera sur ces plans jusqu’en 1945 ; il faut dire qu’avec la guerre, reconstruire de grandes villes sera de plus en plus nécessaire.

Au-delà des considérations sur Le Corbusier, il faut surtout voir dans un tel projet le reflet d’une époque : les années 1920 sont l’ère de l’organisation scientifique du travail et de la rationalisation à l’extrême et il s’agit de pouvoir régler (déjà !) le problème du logement et de l’espace dans les grandes villes à l’aune des nouvelles technologies de construction. C’est aussi une réponse au débat sur la création d’une nouvelle cité administrative en banlieue de Paris, qui donnera naissance à La Défense. Mais le reflet est surtout dans la révolution de l’automobile, qui a profondément chamboulé la conception du temps et de l’espace, avec la volonté de permettre une meilleure circulation des personnes et de raccourcir le temps du trajet entre leur domicile et leur bureau (déjà, derechef !). « L’automobile a tué la grande ville. L’automobile doit la sauver. Voulez-vous doter Paris d’un plan n’ayant pas d’autre objet que la création d’organes urbains répondant à des conditions de vie si profondément modifiées par le machinisme ? » commente Le Corbusier dans son essai « Urbanisme » (1925).

Comment imaginer une telle vision de la Rive Droite, avec seulement quelques monuments qui survivraient dans un immense terrain vague dévolu aux voitures, assombri par des tours monolithiques et austères ? On pense à Chandigarh, dessinée par Le Corbusier, et Brasilia, pensée par Oscar Niemeyer et Lucio Costa, tous deux disciples du Corbusier, mais on parle d’une ville spécialement créée pour servir de capitale, pas d’une telle table rase, entièrement constituée d’immeubles de grande hauteur. Sans aller jusqu’à la science-fiction, avec les gratte-ciels démesurés à perte de vue de la planète Coruscant dans Star Wars ou du Los Angeles de Blade Runner, on peut avoir une petite idée avec Playtime, où Jacques Tati promène Monsieur Hulot dans une ville de béton aliénante et trépidante…

Toujours est-il que ce plan de Paris fait la part belle à l’automobile, la même qui à présent fait l’objet d’un débat toujours virulent lors des municipales, sur sa limitation ou non désormais. Tout comme, avec le « Central Park » de la gare de l’Est, la question de l’espace. A presque 100 ans d’écart, les parties du débat sont les mêmes, mais dans d’autres problématiques…

Portrait

Chargement