Chargement

Mercredi 15 Mai 2019

Le contenu intégral est réservé aux abonnés

Le choix Immoweek

Les Groues, un futur quartier de 65 hectares derrière la Grande Arche

Les 9 000 m2 de la friche « Vive les Groues », situé au 290, rue de La Garenne, à Nanterre (92) a réouvert ses portes. Le choix d’Immoweek porte aujourd’hui sur ce projet d’urbanisme « phare » de…

Bureaux

La Française REM achète "Smart'Up", à Châtillon (92)

La Française Real Estate Managers (REM) a acquis, auprès d’une entité gérée…

HSBC REIM achète "Native", à Saint-Quentin-en-Yvelines

HSBC REIM, agissant pour le compte de la SCPI Elysées Pierre, achète, en Vefa…

AB Sagax achète 3 000 m2 d'activités à Sucy-en-Brie

AB Sagax achète un bâtiment de 3 000 m2 à usage d’activité dans la ZI de la…

La Société de la Tour Eiffel a loué 4 000 m2 à des services de l'Etat à Nantes

La Société de la Tour Eiffel annonce avoir…

De Watou, Verdoso, Herrmann Frères et Foncière Sima achètent un portefeuille mixte de 25 000 m2

De Watou, Verdoso, Herrmann Frères et Foncière Sima acquièrent, dans…

Edito

Chauffage (green) à tous les étages…

La facture de chauffage est l’une de celles qui pèse le plus lourd dans le budget des Français, avec 1 700 euros en moyenne selon le site Quelleenergie.

Logement

Perial AM boucle la dernière acquisition de son fonds Residial et lance Residial II

Perial Asset Management acquiert, pour le compte de son fonds Residial, une résidence services…

L'EPA Paris-Saclay lance une consultation d'opérateurs pour 28 000 m2 de logements

L’EPA Paris-Saclay lance trois consultations d’opérateurs sur l’îlot NE et le lot NF2a sur…

Interview

Georges Mothron, maire d’Argenteuil : « le logement avec vue sur la Seine est possible à 4 000-4 500 euros/m2 »

Quatrième ville d’Ile-de-France, mais évitée par le Grand Paris Express ? Pas de problème pour le maire LR d’Argenteuil Georges Mothron (2001-2008, 2014-…) qui se fait très bâtisseur avec un…

Green & Innovations

Kaufman & Broad et Renault signent une convention sur la mobilité et l'énergie

Quand un promoteur et un constructeur automobile se rapprochent pour…

Vive le train ou quand la SNCF milite pour la planète !

Mercredi 15 mai, le Groupe SNCF ouvre « exceptionnellement » au public les portes de son siège de Saint-Denis…

Hôtels

Generim et Borealis Hotel Group développent un Holiday Inn Express à Orly

Generim et Borealis Hotel Group signent un bail commercial de 12 ans pour réaliser un hôtel…

Parcours

Crédit Agricole Immobilier : Emmanuel Clair nommé directeur des services immobiliers aux institutionnels

Emmanuel Clair est nommé directeur du pôle services immobiliers aux institutionnels de…

Alexandre Devineau et Alexandre Conrad rejoignent Evolis

Evolis renforce ses équipe avec l’arrivée de Alexandre Devineau en qualité de…

Cyril Hadji-Thomas nommé CDO de CD&B

Cyril Hadji-Thomas est nommé chief digital officer du cabinet CD&B, en charge de la…

abonnement

Le marché de l'immobilier se réinvente,
Immoweek aussi.

Découvrir l'offre d'abonnement

NEWS & CONNEXIONS IMMOBILIÈRES

SUIVEZ NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Édito
par Arthur de Boutiny

le 06/12/2019

EuropaCity : et après ?

Les tribulations d’EuropaCity étaient devenues pratiquement une arlésienne pour l’immobilier et les pouvoirs publics français, un feuilleton qui se rapprochait de Notre-Dame des Landes, mais dont le retentissement était néanmoins moindre et dont l’issue semblait incertaine, partagée entre la perspective de création d’emplois dans le Val d’Oise rural et l’impact écologique d’un chantier de cette ampleur. Jusqu’à ce que le 7 novembre 2019, le chantier soit purement et simplement abandonné. Maintenant que le mégacomplexe de loisirs et de commerces n’ouvrira jamais, quel destin pour le Triangle de Gonesse ?

La Région Ile-de-France a décoché la première, en proposant un « plan d’urgence » à 1 milliard d’euros pour aider le Val d’Oise, région avec un taux de 40 % de chômage dans certains quartiers, dont les élus attendaient une aide bienvenue de plus de 3 milliards d’euros, la création de 10 000 emplois et la transformation du Triangle de Gonesse, zone enclavée entre Roissy et Le Bourget, en poumon économique du département. Sous réserve du feu vert du gouvernement, Valérie Pécresse a dévoilé une série de propositions destinées à remplacer EuropaCity : nouveaux transports en commun et travaux routiers, déploiement de l’énergie solaire, lancement d’une filière horticole, ouverture d’un lycée international et d’un internat d’excellence, création d’un grand lieu culturel, financement de maisons médicales ou de petites gares… Le préfet du département, Francis Rol-Tanguy, a été chargé d’une mission pour définir le futur projet économique.

Au-delà de cet investissement bienvenu, que faire ? Ceux-ci pourront-ils garantir la création de 10 000 emplois ? Oui, affirme la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France, par la voix de son président Patrick Renaud cité par « Le Monde » :  « notre agglomération n’a jamais négligé les enjeux de développement durable au profit du développement économique, Roissy Pays de France soutient pleinement les démarches de la région auprès de Grand Paris Aménagement, pour la réalisation de nouvelles études de sols sur tout le secteur du Triangle de Gonesse. » L’arrivée du Grand Paris Express en 2027, par la ligne 17, doit déjà être effectif et permettre d’intégrer le secteur à la Métropole. Valérie Pécresse, citée également par « Le Monde », appelle à rassurer les investisseurs après cet abandon brutal au lendemain de dix ans de développement : « Tesla a hésité entre l’Ile-de-France et Berlin pour implanter son usine géante ; quand ils ont vu EuropaCity, ils sont partis en Allemagne. (…) Tant qu’on n’y voit pas plus clair sur les intentions de l’Etat, on ne peut pas construire de projet alternatif ». La Région a mis en oeuvre un « plan friches » pour identifier les sites désaffectés où des projets de développement pourraient être implantés sans urbanisation de terrains agricoles ; reverrait-on Europacity revenir sous une autre forme ?

Aujourd’hui, l’Etat se penche sur la création d’industries du futur, d’agroalimentaire, de bureaux, de services… Des positions qui ne rassurent guère les élus locaux, qui craignent de tout perdre et de voir leurs administrés être les grands sacrifiés du Grand Paris. Sans projet d’envergure, pourquoi faire venir le métro jusqu’au Val d’Oise, dans un endroit qui ne serait pas urbanisé mais demeurerait agricole ?

La question de l’après-Europacity pose la question du Grand Paris Express et surtout de la direction du Grand Paris. Autant dire que le feuilleton n’est pas fini…

Portrait

Chargement