Chargement

Edito

Récompenser, réunir, renouveler : c’est l’objectif des « Pierres d’Or », qui ont choisi la belle devise « excellence et réussite ». La 20ème édition, à l’Opéra de Paris, a été l’occasion de l’illustrer au plus près, dans ce lieu magique en présence du Président Nicolas Sarkozy. Dans l’Opéra, entièrement privatisé, le top management du secteur et 300 jeunes invités par les entreprises elles-mêmes ont pu échanger, se rencontrer et partager. Pour la 21ème édition, nous avons choisi un lieu disruptif, après toutes ces grandeurs : le Trianon Palace, récemment rénové, qui permettra d’allier tradition et modernité et de proposer, sur le même site, les trois temps essentiels de cette Soirée exceptionnelle : la remise des « Pierres d’Or », le grand cocktail en présence des jeunes (et moins jeunes !) pros, puis le dîner de gala avec ses tables où chaque entreprise reçoit et honore ses clients, partenaires ou collaborateurs.

Nous avons demandé à quelques-unes des personnalités qui font le « sel » de ce moment rare de nous dire pourquoi ils ou elles le choisissent. Comme eux, avec eux, avec les 650 professionnels de haut niveau réunis chaque année, nous vous donnons rendez-vous le 31 janvier prochain. Avec cette fois encore, un invité d’honneur (très !) prestigieux…

Pascal Bonnefille,
Fondateur des « Pierres d’Or »

Édito
par Thierry Mouthiez

le 22/07/2019

En manque de neuf…

Face à une offre disponible de bureaux en Ile-de-France qui « se réduit de nouveau » (2 856 000 m2 vacants, soit -7 % en un an), « l’offre de première main ne représente que 15 % de l’offre totale (418 000 m2 disponibles), soit à peine la moitié de ce qui est consommé en surfaces neuves, en moyenne, chaque année en Ile-de-France » souligne JLL dans son « Baromètre des livraisons futures en Ile-de-France » pour le 1er semestre.

Le conseil précise que « 310 000 m2 de bureaux ont été livrés en Ile-de-France à mi-2019 : 62 % de ces opérations sont des constructions, le solde étant des restructurations. Ces surfaces ont été pré commercialisées à 77 %, ne permettant pas de renouveler suffisamment le stock neuf francilien ». En ajoutant : « d’ici à la fin de l’année, près de 630 000 m2 supplémentaires pourraient être livrés, dont plus de la moitié a déjà trouvé preneur »…

A plus longue échéance, « près de 2,3 millions de bureaux livrables à 36 mois étaient en chantier à fin juin 2019, dont plus d’1,3 million de mètres carrés vacants » selon le conseil, précisant que « la 1ère couronne, et plus particulièrement le Nord, concentre l’essentiel des surfaces disponibles (30 %) » ou encore que « Paris concentre 17 % des surfaces disponibles, situées pour l’essentiel dans le secteur de Paris Centre Ouest (22 programmes, dont 13 dans le quartier central des affaires) ».

Côté investissement, « près de 652 millions d’euros ont été investis sur le marché des Vefa, soit 7 % des investissements réalisés au 1er semestre en bureaux en Ile-de-France ». Une performance « en baisse de 43 % en un an », mais qui « demeure supérieure de 5 % à la moyenne décennale (620 millions d’euros environ) ». Surtout, « compte tenu du faible niveau d’offre de qualité, les taux de rendement « prime » des Vefa pré-louées se situent aux mêmes niveaux ou quasiment (à la rémunération des fonds près le plus souvent) que ceux des immeubles livrés ». Et JLL de conclure : « concernant les programmes acquis « en blanc », dans Paris, l’appréciation du risque se fait en priorité sur le taux de rendement et sur le loyer prévisionnel : avec des loyers en hausse et des taux de rendement bas, la pression se maintient sur le marché des Vefa »…

Portrait

Chargement