Chargement

Qui sommes nous ? Les Pierres d'Or

L'objectif

des Pierres d'Or

Récompenser par catégorie d’activité, un d’entre-eux par l’intermédiaire du vote des seuls professionnels (à l’exemple des « Cesars » du cinéma). Une initiative pour laquelle la presse professionnelle est plus que légitime et qui s’est imposée comme un événement clé pour tous les acteurs du marché.

les Pierres d'Or Comment ça marche

La procédure de sélection des nominés est réalisée par le jury, composé par les membres du Cercle Pierres d’Or Immoweek (qui comprend par les seuls professionnels ayant obtenu une Pierre d’Or ou ayant été nommés au moins deux fois aux Pierres d’Or Immoweek), accompagné par le comité de rédaction d’Immoweek (comprenant les journalistes de la rédaction) ?

Le jury sélectionne pour chaque catégorie (investisseurs/ promoteurs/ conseils/ asset, property, facility managers/ utilisateurs/ managers/ programmes / développement durable/ professionnel de l’année) cinq noms de personnalités.

Le jury désigne également, par un vote direct de ses membres la Pierre d’Or « prix spécial du jury ». Les nominations sont ensuite soumises au vote des professionnels. Les abonnés d’Immoweek sont les premiers à recevoir leur bulletin, puis deux autres scrutins sont organisés : un bulletin de vote nominatif est proposé à tous les participants au Simi, début décembre et chacun peut également, nominativement, voter sur le site immoweek.fr

Il est procédé ensuite au dépouillement : la Pierre d’Or est attribuée au professionnel ayant obtenu le plus grand nombre de voix.

Les Pierres d’Or : Une manifestation unique

Les récompenses sont remises lors d’une cérémonie qui constitue l’événement numéro 1 de l’année immobilière ? Les ministres Eric Woerth et Benoist Apparu, l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, l’ancien ministre d’Etat Jean-Louis Borloo ont accepté de présider les cérémonies depuis 2009 et 2010, montrant ainsi l’intérêt au plus haut niveau pour cette manifestation unique. C’est désormais une grande soirée de gala, dans un des salons les plus prestigieux de la capitale, le salon « Opéra » du « Grand Hotel », classé Monument historique. Le rendez-vous de l’excellence et de la réussite…

Le jury

des Pierres d'Or

  • Olivier AMBROSIALI

    BNP Paribas Real Estate

  • Christine AUGÉ

    Amundi Immobilier

  • Pascal AUJOUX

    PRD

  • Emmanuelle BABOULIN

    Icade

  • Stephan von BARCZY

    JLL

  • Thierry BEHIELS

    Codic

Découvrir toute la liste
  • Olivier AMBROSIALI

    BNP Paribas Real Estate

  • Christine AUGÉ

    Amundi Immobilier

  • Pascal AUJOUX

    PRD

  • Emmanuelle BABOULIN

    Icade

  • Stephan von BARCZY

    JLL

  • Thierry BEHIELS

    Codic

  • Eric BERAY

    BNP Paribas Real Estate

  • Frédéric BÔL

    BNP Paribas Real Estate

  • François BRISSET

    Catella

  • Méka BRUNEL

    Gecina

  • Alain BRUNSCHWEILER

    Alba

  • Stéphane BUREAU

    Humakey

  • Claude CAGOL

    Sefri Cime

  • Laurent CASTELLANI

    Groupe Optim

  • Isabelle CLERC

    AG2R La Mondiale

  • Jean-Claude CONDAMIN

    Sogelym Dixence

  • Eric COSTA

    Citynove

  • Philippe COUTURIER

    SCAPRIM

  • Loïc CUVELIER

    BNP Paribas Real Estate

  • Ludovic DELAISSE

    Cushman & Wakefield

  • Antoine DERVILLE

    Cushman & Wakefield

  • Eric DONNET

    Groupama Immobilier

  • Sigrid DUHAMEL

    BNP Paribas Real Estate

  • Laurent DUMAS

    Emerige

  • Jacques EHRMANN

    Carmila

  • Laurence ESCLEINE-DUMAS

    Solutimo

  • Olivier ESTÈVE

    Foncière des Régions

  • Laurent FLECHET

    Primonial Reim

  • Philip B. GAILLARD

    HRO France

  • Olivier GERARD

  • Serge GRZYBOWSKI

    Aéroports de Paris

  • Stéphane GUYOT-SIONNEST

    Catella France

  • Karim HABRA

    La Salle Investment

  • Marc-Antoine JAMET

    LVMH

  • Philippe JOURNO

    Compagnie de Phalsbourg

  • Christophe KULLMANN

    Foncière des Régions

  • Thierry LAROUE-PONT

    BNP Paribas Real Estate

  • Frédéric LEMOS

    LFPI Reim

  • Philippe LEMOINE

    Société de la Tour Eiffel

  • Xavier LEPINE

    La Française

  • Hervé MANET

    Héraclès Investissement

  • Sebastien MARTYN

    Strategies and Corp

  • Eric MAZOYER

    Bouygues Immobilier

  • Bernard MICHEL

    Gecina

  • Dominique OZANNE

    Foncière des Régions

  • Philippe PELLETIER

    LPA CGR

  • Philippe PERELLO

    Knight Frank

  • Grégoire PEUREUX

    Ivanhoé Cambridge Europe

  • Stanislas POTTIER

    Crédit Agricole

  • Marie-Eve RAUX

    Ivanhoé Cambridge Europe

  • Angélique de ROUGÉ

    Strategies and Corp

  • Olivier de la ROUSSIÈRE

    Vinci Immobilier

  • Charles RUGGIERI

    Batipart

  • Eric SASSON

    Redtree Capital

  • Eric SIESSE

    BNP Paribas Real Estate

  • Emmanuel SCHREDER

    Catella

  • Jean-Claude TANGUY

    BNP Paribas Real Estate

  • Alain TARAVELLA

    Altarea Cogedim

  • François TRAUSCH

    Allianz Real Estate

  • Jean del VALLE

    CBRE

  • Nicolas VERDILLON

    CBRE

  • Jean-Paul VIGUIER

    Jean-Paul Viguier & Associés

  • Kristelle WAUTERS

    Aviva Investors

  • Olivier WIGNIOLLE

    Icade

Édito
par Thierry Mouthiez

le 30/03/2020

Délicate anticipation…

Anticiper n’est jamais aisé, d’autant plus en pleine crise sanitaire mondiale. Mais tout comme les pouvoirs publics commencent à se pencher sur l’après-confinement, tant d’un point de vue physique qu’économique, dans ce dernier cas à coups de milliers de milliards de dollars, d’euros…, les acteurs des marchés immobiliers doivent aussi se pencher sur leurs stratégies de l’après… De ce point de vue, les études et autres analyses des acteurs des marchés immobiliers que nous publions quotidiennement (et vous êtes, chaque jour, plus nombreux à nous lire) constituent autant de pistes…

Ainsi, BNP Paribas Real Estate a récemment fait valoir, dans une note sur l’impact de la crise sanitaire sur le marché immobilier français, qu’il « est aujourd’hui difficile d’établir une projection économique à court terme et d’évaluer, ainsi, l’impact sur la croissance économique de l’épidémie et de ses mesures associées pour l’année 2020 ». Cependant, le conseil souligne qu’en matière de bureaux, « même s’il existe une forte disparité suivant les secteurs, l’offre est globalement maîtrisée en France. Peu de risque de forte progression de la vacance à très court terme. Seuls les marchés déjà sur-offreurs pourraient connaître un réajustement à la baisse des valeurs locatives en cas de prolongement du confinement. De son côté, le volume des transactions devrait être impacté par le recul de plusieurs pans de l’économie. Certaines signatures vont se maintenir, mais être décalées dans le temps »…

Pour ce qui concerne les entrepôts, en ce temps de confinement et de recours massif à l’e-commerce, la « supply chain » est devenue un maillon essentiel de l’économie. Ce qui fait dire à Jean-Claude Le Lan, président d’Argan, dans nos colonnes, qu’« il faut que la vie économique puisse continuer. Et à cet effet, les entrepôts sont incontournables ». Bref, cette classe d’actifs qui avait déjà, depuis quelque temps, la faveur des investisseurs face à une demande en constate hausse, devrait la conserver…

Ce qui ne semble pas, pour l’instant et logiquement, le cas de l’immobilier commercial. BNP Paribas Real Estate précise, à propos de ce sujet, que « pour la troisième fois consécutive en 14 mois, les commerces français sont à nouveau frappés par une crise d’ampleur, sanitaire cette fois-ci après l’épisode des gilets jaunes en 2018 et les grandes grèves de décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites. La fermeture des commerces physiques non alimentaires depuis le 15 mars, a fortement pénalisé de nombreuses enseignes. La vente à distance leur est alors essentielle pour garantir la continuité d’une activité commerciale significative. D’autre part, la gestion des baisses de chiffre d’affaires liées au ralentissement de la demande et le maintien d’une trésorerie pour la reprise seront déterminantes pour les enseignes ». Cependant, le conseil estime que « ces baisses, voire arrêts de fréquentation devraient laisser place à un retour à la normale assez rapidement dès la fin du confinement »… Mais, visiblement, les investisseurs ont du mal à l’anticiper.

S’agissant, en particulier, des centres commerciaux, nous avons eu l’occasion de l’évoquer à plusieurs reprise, un bon indicateur est représenté par l’évolution du titre de la foncière Unibail-Rodamco-Westifield (URW), tout simplement parce qu’il s’agit d’un leader mondial, au patrimoine « prime » s’il en est.

S’agissant d’une valeur cotée, il convient de noter les propos de Xavier Lépine dans une récente chronique. Le président de La Française soulignait que « coté valeurs mobilières, la rapidité des baisses de valeurs tant des actions que des obligations a été quasiment sans précédent, à l’exception de mémoire d’investisseur « moderne », celle d’octobre 1987… dans un monde beaucoup moins financiarisé. La chute de 2008 a été encore plus importante, mais un peu plus étalée dans le temps »… Surtout, « la discrimination s’est, en premier lieu, portée sur la liquidité possible des actifs et, en deuxième lieu, sur la perception de l’impact de cette crise par secteur : évidemment la santé, les télécoms, l’économie digitale étant moins affectés que la grande distribution physique, le tourisme ou le transport, sans compter les banques, les foncières de commerce.

Citons, par exemple, URW dont le rendement du dividende 2020, après une annonce de baisse temporaire de 50 %, est de 8 %, une capitalisation boursière qui a chuté à 8,7 milliards d’euros pour un patrimoine immobilier, y compris endettement, de 60 milliards. Les valeurs de dividendes/cours, même avec quelques trimestres de vaches maigres qui entraîneraient une baisse durable du dividende de… 30 %, ne justifient pas une telle décote »…

Tandis que les pouvoirs publics incitent aujourd’hui les entreprises à « la plus grande modération » dans le versement de dividendes en 2020, URW divisait de moitié le sien. Une sage décision, visant à privilégier le long terme au court terme. Mais loin de considérer les fondamentaux du groupe et sa stratégie, la Bourse, qui d’habitude se fait une règle de l’anticipation, l’a d’évidence oubliée. Pour l’instant…

Portrait

Chargement