Chargement

Mardi 19 Novembre 2019

Le contenu intégral est réservé aux abonnés

Le Choix Immoweek

Le prix Haussmann couronne le Paris antique

Pour ce « + de la semaine », nous revenons sur le Prix Haussmann 2019, organisé par la Fnaim du Grand Paris, qui récompense les livres consacrés à l’immobilier. Remis cette année par Geoffroy Didier, conseiller régional…

Logement

Woodeum réalise 52 logements à Saint-Denis

Woodeum achète, auprès de la SPL Plaine Commune Aménagement, un terrain au sein de la Zac des Tartres, à…

Edito

Groupes cotés, pour vos DPEF, l’AMF est de votre coté

A l’heure où vous êtes peut-être en passe de boucler les bilans annuels – ou vous préparez à le faire -, il est un document qui pourrait mériter toute votre attention : l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) a publié ce…

Bureaux

La Banque Postale loue 2 500 m2 complémentaires dans Enora Park à Pessac

La direction des Services informatiques de la Banque Postale prend en location, auprès de Lazard Group Real Estate, des…

Point de vue

Philippe Journo (Cie de Phalsbourg) : l’impact de l’architecture auprès des utilisateurs

Quel impact a l’architecture, d’une manière générale, auprès des utilisateurs ? Pour Philippe Journo, président fondateur de la Compagnie de Phalsbourg, « c’est à l’architecture de s’adapter aux…

Territoires

JO 2024 : Anne Hidalgo met la pression sur le CIO contre le sponsoring Airbnb

La maire de Paris Anne Hidalgo a écrit, vendredi 15 novembre, au président du Comité international…

Tony Estanguet rassure l'hôtellerie, Anne Hidalgo promet un référendum

Tony Estanguet, président du Comité d’organisation des Jeux olympiques Paris-2024, a…

Litige Airbnb/Ville de Paris : Ian Brossat entendu par la Cour de justice de l’Union européenne

C’est ce 19 novembre, au lendemain de l’annonce du joli coup…

Hôtellerie

Accor cède 204 millions d'euros d'actifs immobiliers

Le groupe hôtelier français Accor a annoncé avoir cédé pour 204 millions d’euros 5,2 % supplémentaires de…

Altarea Cogedim livre le "Hilton Garden Inn" de Massy

Altarea Cogedim livre l’hôtel « Hilton Garden Inn », un 4 étoiles de 152 chambres, à…

B&B Hotels et Covivio se développent en Pologne

B&B Hotels et Covivio, par l’intermédiaire de sa filiale Covivio Hotels (détenue à…

Commerces

Fermée en 2005, La Samaritaine renaîtra en avril après des travaux colossaux

Fermée en 2005, La Samaritaine rouvrira en…

Les dernières transactions signées EOL Retail

Voici les dernières transactions du département Capital Markets d’EOL Retail…

Logistique

Groupama Gan Reim achète une plateforme logistique près de Cambrai

Groupama Gan REIM achète, pour le compte de son OPCI Groupama Gan Pierre 1, une plateforme logistique de…

ABM prend 620 m2 dans "Tavernparc", à Taverny

ABM, présenté comme « spécialiste de la fabrication de maquettes et prototypes en plexiglass…

Aviva Investors achète deux plateformes totalisant 64 463 m2 aux Pays-Bas

Aviva Investors a acquis, pour le compte de…

Parcours

Orianne Maitrehenry rejoint Courtin Real Estate

Orianne Maitrehenry devient property & asset manager au sein de Courtin Real Estate.

abonnement

Le marché de l'immobilier se réinvente,
Immoweek aussi.

Découvrir l'offre d'abonnement

NEWS & CONNEXIONS IMMOBILIÈRES

SUIVEZ NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Édito
par Arthur de Boutiny

le 06/12/2019

EuropaCity : et après ?

Les tribulations d’EuropaCity étaient devenues pratiquement une arlésienne pour l’immobilier et les pouvoirs publics français, un feuilleton qui se rapprochait de Notre-Dame des Landes, mais dont le retentissement était néanmoins moindre et dont l’issue semblait incertaine, partagée entre la perspective de création d’emplois dans le Val d’Oise rural et l’impact écologique d’un chantier de cette ampleur. Jusqu’à ce que le 7 novembre 2019, le chantier soit purement et simplement abandonné. Maintenant que le mégacomplexe de loisirs et de commerces n’ouvrira jamais, quel destin pour le Triangle de Gonesse ?

La Région Ile-de-France a décoché la première, en proposant un « plan d’urgence » à 1 milliard d’euros pour aider le Val d’Oise, région avec un taux de 40 % de chômage dans certains quartiers, dont les élus attendaient une aide bienvenue de plus de 3 milliards d’euros, la création de 10 000 emplois et la transformation du Triangle de Gonesse, zone enclavée entre Roissy et Le Bourget, en poumon économique du département. Sous réserve du feu vert du gouvernement, Valérie Pécresse a dévoilé une série de propositions destinées à remplacer EuropaCity : nouveaux transports en commun et travaux routiers, déploiement de l’énergie solaire, lancement d’une filière horticole, ouverture d’un lycée international et d’un internat d’excellence, création d’un grand lieu culturel, financement de maisons médicales ou de petites gares… Le préfet du département, Francis Rol-Tanguy, a été chargé d’une mission pour définir le futur projet économique.

Au-delà de cet investissement bienvenu, que faire ? Ceux-ci pourront-ils garantir la création de 10 000 emplois ? Oui, affirme la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France, par la voix de son président Patrick Renaud cité par « Le Monde » :  « notre agglomération n’a jamais négligé les enjeux de développement durable au profit du développement économique, Roissy Pays de France soutient pleinement les démarches de la région auprès de Grand Paris Aménagement, pour la réalisation de nouvelles études de sols sur tout le secteur du Triangle de Gonesse. » L’arrivée du Grand Paris Express en 2027, par la ligne 17, doit déjà être effectif et permettre d’intégrer le secteur à la Métropole. Valérie Pécresse, citée également par « Le Monde », appelle à rassurer les investisseurs après cet abandon brutal au lendemain de dix ans de développement : « Tesla a hésité entre l’Ile-de-France et Berlin pour implanter son usine géante ; quand ils ont vu EuropaCity, ils sont partis en Allemagne. (…) Tant qu’on n’y voit pas plus clair sur les intentions de l’Etat, on ne peut pas construire de projet alternatif ». La Région a mis en oeuvre un « plan friches » pour identifier les sites désaffectés où des projets de développement pourraient être implantés sans urbanisation de terrains agricoles ; reverrait-on Europacity revenir sous une autre forme ?

Aujourd’hui, l’Etat se penche sur la création d’industries du futur, d’agroalimentaire, de bureaux, de services… Des positions qui ne rassurent guère les élus locaux, qui craignent de tout perdre et de voir leurs administrés être les grands sacrifiés du Grand Paris. Sans projet d’envergure, pourquoi faire venir le métro jusqu’au Val d’Oise, dans un endroit qui ne serait pas urbanisé mais demeurerait agricole ?

La question de l’après-Europacity pose la question du Grand Paris Express et surtout de la direction du Grand Paris. Autant dire que le feuilleton n’est pas fini…

Portrait

Chargement