Chargement

Qui sommes nous ? Les Pierres d'Or

L'objectif

des Pierres d'Or

Récompenser par catégorie d’activité, un d’entre-eux par l’intermédiaire du vote des seuls professionnels (à l’exemple des « Cesars » du cinéma). Une initiative pour laquelle la presse professionnelle est plus que légitime et qui s’est imposée comme un événement clé pour tous les acteurs du marché.

les Pierres d'Or Comment ça marche

La procédure de sélection des nominés est réalisée par le jury, composé par les membres du Cercle Pierres d’Or Immoweek (qui comprend par les seuls professionnels ayant obtenu une Pierre d’Or ou ayant été nommés au moins deux fois aux Pierres d’Or Immoweek), accompagné par le comité de rédaction d’Immoweek (comprenant les journalistes de la rédaction) ?

Le jury sélectionne pour chaque catégorie (investisseurs/ promoteurs/ conseils/ asset, property, facility managers/ utilisateurs/ managers/ programmes / développement durable/ professionnel de l’année) cinq noms de personnalités.

Le jury désigne également, par un vote direct de ses membres la Pierre d’Or « prix spécial du jury ». Les nominations sont ensuite soumises au vote des professionnels. Les abonnés d’Immoweek sont les premiers à recevoir leur bulletin, puis deux autres scrutins sont organisés : un bulletin de vote nominatif est proposé à tous les participants au Simi, début décembre et chacun peut également, nominativement, voter sur le site immoweek.fr

Il est procédé ensuite au dépouillement : la Pierre d’Or est attribuée au professionnel ayant obtenu le plus grand nombre de voix.

Les Pierres d’Or : Une manifestation unique

Les récompenses sont remises lors d’une cérémonie qui constitue l’événement numéro 1 de l’année immobilière ? Les ministres Eric Woerth et Benoist Apparu, l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, l’ancien ministre d’Etat Jean-Louis Borloo ont accepté de présider les cérémonies depuis 2009 et 2010, montrant ainsi l’intérêt au plus haut niveau pour cette manifestation unique. C’est désormais une grande soirée de gala, dans un des salons les plus prestigieux de la capitale, le salon « Opéra » du « Grand Hotel », classé Monument historique. Le rendez-vous de l’excellence et de la réussite…

Le jury

des Pierres d'Or

  • Olivier AMBROSIALI

    BNP Paribas Real Estate

  • Christine AUGÉ

    Amundi Immobilier

  • Pascal AUJOUX

    PRD

  • Emmanuelle BABOULIN

    Icade

  • Stephan von BARCZY

    JLL

  • Thierry BEHIELS

    Codic

Découvrir toute la liste
  • Olivier AMBROSIALI

    BNP Paribas Real Estate

  • Christine AUGÉ

    Amundi Immobilier

  • Pascal AUJOUX

    PRD

  • Emmanuelle BABOULIN

    Icade

  • Stephan von BARCZY

    JLL

  • Thierry BEHIELS

    Codic

  • Eric BERAY

    BNP Paribas Real Estate

  • Frédéric BÔL

    BNP Paribas Real Estate

  • François BRISSET

    Catella

  • Méka BRUNEL

    Gecina

  • Alain BRUNSCHWEILER

    Alba

  • Stéphane BUREAU

    Humakey

  • Claude CAGOL

    Sefri Cime

  • Laurent CASTELLANI

    Groupe Optim

  • Isabelle CLERC

    AG2R La Mondiale

  • Jean-Claude CONDAMIN

    Sogelym Dixence

  • Eric COSTA

    Citynove

  • Philippe COUTURIER

    SCAPRIM

  • Loïc CUVELIER

    BNP Paribas Real Estate

  • Ludovic DELAISSE

    Cushman & Wakefield

  • Antoine DERVILLE

    Cushman & Wakefield

  • Eric DONNET

    Groupama Immobilier

  • Sigrid DUHAMEL

    BNP Paribas Real Estate

  • Laurent DUMAS

    Emerige

  • Jacques EHRMANN

    Carmila

  • Laurence ESCLEINE-DUMAS

    Solutimo

  • Olivier ESTÈVE

    Foncière des Régions

  • Laurent FLECHET

    Primonial Reim

  • Philip B. GAILLARD

    HRO France

  • Olivier GERARD

  • Serge GRZYBOWSKI

    Aéroports de Paris

  • Stéphane GUYOT-SIONNEST

    Catella France

  • Karim HABRA

    La Salle Investment

  • Marc-Antoine JAMET

    LVMH

  • Philippe JOURNO

    Compagnie de Phalsbourg

  • Christophe KULLMANN

    Foncière des Régions

  • Thierry LAROUE-PONT

    BNP Paribas Real Estate

  • Frédéric LEMOS

    LFPI Reim

  • Philippe LEMOINE

    Société de la Tour Eiffel

  • Xavier LEPINE

    La Française

  • Hervé MANET

    Héraclès Investissement

  • Sebastien MARTYN

    Strategies and Corp

  • Eric MAZOYER

    Bouygues Immobilier

  • Bernard MICHEL

    Gecina

  • Dominique OZANNE

    Foncière des Régions

  • Philippe PELLETIER

    LPA CGR

  • Philippe PERELLO

    Knight Frank

  • Grégoire PEUREUX

    Ivanhoé Cambridge Europe

  • Stanislas POTTIER

    Crédit Agricole

  • Marie-Eve RAUX

    Ivanhoé Cambridge Europe

  • Angélique de ROUGÉ

    Strategies and Corp

  • Olivier de la ROUSSIÈRE

    Vinci Immobilier

  • Charles RUGGIERI

    Batipart

  • Eric SASSON

    Redtree Capital

  • Eric SIESSE

    BNP Paribas Real Estate

  • Emmanuel SCHREDER

    Catella

  • Jean-Claude TANGUY

    BNP Paribas Real Estate

  • Alain TARAVELLA

    Altarea Cogedim

  • François TRAUSCH

    Allianz Real Estate

  • Jean del VALLE

    CBRE

  • Nicolas VERDILLON

    CBRE

  • Jean-Paul VIGUIER

    Jean-Paul Viguier & Associés

  • Kristelle WAUTERS

    Aviva Investors

  • Olivier WIGNIOLLE

    Icade

Édito
par Thierry Mouthiez

le 25/05/2020

Commerce : le « core » dans tous ses états…

Le contexte dans lequel s’inscrit actuellement le commerce en général et les centres commerciaux en particulier amène, logiquement, à anticiper un moindre attrait de cette classe d’actifs auprès des investisseurs.

La plupart des conseils (comme certains institutionnels également) l’ont souligné dans leurs récentes analyses du marché de l’investissement. Mais toujours en distinguant le qualitatif. Ainsi, dernièrement, Savills parlait, dans une étude ad-hoc et à propos de perspective, d’« expectative pour le commerce et l’hôtellerie, dès lors qu’on sortira des segments « core » ».

Mais, actuellement, cette notion de « core » est parfois rendue plus flou, notamment s’agissant du segment particulier des centres commerciaux. En effet, en matière d’actifs « core », les grands ensembles bien placés, en font, sans aucun doute, partie. Néanmoins, dans ce contexte de crise sanitaire, ils ne sont donc pas tous traités à la même enseigne, suivant leur gabarit et leur situation géographique.

Un « paradoxe » pour l’Alliance du Commerce, le Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC) et la Fédération pour la Promotion du Commerce Spécialisé (Procos), que cette « décision de maintenir fermés certains centres commerciaux de plus de 40 000 m2, situés principalement en Ile-de-France et dans l’agglomération lyonnaise ». Et de souligner que cette catégorie de centres « est celle qui est la mieux équipée pour accueillir ses clients en toute sécurité, disposant des moyens techniques et humains pour ce faire » ou encore que « ces équipements et les commerces qui y sont implantés représentent un quart du chiffre d’affaires de la filière et jouent donc un rôle économique et social essentiel dans leurs territoires d’implantation ». Sans compter que « la coexistence de lieux de commerce ouverts et d’autres qui restent fermés conduit les clients à se déplacer pour leurs achats vers des lieux plus éloignés de leurs domiciles et, donc, à la concentration des flux »…

Ce qui a amené, le 19 mai dernier, le CNCC, associé à Procos et à l’Alliance du Commerce (première organisation professionnelle dans l’équipement de la personne) à appeler « le gouvernement à reconsidérer sa position en autorisant la réouverture, dès que possible, des centres commerciaux de plus de 40 000 m2 ».

La décision du tribunal administratif de Paris de suspendre, dans une ordonnance prise en référé le même jour, l’arrêté de fermeture du centre Beaugrenelle pourrait peut-être accélérer la décision, même s’il s’agit d’un centre dont la surface commerciale utile est inférieure à 40 000 m2…

Une décision d’autant plus importante que l’activité des centres commerciaux semble, en matière de reprise, sur la bonne voie. En tous cas, Eurocommercial, qui détient 11 actifs en France (dont Les Grands Hommes, à Bordeaux), mais tous d’une surface inférieure à 40 000 m2, « a pu ré-ouvrir l’ensemble de ses centres commerciaux le lundi 11 mai dernier ». Surtout, pour la foncière, le « bilan de la première semaine de reprise d’activité est positif et encourageant pour la suite » et fait valoir, entre autre, une « fréquentation globale équivalente à deux tiers de la fréquentation du lundi au samedi sur la même semaine en 2019 »…

De quoi redonner de l’attrait à ce segment de marché (à condition que tous les centres puissent être en activité) et peut-être faire cesser le massacre en Bourse de certains titres de grandes foncières spécialisées…

Portrait

Chargement