Chargement

Vendredi 14 Février 2020

Le contenu intégral est réservé aux abonnés

Le Choix Immoweek

Stéphanie Ferrier (Vivendi/Groupe Canal+), « L’immobilier décrypté »

Les utilisateurs ont de l’humour et Stéphanie Ferrier l’a démontré, elle qui décroche la « Pierre d’Or » 2020 dans la catégorie « Utilisateur ». Cette « Pierre d’Or » est notre « choix » Immoweek du…

Bureaux

Nicolas Sarkozy au Mipim

Nicolas Sarkozy, « Pierre d’Or 2018 » pour son implication dans le Grand Paris, inaugurera le 10 mars, à…

Lyon : Groupama Gan REIM achète en Vefa à la Confluence

Groupama Gan REIM a acquis, en Vefa, pour le compte de la SCPI Affinités Pierre et…

"Un marché dans une phase de reprise ou de pic" : les membres de la Rics confiants dans l'avenir

La Rics vient de livrer les résultats de son…

Edito

Lille : « une nouvelle dimension »…

Illustration de la bonne santé des marchés des bureaux en régions : « après une année 2018 record, le marché lillois conserve une très bonne dynamique avec plus de 264 000 m2 de bureaux commercialisés en 2019 » affirme…

Logement

La Cnil conduit la Fnaim à renoncer à son fichier des locataires mauvais payeurs

La Fnaim renonce à construire son fichier des locataires mauvais payeurs, un…

Groupe Chessé pose la première pierre de la ZAC des Gués près de Tours

Groupe Chessé pose la première pierre de la Zac des Gués, un programme qui proposera…

Green & Innovations

Un plan pour rendre les immeubles de l'Etat "plus écolos"

Le gouvernement va lancer un plan pour réduire l’impact sur l’environnement des bâtiments détenus par…

Analyses & Résultats

Covivio : résultats 2019 en hausse ; cap sur les bureaux en Allemagne

Covivio a lancé une Offre Publique d’achat (OPA) portant sur la totalité du capital de…

Carmila dépasse son objectif de croissance en 2019

Carmila publie ses résultats pour l’année 2019 : les chiffres d’affaires de commerçants…

Réalités : chiffre d'affaires en hausse de 23,9 %

Le groupe Réalités réalise, au 31 décembre 2019, un chiffre d’affaires IFRS annuel de 165,5 millions…

Segro : valeur du patrimoine global en hausse de 7,5 %

« Cette année, Segro célèbre son centenaire. Nous continuerons à adopter une vision à long…

Parcours

Vincent Drouet nommé directeur de l'aménagement urbain de Kaufman & Broad

Vincent Drouet, 48 ans, est nommé directeur…

Romain Muller, managing director de Firce Capital Fund

Romain Muller rejoint l’équipe de Firce Capital en qualité de managing director de…

abonnement

Le marché de l'immobilier se réinvente,
Immoweek aussi.

Découvrir l'offre d'abonnement

NEWS & CONNEXIONS IMMOBILIÈRES

SUIVEZ NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Édito
par Thierry Mouthiez

le 28/02/2020

Bureaux : vers 2,75 % pour le « prime »…

« Un environnement de faibles taux d’intérêt et de financement facile », venant s’ajouter à « l’instabilité internationale qui pèse sur le commerce extérieur » (d’autant plus actuellement avec le coronavirus et ses conséquences en Bourse, ndlr…), « devrait inciter les investisseurs à pondérer davantage leurs prises de risque par des placements jugés sécurisés, mais offrant le plus de rentabilité possible.

Une telle situation est traditionnellement favorable aux placements immobiliers, dont la quote-part dans les portefeuilles des grands investisseurs devrait, ainsi, continuer de croître » affirme Savills à propos de l’’évolution du marché de l’investissement dans une récente étude ad-hoc. Surtout, « dans cet environnement, la France est susceptible de continuer à jouer de son attrait retrouvé, notamment grâce à sa stabilité économique et institutionnelle. Son marché immobilier devrait donc rester l’une des destinations privilégiées des investisseurs internationaux en Europe ». Savills fait valoir que « c’est particulièrement le cas pour les Allemands : désormais sous-exposés en France, ils continueront à chercher à y accroître leur présence. Les fonds « value ad » et opportunistes, souvent d’origine anglo-saxonne, sont attirés par le manque d’offre, la résilience du marché locatif et le potentiel de réversion de l’immobilier français : ils resteront donc à la recherche d’opportunités. Mais cet intérêt pour le marché hexagonal gagne également des acteurs plus inhabituels, comme l’a démontré la percée des fonds coréens en 2019. Tout conduit à penser que de nouveaux entrants, au-delà des institutionnels coréens désormais largement exposés, devraient continuer de chercher à se créer une place »… En intégrant « la forte reprise de la levée de fonds des SCPI et des OPCI français », Savills estime que « le marché français devrait se maintenir à des niveaux historiquement élevés en 2020, probablement proches de 38 milliards d’euros. Les premières semaines de 2020 étayent cette prévision, animées qu’elles sont par le bouclage de transactions majeures dont la conclusion est attendue avant la fin du premier semestre »…

Cependant, un tel environnement « ne sera pas sans conséquences sur les rendements, ni sur leur structure ». Et Savills de conclure : « l’écart entre les rendements immobilier et obligataire se maintenant à des niveaux très favorables au secteur immobilier, la reprise de la compression des taux « prime » observée au deuxième semestre 2019 devrait se poursuivre. Elle est même susceptible de gagner des marchés autres que le QCA et les secteurs les plus établis pour favoriser un écrasement supplémentaire de l’architecture géographique des taux. L’ampleur de cette compression dépendra largement de la tenue des taux obligataires, ainsi que de l’environnement bancaire et monétaire. Pour l’heure, il paraît raisonnable de n’anticiper qu’une baisse modérée (de l’ordre de 25 points de base), avec des taux « prime » s’approchant de 2,75 % pour les actifs bureaux, de 4 % pour l’industriel et de 4,75 % pour les centres commerciaux »…

Portrait

Chargement